Bécane et Pétrolette #4 : notre Paris-Dakar Laotien !

Episode 4 de notre saga à scooters à travers le Vietnam et le Laos, cette fois nous aurons des ennuis mécaniques… et un Paris-Dakar improvisé à la sauce Laotienne. En piste !

J13 – Lundi 28 mars 2016 : de Thakhek à Savannakhet (133 km) : le treizième jour et les galères de la Pétrolette

J12 Laos-21

Au réveil j’ouvre la tente et salue un pêcheur qui passe sur sa barque devant nous. Ce matin, nous cherchons à visiter une grotte du circuit que les touristes font en général en partant de Thakhet en louant un scoot pour quelques jours, mais celle que l’on cherche, on ne la trouve pas, on se perd dans les buissons ! Du coup on va manger une noodle soup de petit dej’ et allons en visiter une très sympa non loin de la ville. On monte les marches, il y a un petit temple bouddhiste dans une cavité, et de jolis arbres fleuris. Alors que Indiana Rory et son chapeau partent en exploration sur des planches en bois faisant office de pont vers un autre coin de la grotte, un truc tombe du plafond (une chauve souris morte ?) et elle tombe nez à… crochets avec un serpent ! Il s’enroule sur lui même et lui fait une moue de serpent menaçant puis s’en va dans un trou de la grotte. Heureusement que votre dévouée exploratrice de grotte avait pris sa lampe torche, elle aurait bien pu marcher dessus sinon !

L’entrée de la grotteJ13 Laos-1Le Bouddha de la grotte, posey.J13 Laos-3Indiana Rory et les serpents mangeurs de chauves-souris !
(Oui il fait 40°C dehors mais la meuf prend quand même son K-Way et une veste #folle)J13 Laos-5

J13 Laos-4

grottes

Après de telles émotions, nous racontons nos péripéties aux vendeuses de tickets qui discutent à l’ombre vers l’entrée de la grotte (elles sont au moins 10) mais elle ont l’air de s’en fiche un peu par contre elle trouve que ma tête vaut des pouces levés. C’est sympa, je ferai fureur dans une télénovella Lao je crois.

On the road again, direction le sud ! Nous visons Savannakhet ce soir, et j’ai vu qu’il y avait un resto japonais avec du tofu et du wifi (les priorités dans ma vie #marredelanoodlesoup).

Nous partons donc sur les plates lignes droites les plus longues du monde sous un cagnard à faire fondre un eskimo, je m’endors quasiment au guidon tellement je m’ennuie (j’avais l’impression qu’une partie de mon cerveau restait connecté à la route et gérait les trous/légères courbes/doubler un camion/ ne pas foncer dans le Chti etc.) et que l’autre partait dans ses pensées, à la koule. Même si mon rationalisme me dit que c’est plutôt dangereux, ça fonctionnait très bien.

Le Barbu se dit qu’il est temps de refaire une vérification de son huile noire qui fuit du moteur, au moins la remettre à niveau. Mais on tombe sur un garagiste chevronné qui démonte le moteur, nettoie tout, change les joints, remonte tout, vidange l’huile et en met de la tip top. Tout ça pour la modique somme de 50 000 Kips (5,50€).

Tout heureux de cette réparation espérée depuis longtemps, nous reprenons nos lignes droites et je dis au Chti d’y aller mollo. Un moment, la ligne droite monte, le chti ne va pas mollo (il faut écouter Rory, voyons !) et je vois qu’il regarde son moteur plein de fois, je vois de la fumée noire sortir de son pot trois fois puis pof, il s’arrête. Elle ne démarre plus et le bloc moteur est fendu. Heureusement ça a fait crac pile devant une guitoune ou un charmant monsieur semble concerné par la situation, il nous dit (en gestes) qu’il y a un garage pas trop loin. Je pars en exploration, le Chti pousse la Pétrolette kaput et alors que j’arrive finalement au garage je vois que le monsieur Lao m’a suivi et explique la situation au garagiste ce qui facilite bien les choses. Je le Koptchélélaï beaucoup (merci beaucoup) et repars en sens inverse avec le garagiste qui se marre.

