Anywhere
Browsing Category

Europe

Argentique : ballade dans la vallée du Dessoubre

By 2 juin 2016 France, Photographie argentique

Rembobinage ! On fait une pause sur les carnets de route de Bécane et Pétrolette, et revenons dans le temps, il y a 10 mois précisément, juste avant notre départ. J’ai bien sur réservé du temps auprès de ma smalla dans le cocon franc-comtois de ma mère. Et lors d’une ballade à pieds dans la vallée du Dessoubre, une jolie rivière locale, j’ai emmené avec mon mon télémétrique Ricoh. 10 mois plus tard, donc, joli voyage qu’à fait cette pellicule puis-ce que c’est au Vietnam qu’elle a été développée !

En images, c’est parti pour la ballade.

avant de partir, un portrait de la glorieuse jardinière et de ses deux énormes courgettes !dessoubre argentique-1 Mes deux coéquipiersdessoubre argentique-2En route mauvaise super troupe !dessoubre argentique-3

dessoubre argentique-4

dessoubre argentique-6

dessoubre argentique-5 Un fameux clochers comtois se cache dans cette verduredessoubre argentique-7

Et voilà, la jolie rivière Dessoubre. Pas compliqué, il suffisait de descendre (le concept même d’une vallée :D)

dessoubre argentique-9

dessoubre argentique-8

dessoubre argentique-10

Mais il est d »jà l’heure de remonter, ça va tirer dans les mollets…dessoubre argentique-13

dessoubre argentique-14

En bonus, notre plouf dans la rivière:

Plouf ! Le tarzan comtois. #dessoubre #franchecomté #doubs

Une vidéo publiée par RORYYYY (@roryofroom) le

Infos pratiques :

La vallée du Dessoubre s’étend sur 33 km, véritable havre de calme et de verdure, elle est propice pour faire des ballades pédestres ou équestres, pêcher, se baigner dans la rivière en été…
La rivière prend sa source au Cirque de Consolation. Là on peut visiter l’ancien séminaire et marcher jusqu’à la cascade mais aussi s’élancer du haut du cirque en tyrolienne sur 500 m de longueur (et 135m de hauteur) !

Le long de la rivière dans la vallée vous pouvez partir à la découverte des jolis villages de Rosureux ou encore Vauclotte, et suivre la rivière sur ses 33 km jusqu’à Saint-Hippolyte où elle se jette dans le Doubs ou prendre de la hauteur sur la vallée au creux des Hautes-Roches par exemple !

Si l’envie vous prend de découvrir cette vallée au rythme des sabots, les centres équestres la Cravache à Maîche ainsi que celui de la Montnoirotte à Crosey le Petit proposent des randonnées équestres de trois jours dans le Dessoubre, vous pouvez les contacter directement pour plus d’informations.

Une dernière image pour la route :

Le Dessoubre ! #franchecomté #doubs #bucolique #homesweethome

Une photo publiée par RORYYYY (@roryofroom) le

You Might Also Like

Un petit nouveau dans la collection : le Lubitel 2

By 28 juillet 2015 Paris, Photographie argentique

J’ai toujours rêvé d’un moyen format. Il s’agit d’un type d’appareils photos utilisant une taille de pellicules différentes à la standard (35 mnn) qui est de 120 mn, bien plus large. La surface sensible exposée à la lumière est plus grande. Il y a quelques années Jean-François Pfeiffer m’avais prêté quelques jours son Rolleiflex, et j’avais vraiment été séduite par le format carré (à l’heure où instagram n’existait pas encore) et ce mode de prise de vue si particulier. C’était aussi au début de mes aventures argentiques.

rolleiflex

Mon premier portrait au Rolleiflex, mon amie Marie-Alice

 

Depuis j’ai toujours eu envie de posséder un moyen format, j’ai été attirée par toutes sortes d’appareils : du Mamya, du Contrax, du Yashica, du Bronica, du Rolleiflex… etc. Mais bon comme je n’ai pas trop les moyens, je n’ai que récemment l’idée de me rabattre sur alternative beaucoup moins chère : la lomographie. Effectivement, l’entreprise russe GOMZ/LOMO a copié Voigtländer Brilliant pour créer le Lubitel 2, un petit moyen format léger et abordable. Mon modèle date d’entre 1955-1977. J’en ai trouvé un vraiment pas cher sur leboncoin, ne sachant pas s’il allait fonctionner, mais surprise ! Après quelques déconvenues avec le compteur de vues, j’ai finalement réussi à le décoincer, et ai shooté ma première pellicule de noir & blanc en Foma Pan 200.