On trouve le Chti qui a bien avancé à pied, le garagiste lui ouvre un cale pied passager et le pousse avec son pied droit tout en conduisant. Une fois sur place on lui explique l’affaire « crac boum cassé ». Le brave homme ouvre le moteur, apparemment un boulon mal revissé s’est baladé et a cassé la bobine de fil dans le moteur et le démarreur. Il va chercher un kit intérieur de moteur avec bobine tout neuf, et part au village chercher l’élément qui recouvre qui est fendu. Une fois tout le matos trouvé, il démonte, remonte, un peu d’électricité et quelques tests, et ça démarre, et ça tourne !

Cette fois la note est plus corsée : 27€… mais un moteur comme neuf !

La Pétrolette toute nue !J13 Laos-7 L’alternateur en piteux étatJ13 Laos-9 Un joli trou dans le bloc moteur !J13 Laos-8

Ca roule, il est content !roadtrip scooter moto laos

Nous reprenons notre interminable ligne droite et arrivons en fin de journée à Savannakhet. La ville est jolie, ça fait penser à la Thaïlande l’organisation des rues et l’architecture des baraques, on va au resto mais ils ont plus de tofu. Mais un délicieux curry vert de légumes Thaï fera amplement l’affaire. On rencontre un français sympa qui nous partage quelques tuyaux pour le Cambodge, o l’aide à guérir sa gueule de bois de la veille en lui proposant de notre alcool local acheté sur la route et il fait déjà nuit.

J’ai repéré un lac à 8 bornes de la ville sur la carte, je met donc le GPS en marche et nous voici dans les quartiers de la ville, face à une route close, fermée par des troncs d’arbres infranchissables. Donc demi-tour, on va prendre les ruelles pour trouver cette route du lac. Les ruelles en fait c’est la dune du pila version raplapla, on s’ensable et le Barbu dont le phare avant ne fonctionne que faiblement n’y voit rien avec sa frontale, mais après de grands renforts de coups de pieds et d’accélérations à en vider le réservoir on sort de cette plage urbaine et trouvons une route trouée mais bitumée. On zig-zag entre les trous et nous finissons par trouver le lac. On installe le campement sous des palmiers, de nuit donc, et le voisin vient nous voir et nous indique ses toilettes (sympa le mec). Il vente à décorner les vachettes Lao donc on sardine notre petite tente, le Chti fait un feu avec des palmes sèches et au dodo.

J13 Laos-14 Les beignets délicieux (avec du sésame dessus)J13 Laos-15

 

J14 – Mardi 29 mars 2016 : de Savannakhet à quelque part sur les pistes (219 km). Journée Paris-Dakar !

Le disque orange nous réveille le lac vers 5-6h du mat, les voisins s’activent et lorsque j’ouvre la tente je découvre des truies en exploration. Nous discutons avec le voisin qui parle un peu anglais (fait rare au Laos), on replie notre bazar et prenons la route de bon matin. Cette traversée de petits villages à l’aurore, entourés de rizières asséchées, à croiser les tracteurs locaux et buffles somnolents me rappelle cette magnifique matinée lorsque nous avons quitté le parc national de Bardia au Népal, dans la jeep de Gauthier le proprio français d’un super resort. J’adore !

Réveil cochonetteIMG_20160408_094630On découvre notre campement de jourJ14 Laos-1

Revoici déjà la route toute droite, mais plutôt que de tracer à Paksé, j’ai trouvé sur la carte un chemin de traverse (une route blanche sur la carte) qui nous permettrait de rejoindre la ville de Salavan au nord du plateau des Bolovens, célèbre pour ses plantations de café. Salavan est selon le guide, « une bonne base pour l’exploration de villages ethniques du coin ».