La fin du rouleauPhoto12_12

Mon chat flou (franchement galère comme angle de vue avec un moyen format mais bon on teste)Photo11_11

HomePhoto10_10

Mon quartier Parisien dans le Xème arrondissement
Photo09_9

Photo08_8

Les photos que j’ai prise pendant ma rencontre avec Noémi de TrendyMood qui m’a tiré le portraitPhoto06_6

Photo05_5

Pour un premier test je suis plutôt satisfaite même si il y a pas mal de flou, au moins au niveau des expositions je ne m’en suis pas mal tirée et au final j’ai réussi à débloquer le compteur de vues (dans la douceur bien sur !)

Petit coin de paradis à Créteil

Photo03_3

lubitel 2 lubitel 2

 

You Might Also Like

Analog Paris

By 30 avril 2015 Daily Life, France, Paris, Photographie argentique

L’automne dernier, j’ai eu la visite de ma correspondante tchèque du lycée avec qui j’étais restée en contact, de mon ami polonais Karol pour Paris Photo, de ma chère Sam (aka Vagabondanse) ainsi que de notre « Chill » national. L’occasion pour moi de me balader dans Paris sans oublier d’emmener mes appareils photos.

Fin de l’été avec Sam & Chill

Promenade sur le canal Saint Martin

F1010026

F1010009

F1010011

 

F1010013

F1010010

F1010027

F1010028

La petite maison du canalF1010016

F1010015

 

 

 

Promenades automnales

On embarque à Jaurès

F1000026

Direction Barbès, Montmartre, le Marché Saint-Pierre et le sacré coeurF1000018

F1000020

F1000019

F1000022

F1000021

F1000027

F1000023

On redescend par  les petites ruelles et leurs commerces éclairésF1000024

Avant d’aller boire la traditionnelle pinte au Folies à BelvilleF1000025

Cette fois ci, ce sont les tchèques qui m’entrainent vers les quartiers de Notre Dame puis du Panthéon. Nous allons nous perdre dans les ruelles du 5ème arrondissement

F1010029

F1010030

F1010032

F1010031

F1000028

F1000029

F1000031

F1000033

Une autre balade, de Chatelet à Concorde en traversant le jardin des Tuileries

F1010034

F1010035

F1010036

F1010039

You Might Also Like

Paris : Balade photo à Saint Germain des Prés

By 22 janvier 2015 France, Paris, Photographie argentique

J’ai eu la chance de pouvoir participer à la balade photo organisée par Julie du site Carnet-de-Traverse : il s’agissait de nous dispenser quelques précieux conseils sur la photo de rue. Nous nous sommes donc retrouvés à Saint Germain des Prés, en commençant par une présentation de ses appareils photo au café de Flore -le si fameux- où je n’avais d’ailleurs jamais mis les pieds, pour ensuite s’éparpiller dans les petites rues, appareils au poing.

En tant que grande timide de l’appareil photo quand il y a plein de gens, cela m’a fait le plus grand bien. Bien sur le maître-mot est OSEZ, mais c’est souvent plus facile à dire qu’à faire. J’ai donc profité de cette rencontre avec Julie ainsi que mes co-participants CélineMathilde,Elodie, Marcio et Guillaume pour emmener mon Ricoh 500ME. Je l’avais déjà préféré à mon Minolta pour photographier Mumbai (bien plus discret et moins lourd).
Et là je me suis heurtée à un premier problème : comme j’ai tout shooté en manuel je devais bien sûr adapter mes réglages selon la lumière… et comme c’est un télémétrique, bien jauger la distance puis faire la mise au point à la main avant de shooter. Ce qui peut prendre un certain temps, surtout les doigts engourdis par le froid !
Difficulté supplémentaire : quand on a des amis qui font de la photo de rue décomplexée et qui n’hésitent pas à shooter plein de trucs en scred que tu aurais rêvé de chopper, ça donne un peu de complexes. N’est-ce-pas Karol !?

Mais bon au moins, j’ai osé, expérimenté et découvert un quartier dans lequel je ne mets quasiment jamais les pieds (j’y étais venu la dernière fois pour acheter de la crème solaire dans une des parapharmacies les moins chères de Paris *bon plan*).

Pour ce qui est du résultat : si certaines me plaisent bien, d’autres me paraissent plus banales… et j’ai encore ce problème de voile sur le film (ce qui fait des barres rouges/orangées sur certaines photos), mais comme pas mal de personnes m’ont dis que finalement ça ne dérangeait pas tant que cela et que ça donnait un charme j’ai décidé d’être un peu moins tendue comme un string et d’accepter ces imperfections… (ce qui ne veut dire que je vais arrêter de fourrer de la mousse dans l’appareil photo comme une malade aussi :P)

Saint Germain des prés

Saint Germain des prés

Saint Germain des prés

Saint Germain des prés

Saint Germain des prés

Saint Germain des prés

Saint Germain des prés

Saint Germain des prés

Saint Germain des prés

 

 

 

Saint Germain des prés

 

Saint Germain des prés

Saint Germain des prés

Saint Germain des prés

Et vous la photo de rue, ça donne quoi ? Vous vous y mettez parfois ?