A la jonction, une piste de sable et graviers rouges. Cela ne va certainement pas durer tout le trajet nous disons nous, et conduisons vaillamment en évitant le sable et les trous, s’arrêtant lorsque des camions nous envoient des nuages de poussières opaques et traversant des petits ponts en planches de bois au dessus de rivières asséchées.

Le paysage fait savane africaine, le soleil cogne comme ce que mon imagination fait des savanes africaine, la piste est rouge et l’on traverse parfois quelques maisonnettes en bois pauvrettes, les visages des locaux sont effectivement différents de ceux des Lao que nous avons croisés jusque là.

Ces petits sillons sur la piste seraient creusés par les camions, en tous cas c’est vraiment horrible de rouler là-dessus ça fait trembler de partout… il faut donc zigzaguer de bord en bord et éviter de s’ensabler sur les côtésParis-Dakar en scooter moto au Laos La « savane », les grillons et la piste. Là elle est luxueuse, en général je ne m’arrêtais pas pour prendre des photos dans les coins les plus pourris et défoncésParis-Dakar en scooter moto au Laos

Après une trentaine de durs kilomètres de piste, nous trouvons… du bitume ! On a presque envie de pleurer de joie ! On est fourbus. Après essuyé plusieurs refus, on finit par trouver un resto qui accepte de nous servir à manger. La ville fait western, posée là au milieu de nul part, entourée de piste mais avec ses quelques rues goudronnées. On mange notre riz avec des légumes et du poisson pour le péchor sous les ventilos pendant que ces dames regardent une série à la télé et le gosse fait des bêtises. Le chien s’est trouvé un bon spot au pied de notre table à attraper les peaux de poissons que le barbu lui jette. On ne peut s’empêcher de remarquer la grosse jarre d’alcool avec ce qui semble être des crapauds à l’intérieur… mais en fait ce sont des geckos, du coup la patronne nous emmène en cuisine et nous montre une autre jarre…. Avec une énorme chauve souris poilue dedans ! Et toute fière elle nous indique que le niveau a bien baissé, il y a donc des gens qui boivent ça !

A gauche, la pauvre chauve-souris dans son bain. Et ça donne le meilleur face swap ! Merci Marie pour la réalisation de ce bijou (à droite)chauve souris

Le Barbu me révèle que sur la route il a vu un chien vivant emballé dans un sac, certainement direction la broche (après avoir vu des chats en cage pour la viande au Vietnam). Miam miam, je suis bien contente de ne pas toucher à la viande d’animaux morts, que ce soit le gros cochon qui dormait contre les toilettes, les jolies oies qui jacassaient dans la cour ou le chien au pied de notre table, je ne fais pas de distinction.

On se donne du courage et retournons sur la route, la rivière croupissante ne correspondant pas à nos critères du campement idéal, nous décidons d’aller dormir plus loin. On fait le plein, et à la sortie du village, le drame : notre beau bitume disparaît et se transforme en kilomètres de pistes informes !

Le prochain « vrai » bled est à 56km, haut les cœurs !

Notre véritable  « Paris-Dakar » commence vraiment là, encore sous le cagnard à traverser des villages tribaux, grimper des cols entres cailloux, bosses, poussières, ornières, sable, ponts en bois à moitié cassés… et à un moment la piste se transforme en ESCALIER. Je ne vous mens pas. Des marches en cailloux. Ma Bécane est exemplaire, la Pétrolette du Barbu a plus de mal donc je dois l’attendre régulièrement mais malgré mes douleurs au poignet droit et aux fesses, on avance vaillamment. Les kilomètres défilent très doucement du à notre rythme adapté à la condition du chemin. Mais finalement, comme je vois que ma Bécane n’à aucun souci sur ce genre de terrains, une vraie tout terrain, je me fais plaisir sur des magnifiques ornières de cailloux blancs et sable roses, une vraie piste d’entrainement qui ravirait n’importe quel fan de motocross !!