You Might Also Like

Sweet Franche-Comté #2 – Mont d’Or et jardin automnal

By 15 janvier 2015 Daily Life, France, Photographie argentique

En ce début d’année difficile, je ne sais pas trop quoi dire. Comme tout le monde, j’ai eu le souffle coupé, la nausée, et puis un peu d’espoir. Et puis la vie continue, comme toujours. Aujourd’hui je vous emmène à nouveau dans ma verdoyante contrée franc-comtoise, terminer cette balade contée ici.

Pique-nique et opéra en plein air sur le Mont d’Or

Nous retournons donc sur les hauteurs du Mont-d’Or, cette montagne au nom de fromage, ou l’inverse, où nous avons pique-niqué des sandwichs au comté, comme un pied-de nez à l’environnement qui nous accueillait.

Franche-Comté 2

Franche-Comté 1

Franche-Comté 6

Franche-Comté 3

Franche-Comté 5

 

Franche-Comté 8

Juste avant la tombée de la nuit, nous nous sommes dirigés un peu plus bas pour assister à l’Opéra Promenade Les Brigands d’Offenbach, mis en scène par la compagnie Justiniana avec laquelle j’ai eu la joie de participer à plusieurs opéras en tant que choriste et figurante par le passé (Carmen de Bizet et Sans Crier Gare, création originale de l’Ensemble – Claude Tabet / Philippe Mion, Etienne Roche, Alfred Spirli et Olivier Urbano). Cette année, ma mère, mon amie d’enfance ainsi que mon petit frère, ayant pris mon relais y participaient dans les cœurs, et comme toujours ce fut un spectacle étonnant et plein de joie… même si je connaissais déjà les airs pour avoir participé aux répétitions, c’est toujours un immense plaisir de découvrir le spectacle dans un environnement extérieur et aussi magistral.Franche-Comté 7

En attendant le début de l’opéra promenadeMont d'or franche comté

La jardin de la Madre et les environs

Redescendons un peu en altitude et attardons-nous quelques instants dans la fraicheur d’un matin d’août dans le merveilleux jardin de ma mère. Admirez donc avec moi la brume qui se lève de la vallée du Dessoubre, faites donc la connaissance d’Olaf et Ida, nos deux jars qui klaxonnent sur les passants et protègent la basse-cour, saluez donc Jo le Borgne, petit coq n’a qu’un oeil né d’une couvée maison, qui a désormais le phénix du poulailler dont le ramage se rapporte à son plumage (big up la Fontaine). Foulez donc cette herbe humide, sentez le parfum de cette rose mouillée par la rosée et admirez le travail d’orfèvre d’une araignée dans une haie de mures.

Franche-Comté 9

Franche-Comté 10

Franche-Comté 12

franche comté doubs

Franche-Comté 15

Franche-Comté 14

Franche-Comté 16

Franche-Comté 18

Franche-Comté 17

Franche-Comté 19

Franche-Comté 20

Franche-Comté 21

Franche-Comté 22

Franche-Comté 23

Franche-Comté 24

Franche-Comté 25

Sur ce, bonne fin de semaine à vous…

You Might Also Like

Article invité : le barbu traine son Vivitar en Sicile

By 7 décembre 2014 Italie, Photographie argentique, Voyage

Il est rare que je publie autre chose que mes petites photos de voyages, et pour une fois, j’ai un invité de taille : le Barbu, qui est parti sans moi en Sicile pendant 2 semaines en sac à dos, et où il a traîné son cadeau de choix : le Vivitar. Et la pellicule qu’il nous ramène est, de mon avis, vraiment très chouette. Je trouve qu’il y a là un point de vue, et il est vrai que comparé aux photos numériques qu’il a ramené, cette pellicule raconte plus d’histoires… je le laisse vous les conter.

Le marché aux poisson de Catane

20140907-F1000035

20140907-F1000032

Le fameux marché aux poissons de Catane, où je me suis fait nourrir comme un chaton par un vendeur qui me donnait des bouts de poisson cru en guise de petit déjeuner. Super remède contre la gueule de bois ! Je recommande l’auberge de jeunesse qui est à côté (Agora hostel), le personnel est vraiment cool.

La fontaine dans le quartier du marché au poisson

20140907-F1000034Le Vititar nous montre encore une fois l’étendue de ces capacités. Si la grille devant pourrait sembler gênante,  la lumière capturée, l’expression de la statue et les jeux d’eaux sur la fontaine constituent pour moi une raison suffisante de mettre cette photo en avant.

20140907-F1000033Une petite voiture mignonne dans les rues de Catane, dans une de ses rues si caractéristiques.

Ispica

Un petit tour dans les terres à Ispica

20140907-F1000031

20140907-F1000029Le Lonely Planet annonce un canyon « cava d’Ispica ». Je suis allé faire un tour, il y a des vergers partout au début de la promenade :  y poussent des grenades, du raisin, des citrons, des noix… un vrai jardin d’Eden. Comme on dit dans le nord, je suis allé « à la marotte ».

20140907-F1000028Trois papis qui posent gentiment à la sortie du canyon, immortalisés devant leur remise troglodyte.

Années 70 bonjour !

20140907-F1000025

20140907-F1000024

Un vendeur de granité maison, boulangerie, pâtisserie à Ispica. J’ai d’abord pris en photo son magasin, et puis après lui avoir commandé un granité amande (délicieux!) je lui ai demandé s’il voulait bien poser devant sa boutique.

20140907-F1000026Pozzallo, station balnéaire. 9h du matin, coup de soleil. Et cette dame.

Les pêcheurs

20140907-F1000021Un petit port de pêche très charmant à Marzamemi

20140907-F1000020Coucher de soleil et pêcheurs sur la digue de Marzamemi

Pachino

J’ai adoré la petite ville de Pachino. La gentillesse des gens, les pépés sur la place, les bons produits locaux, la tomate de Pachino.

20140907-F1000018

Un primeur ambulant

20140907-F1000017

20140907-F1000016

20140907-F1000015

Les boutiques

20140907-F1000014

20140907-F1000013

20140907-F1000012Ce jeune fromager ci-dessus a passé un coup de fil à Rory.  Tout le monde me demandait « Dove è la ragazza ?! ». Alors voilà.

20140907-F1000010 L’église sur la place principale20140907-F1000008 Une rue débouchant sur la mer20140907-F1000007à l’arrêt de bus, ce jeune humanitaire italien veut sauver le monde

Marzamemi dans les environs de Pachino

Mazamemi surpeuplé de monde, il faut remonter vers la Riserva Naturale di Vendicari pour trouver quelques spot tranquilles pour la journée plage et  dormir à la belle étoile.

20140907-F1000005

20140907-F1000004

20140907-F1000002

20140907-F1000001

En espérant que les photos vous plaisent 🙂

You Might Also Like

Bords de Seine, chez Monet et au domaine de la Corniche

By 26 novembre 2014 France, Normandie, Photographie argentique

Un de mes nouveaux passe-temps est l’exploration de l’Île-de-France en RER, avec le dézonnage des pass navigo pour le week-end on peut découvrir de magnifiques endroits (j’ai récemment été à Chantilly – même si c’est hors zone) et c’est ainsi que j’ai découvert le fameux village de Giverny où a vécu le peintre Claude Monet avec sa famille. On peut y visiter sa maison, ses jardins ainsi que le petit étang des Nymphéas, sujets de nombreuses de ses toiles…

Ayant parlé à une de mes collègues/amie récemment que je projetais de partir en week-end en amoureux pour visiter la maison et les jardins de Claude Monet et profiter des bords de Seine dans l’Eure (le début de la Normandie), celle-ci s’est empressée d’organiser tout cela dans mon dos pour me l’offrir à mon pot de départ ! Nous avions donc un superbe hôtel un peu au sud de Bonnière-sur-Seine, perché sur une colline avec une vue imprenable sur les méandres du fleuve.

La maison et les jardins de Claude Monet

Nous avons commencé par visiter la maison et les jardins de Monet le vendredi après-midi. L’intérieur de la maison est meublé avec le mobilier de mr Claude et les murs ornés de peintures, souvent réalisées par ses potes peintres célèbres (Renoir, Cézanne…). On y découvre aussi sa collection de plus de 200 estampes japonaises. J’ai particulièrement aimé celles avec les poissons. Son atelier est conservé « en l’état », avec les murs recouverts de dizaines de toiles. Impressionnant. Le jardin accolé à la maison est sillonné par des petits chemins géométriques mais demeure un mélange fouillis et sauvagement contenu d’énormément d’espèces, un joyeux bazar coloré… un jardin comme je les aime ! (oui les jardins à la française c’est moins mon délire. Vive les jardins anglais). De l’autre côté de la route on retrouve l’influence japonaise autour de son étang avec les ponts et la petite forêt de bambous. Malgré le fait qu’on s’y soit rendu en octobre, les jardins étaient encore magnifiquement fleuris, et les arbres commençaient à abhorrer des couleurs mordorées…