J14 Laos-8

Paris-Dakar en scooter moto au Laos

Paris-Dakar en scooter moto au Laos

Paris-Dakar en scooter moto au Laos

J14 Laos-9 Village de far west…J14 Laos-10Une école typique du coin
J14 Laos-11

Paris-Dakar en scooter moto au Laos

Epuisés, nous finissons par arriver au village en question. Le soir tombe, je repère un spot pas mal sur une bute de sable au bord de la toute petite rivière au calme, mais le barbu veut continuer la route et sortir de ce bled (qui pareil a deux routes goudronnées) qui n’a rien d’attrayant. C’est reparti donc, et maintenant nouveau type de piste : de la roche avec des gros cailloux qui secouent bien, et ce pour encore 47 km normalement. HA HA.

Dans un éclair de lucidité j’achète de l’eau et deux paquets de nouilles instantanées avant de repartir à l’aventure, et on achète un bidon de deux litres d’essence à un boui boui sur la route, « au cas où ». Le soleil, énorme disque orangé nous dit bye bye derrière une colline et nous assistons à nouveau à un mini feu de forêt au bord de la route.

J14 Laos-13 Un des nombreux ponts que nous avons traversés… celui-ci est robuste !Paris-Dakar en scooter moto au Laos

feu de foret laos

Paris-Dakar en scooter moto au Laos

La nuit tombe, l’équipe Petrolette/Barbu n’étant pas équipés de phares décents c’est repartit sur les cailloux à la frontale, moi roulant dans un chemin parallèle pour éclairer tout de beau monde. On avance en ligne droite et étant donné que la « route » est sur un talus entouré de champs cultivés ou barbelés on ne peut pas vraiment camper. On traverse encore des ponts branlants en bois, on a du en passer une centaine aujourd’hui, et à un moment je réalise un truc : il y a une autre « route » qui rejoint la route principale pour Salavan, et celle-ci est en orange sur la carte donc forcément goudronnée.

Demi-tour, on cherche la route qui est évidemment une piste sablonneuse. Il y a 16km jusqu’à la route principale. Au bout d’un moment, le Barbu ne voit vraiment rien et s’ensable ou tombe dans des trous à droite à gauche donc on s’arrête à une maison éclairée où la musique est à fond et leur demandons si on peut camper. A un moment on finit par croire que c’est bon mais en fait il nous indique d’aller au village non loin de là.

On s’arrête donc à la première maison du village, deux cahutes en bois éclairées avec un panneau avec une petite croix médicale peinte dessus, ça doit être chez le médecin. Il fait nuit noire, le Barbu s’éclaire avec sa lampe torche et tente de communiquer avec le proprio, et se fait emmener chez le chef du village. Qui lui paye une bière et lui parle beaucoup en Lao. Il lui demande si il veut manger (Barbu dit oui) et s’il veut dormir à l’étage (Barbu dit non «zip zip » mime de tente) mais du coup le chef du village le renvoie chez le monsieur et en gros on est autorisés à camper dans le jardin du monsieur. Pour la nourriture, no news. La femme du monsieur veut qu’on dorme chez eux mais on a notre tente on aime bien dormir dans notre tente. Elle veut nous prêter oreillers et matelas mais on a la gale on ne veut pas contaminer ses tissus. On lui montre nos nouilles instantanées et elle nous invite dans sa cahute, nous fait bouillir de l’eau sur le feu (au charbon de bois hein, ils ont pas le gaz) et on déguste notre noodle soup en sachet (qui est très bonne !) accroupis dans sa cuisine, avant de les remercier mille fois et de nous ziper dans la tente.

Dans l’épisode suivant ? Une copine vendeuse de noodle soup à Salavan, une magnifique cascade sur le plateau des Bolovens et encore un petit bout de piste pour découvrir un petit paradis. Next week !

Et vous, vous avez déjà joué au Paris-Dakar en scooter/moto ou pêté votre véhicule ? J’attends vos anecdotes !

prev
next
Your Comments

Leave a Comment

Name*
Email*
Website

%d blogueurs aiment cette page :