Giverny maison claude monet

La magnifique cuisinière !Giverny maison claude monet

Giverny maison claude monet

En bas la grosse fenêtre de l’atelier et au dessus, la chambre de MonetGiverny maison claude monet

Giverny maison claude monet

Le jardinGiverny maison jardins claude monet

Giverny maison jardins claude monet

Giverny jardins claude monet

Giverny jardins claude monet étang nympheas

Giverny jardins claude monet étang nympheas

Giverny jardins claude monet étang nympheas

Giverny jardins claude monet étang nympheas

L’allée des capucines : 1060 graines et six mois de travail ont été nécessaires pour obtenir cette rivière de fleursGiverny jardins claude monet allée des capucines

Giverny jardins claude monet allée des capucines

Des poules padoues, poules de luxe !poules padoue Giverny jardins claude monet

poules padoue Giverny jardins claude monet

Giverny jardins claude monet

Giverny

S’il faisait un peu gris ce jour là, nous avons en revanche profité d’un soleil éclatant le reste du week-end.

Le domaine de la Corniche

vue domaine de la corniche

La vue depuis l’hôtel – photos avec mon téléphone

Après avoir également fait un tour dans le village et au musée de l’impressionisme (un peu décevant pour notre part), nous avons rejoint Vernon puis Bonnières où nous avons commandé un taxi afin de nous rendre à l’hôtel. Il s’agit de l’établissement « Domaine de la Corniche », où nous avons mangé au restaurant gastronomique les deux soirs (on a compensé toutes les fois où l’on est restés à la maison à regarder les Simpsons le dimanche au lieu de partir en week-end aha), profité de la piscine et du hammam (et même de la terrasse tellement il faisait beau et chaud), exploré les alentours en vélo pour finir par une petite promenade en poney sous le soleil éclatant du dimanche matin.

La SeineBonnière sur seine

Balade en vélo20141113-F1020010

20141113-F1020011

20141113-F1020012

L’hôtel : Domaine de la Corniche****hotel domaine de la corniche

hotel domaine de la corniche

hotel domaine de la corniche

bonnière sur seine

20141113-F1020017

bonnière sur seine

Lever de soleil le dimanche matin

bonnière sur seine

Une promenade à Poney à l’écurie de Vernon

A la demande du barbu, qui essaye de s’intéresser aux équidés depuis que je m’y suis remis, on est allés faire une petite balade en poney, sous le soleil éclatant de ce dimanche. (Oui il y a des grands poneys capable de nous supporter, et sur lesquels je n’ai pas les pieds qui trainent par terre). Nous sommes parties avec Charlène la monitrice de l’écurie et une propriétaire qui avait habité en Franche-Comté auparavant ! C’était très sympa, mais pour cause d’ouverture de la chasse, nous n’avons pas pu aller dans la forêt. Bon avec le soleil qu’il y avait ce n’était pas bien grave… nous avons quand même croisé des chasseurs dans les champs, à l’affut de sangliers. Un chevreuil leur est passé sous le nez, il a eu chaud celui-ci heureusement qu’ils n’étaient pas intéressés. Sinon je vous recommande l’écurie de Vernon, les gérants sont nouveaux et très sympathiques, l’écurie abrite le « Prieuré de Notre Dame de Saulseuse » fondé en 1118 et les bâtiments sont magnifiques. Pour y aller, il faut mieux être véhiculé, c’est à 15 mn de Vernon. Ils font des balades tous niveaux. Téléphone :02.32.52.78.36

Poney ! (mise au point ratée mais je l’aime quand même bien cette photo 🙂 )

20141113-F1020020

balade poney écurie de vernon

Photos avec le portable

En bref un super week-end, mais un peu galère et onéreux quand on a pas de voiture et que l’on doit jongler entre RER, bus et taxis…

Pour se rendre à Giverny depuis Paris (même pour une journée), vous pouvez prendre le transilien J à la gare st Lazare jusqu’à Vernon, puis il y a une navette (assez chère – 4€ pour un trajet de 4km) reliant Giverny.

You Might Also Like

Sweet Franche-Comté

By 20 septembre 2014 Daily Life, France, Photographie argentique
Creux des hautes roches charmoille franche comté doubs

Aujourd’hui je vous emmène du côté de l’est français. Pas le sud-est ni le nord-est, l’est-tout-court, frontalier avec la Suisse, bordé du massif montagneux du Jura, à savoir : la Franche-Comté.
C’est là qu’est installée ma mère depuis plus de seize années, et où je me fais un plaisir de revenir dès que possible, afin de prendre des grands bols de calme et d’air montagneux. Pour l’anniversaire de l’un de ces amis, celle-ci m’a demandé de tirer le portait à quelques vues des alentours pour lui en faire cadeau. Ces paysages ont inspiré bien des peintres locaux, mais c’est à travers un film de kodak portra que je me suis attelée à capturer ce mélange d’arbres et de roches sous un ciel contrasté.

charmoille sur les côtes doubs franche comté

Voici les vues du bord d’un plateau vers le plateau d’en face : entre les deux, coule le Dessoubre, qui a façonné ces reliefs depuis des centaines et des centaine d’années. Cette vallée est ponctuée de sites qui valent le coup d’oeil tels que le cirque de consolation, les villages de Rosureux et Vaucluse, très jolis ainsi que les nombreux moulins à aubes. La rivière est un repère de pêcheurs à la mouche, et ses berges sont très agréables pour y randonner. Je longe ce cours d’eau avec encore l’agréable souvenir de mes nombreuses randonnées à cheval sur tous ces petits sentiers.

charmoille creux des hautes roches doubs franche comté

Le creux des Hautes-Rochescharmoille creux des hautes roches doubs franche comté

charmoille creux des hautes roches doubs franche comté Mes voisines, celles-ci ne font pas de légendaire Comté mais finiront en beafsteak…vaches veau

Pontarlier

En nous rendant sur le Mont-d’Or cet été, nous nous sommes arrêtés à Pontarlier à un concours d’élevage de chevaux comtois. Ces beaux blonds côtoient les vaches montbéliardes dans les prés comtois, et font littéralement partie du paysage. Si certaines races de chevaux de trait (chevaux lourds) ont encore du mal à subsister en France, les chevaux comtois et bretons s’en sortent bien car ils alimentent notamment un filière viande (eh oui c’est comme ça), mais surtout car ces canons sont exportés partout dans le monde pour leurs qualités de travail et de caractère! C’était autrefois une monture de bataille, puis de traction pour les travaux des champs. Les éleveurs se regroupent régulièrement autour de concours de la race où leurs bêtes sont jugées sur les critères physiques définis stud-book (registre d’élevage) du cheval comtois. Les canons de la race sont récompensés et pourront, eux ou leur progéniture être vendus plus cher et contribuer à la continuité de l’existence de cette race.

concours cheval comtois pontarlier

Une présentation : comme c’était la journée des juments, celles-ci étaient quasiment toutes accompagnées de leur progéniture 🙂concours cheval comtois pontarlier Détail d’un tressage de queue, et un petit polisson prend son goûterconcours cheval comtois pontarlier

Le Mont d’Or

Nous laissons les éleveurs deviser entre-eux et entamons la côte qui mène au Mont-d’Or. En grimpant sur la crête à plus de 1 400 mètres d’altitude, un paysage saisissant et recto-verso s’offre à nous. Cette montagne donne également son nom au délicieux fromage dans sa boite en écorce d’épicéa, que l’on fait fondre au four… avant de s’en régaler sur des petites patates en hiver !
Mais assez parlé nourriture, voyez plutôt la vue du haut de la montagne :

mont d'or franche comté

mont d'or franche comté

mont d'or franche comté

mont d'or franche comté

mont d'or franche comté

mont d'or franche comté

C’est là-dessus que je vous laisse, et j’espère pouvoir bientôt vous faire découvrir d’autres parties de ma belle région d’adoption à travers mon objectif !

You Might Also Like

Petites Cyclades et robinsonnades grecques

By 15 août 2014 Grèce, Photographie argentique, Voyage
Donoussa

Après une dernière nuit sur une petite plage cachée pas loin du débarcadère du ferry, nous quittons Amorgos pour une nouvelle aventure : les petites Cyclades. Il s’agit d’un chapelet de petites îles dans les Cyclades. Sur les principales îles, seules 4 sont habitées, et Koufonissi comprend un seul village! Si elles servaient autrefois uniquement de lieu de pature pour le bétail, des habitants d’Amorgos ont fini par s’y installer.

Koufonissi

Nous embarquons donc sur un petit ferry au drôle de nom « l’Express Skopelitis » pour nous rendre sur la toute petite Koufonissi, dont les évocations de petites criques nous avait tant fait rêver. C’est l’une des plus petites îles habitée des Cyclades, avec son unique village et ses 4 km². L’île compte très peu d’hébergements et nous avions prévu de dormir sur la plage, mais si vous voulez un lit, mieux vaut réserver !

En débarquant du ferry, nous allons nous désaltérer dans un café sympathique pas loin du port, et réalisons que nous n’avons plus de liquide. La fin des haricots. Seulement, il y a un distributeur sur l’île au bureau de poste, mais à cause de la grève des banques il n’est pas en fonctionnement. Nous nous retrouvons donc désargenté sur un minuscule lopin de terre au milieu de la Méditerranée. On en discute avec le tenancier, lui donnons nos quelques euros restant et après longues négociations arrivons à échanger du cash contre carte bleue chez l’épicier du coin.

Une fois ré-argentés et chargés de nourriture, nous reprenons nos sacs à dos et partons à pied à la découverte de l’île en prenant le petit sentier longeant la côte et menant à la baie de Pori. Après avoir zieuté les poissons dans ce grand lagon, nous nous restaurons et entreprenons l’exploration du nord de l’île et cherchons la « piscine » de Koufonissia, creusée par la mer dans une falaise et contenant une eau d’une couleur incroyable.

Le chemin longeant la côtekoufonissi koufonissia petites cyclades grèce

Nyan Cat le sauveur de ma pudeur… dur dur les ballades en sac à dos. Le camping sauvage a aussi ses inconvénients!Koufonissi

Une des nombreuses piscines naturelles qui grignotent la côtekoufonissi koufonissia petites cyclades grèce
koufonissi koufonissia petites cyclades grèce

koufonissi koufonissia petites cyclades grèceLA piscinekoufonissi koufonissia petites cyclades grèce

koufonissi koufonissia petites cyclades grèce

Le soir même, nous avons un peu de mal à trouver une plage abritée du vent sur cet îlot rocheux offert aux éléments déchaînés. (je vend du rêve là). Nous finissons donc par trouver un petit abri, comme une petite grotte à côté d’une plage… mais au niveau de la mer. Après avoir cuisiné sous les étoiles, nous nous endormons dans notre grottette. Mais au milieu de la nuit, je me réveille les fesses dans l’eau : la mer à monté et est en train d’inonder notre abri! Nous décampons vite fait au clair de lune, et nous abritons l’un de l’eau du vent en se collant sur la plage comme des phoques sur la banquise. La nuit fut rude. Au réveil, on se rend compte qu’un de nos tapis de sol s’est envolé, parti sans laisser de trace. Après cette rude nuité, nous allons prendre un petit déjeuner au village, puis partons à la plage qui se situe vers les moulins.

07420001Le Barbu a attrapé un joli poisson

07420002Yeux d’oursins !

07420003

koufonissi koufonissia petites cyclades grèce

koufonissi koufonissia petites cyclades grèce

C’est après cette nuit agitée où la mer commence à être mauvaise que nous ré-embarquons dans le sympathique Express Skopelitis pour nous rendre à Donoussa. La mer fait des siennes, les vagues passent par dessus les hublots et le petit bateau craque de partout. Le roulis qui nous faisait bien rigoler au début commence à être difficilement supportable, et une employée du navire commence à distribuer des sachets en papier aux enfants. Le Barbu me dit qu’au milieu du bateau ça sera moins pire, il s’agrippe donc au bar (comme à son habitude) et je m’assois sur le sol, la tête entre les genoux. Alors qu’après les enfants, ce sont les mères qui commencent à succomber aux sirènes des petits sachets kraft, je sombre dans une sorte de sieste, assise sur ma moquette. J’imagine que je suis dans une grotte (allez savoir). Quand je relève la tête, les hommes sont désormais en proie au mal de mer. Je tiens bon. Lorsque nous touchons enfin la terre, on ne marche plus très droit. Terre, enfin ! Après renseignement, il parait qu’il y avait même un groupe facebook qui s’appelait « I survived the Skopelitis », désormais disparu, mais cette photo vous donnera peut-être une idée du pourquoi 🙂

Express spokelitis

Les jours qui suivront à Donoussa, nous nous rendions parfois sur le port admirer la descente du ferry, les enfants tous verts et les parents un peu remués. Hilarant ! (quand on est pas dedans :p)

Donoussa

Terre ! Enfin, nos posons le pied sur la petite île de Donoussa. 13km² et 120 habitants. L’île est très tranquille, encore sauvage et préservée, et peut faire le bonheur des montagnards avec ses chemins dans la montagne, mais compte également de splendides baies et plages, accessible à pied ou grâce à un petit bus qui relie les deux villages de l’île. Pour se restaurer, il n’y a que quelques tavernes, mais comme partout en Grèce j’ai l’impression, on y mange bien. Les quelques chambres se louent chez l’habitant, et il n’est pas possible de se procurer un véhicule. Ici, les choses se méritent ! Une jeune Grecque avec qui nous avions discuté sur le ferry nous avait dit qu’il était possible de faire du camping sauvage au dessus de la plage de Kendros, à une vingtaine de minutes à pied depuis Stravos, le village principal.

En arrivant en fin d’après-midi, nous faisons le plein de victuailles à l’épicerie du village et fonçons à Kendros pour nous y installer. Les jours qui suivirent furent des plus tranquilles et agréables : exploration de l’île à pied et en stop (où nous rencontrâme un couple de grecs forts sympathiques, marchant sur la route sous le cagnard comme nous), déjeuner dans les tavernes de Stravos, plage et lecture sur la plage principale « sous notre arbre » partagé avec un couple d’Allemands septagénaires très chouettes qui tous les matins se levaient à 4h et escaladaient la montagne pour y admirer le lever du soleil, soirées au camping sauvage de Kendros, dans le petit bar (et la marche traitresse qui valu au Barbu de s’exploser les deux gros orteils après abus d’alcool fort avec ses nouveaux compagnons d’apéro du camping)… et notre aventure « Robinsons Cruzoé » durant notre semaine sur cette petite île.

En effet, avec ce problème récurrent des distributeurs automatiques (ATM) nous avons fini par nous retrouver à cours de liquide. Et impossible de retirer sur sur l’île, on nous a donc proposé deux solutions : soit négocier avec l’équipage, sauter dans le gros ferry du Blue Star pendant qui débarque/embarque les gens et courir jusqu’au distributeur à bord du bateau et bien sur se dépêcher de redescendre avant qu’il ne largue les amarres (a pour pré-requis de duper l’équipage ou de bien parler le grec), soit prendre le ferry jusqu’à Naxos un soir et revenir directement après. Nous avons donc choisi la seconde solution, étant donné notre maîtrise de la langue de Socrate et notre peu d’envie à ce qu’un des deux se retrouve seul et désargenté sur l’île pour une nuit. Il nous restait pile poil assez d’argent pour deux billets aller jusqu’à Naxos, nous les avons donc acheté et sommes retournés à notre tente. Inspection des stocks : une boite de sardines et quelques tomates. Pour compléter notre maigre festin, nous partons donc pêcher dans le but de nous nourrir. Je cueille donc des bigorneaux dans les rochers que le Barbu casse pour s’en faire des appas. Le soir tombe, et au coucher du soleil nous avons attrapé deux petits poissons d’une quinzaine de centimètres j’imagine. De retour à la tente, nos voisins nous offrent un peu d’huile et nous faisons frire nos deux proies avec le petit réchaud. Nous nous partageons notre festin de tomates, huile et poisson (c’est très sain tout ça) et finissons par offrir nos restes à une chatte sauvage et ses rejetons qui nous tournaient autour en feulant depuis le début du repas. Le lendemain, la gamelle est plus propre que jamais.

Après cette petite anecdote qui restera dans les anales, laissons parler les images (comme souvent, capturées avec mon fidèle minolta et de la kodak potra 160).

Donoussa petites cyclades grèceLe « camping » sauvage de Kendros depuis le chemin pour y accéderDonoussa petites cyclades grèceLe village de Stravos et sa petite égliseDonoussa petites cyclades grèceLa plage du village et un impressionnant dégradé de bleu ce jour làDonoussa petites cyclades grècePetite promenade sur les sentiers de l’îleDonoussa petites cyclades grèce La plage de Livadi, à l’est de l’île et bien isolée, elle aussi occupée par de jeunes grecs en vacances. Descendez d’abord à la mignonne fontaine de la source de Mersini vous ravitailler en eau avant d’entreprendre la descente assez longue et périlleuse pour cette plage splendide ! Donoussa petites cyclades grèce En continuant la route, tout au nord-est, on arrive au minuscule village de Kalotatissa, d’un calme absolu, qui abrite également une petite taverne bien sympathique, où nous avons mangé à côté d’une tablée de toute une famille du village… Donoussa petites cyclades grèce A l’ombre des rochers après une petite séance de snorkeling très paisible, on peut admirer mon bronzage qui en est alors à son maximum, après 3 semaines sous le soleil grec ! 
07420013 Et il est déjà l’heure de partir, dire au revoir à la quiétude de Donoussa, rejoindre Athènes et des rues ombragées…Donoussa petites cyclades grèce ferry Le chti a donc assorti son T-Shirt au bleu de la mer pour les adieux.07420016

Donoussa petites cyclades grèce

C’est ainsi que s’achève ce carnet de voyage sur les Cyclades…

 

Vous pouvez retrouver tous les article ici, ou si vous cherchez le détail :

You Might Also Like

Mariage estival à Collioure, entre Méditerranée et Pyrénées…

By 16 juillet 2014 France, Photographie argentique