Anywhere
Browsing Category

France

Argentique : ballade dans la vallée du Dessoubre

By 2 juin 2016 France, Photographie argentique

Rembobinage ! On fait une pause sur les carnets de route de Bécane et Pétrolette, et revenons dans le temps, il y a 10 mois précisément, juste avant notre départ. J’ai bien sur réservé du temps auprès de ma smalla dans le cocon franc-comtois de ma mère. Et lors d’une ballade à pieds dans la vallée du Dessoubre, une jolie rivière locale, j’ai emmené avec mon mon télémétrique Ricoh. 10 mois plus tard, donc, joli voyage qu’à fait cette pellicule puis-ce que c’est au Vietnam qu’elle a été développée !

En images, c’est parti pour la ballade.

avant de partir, un portrait de la glorieuse jardinière et de ses deux énormes courgettes !dessoubre argentique-1 Mes deux coéquipiersdessoubre argentique-2En route mauvaise super troupe !dessoubre argentique-3

dessoubre argentique-4

dessoubre argentique-6

dessoubre argentique-5 Un fameux clochers comtois se cache dans cette verduredessoubre argentique-7

Et voilà, la jolie rivière Dessoubre. Pas compliqué, il suffisait de descendre (le concept même d’une vallée :D)

dessoubre argentique-9

dessoubre argentique-8

dessoubre argentique-10

Mais il est d »jà l’heure de remonter, ça va tirer dans les mollets…dessoubre argentique-13

dessoubre argentique-14

En bonus, notre plouf dans la rivière:

Plouf ! Le tarzan comtois. #dessoubre #franchecomté #doubs

Une vidéo publiée par RORYYYY (@roryofroom) le

Infos pratiques :

La vallée du Dessoubre s’étend sur 33 km, véritable havre de calme et de verdure, elle est propice pour faire des ballades pédestres ou équestres, pêcher, se baigner dans la rivière en été…
La rivière prend sa source au Cirque de Consolation. Là on peut visiter l’ancien séminaire et marcher jusqu’à la cascade mais aussi s’élancer du haut du cirque en tyrolienne sur 500 m de longueur (et 135m de hauteur) !

Le long de la rivière dans la vallée vous pouvez partir à la découverte des jolis villages de Rosureux ou encore Vauclotte, et suivre la rivière sur ses 33 km jusqu’à Saint-Hippolyte où elle se jette dans le Doubs ou prendre de la hauteur sur la vallée au creux des Hautes-Roches par exemple !

Si l’envie vous prend de découvrir cette vallée au rythme des sabots, les centres équestres la Cravache à Maîche ainsi que celui de la Montnoirotte à Crosey le Petit proposent des randonnées équestres de trois jours dans le Dessoubre, vous pouvez les contacter directement pour plus d’informations.

Une dernière image pour la route :

Le Dessoubre ! #franchecomté #doubs #bucolique #homesweethome

Une photo publiée par RORYYYY (@roryofroom) le

You Might Also Like

Un petit nouveau dans la collection : le Lubitel 2

By 28 juillet 2015 Paris, Photographie argentique

J’ai toujours rêvé d’un moyen format. Il s’agit d’un type d’appareils photos utilisant une taille de pellicules différentes à la standard (35 mnn) qui est de 120 mn, bien plus large. La surface sensible exposée à la lumière est plus grande. Il y a quelques années Jean-François Pfeiffer m’avais prêté quelques jours son Rolleiflex, et j’avais vraiment été séduite par le format carré (à l’heure où instagram n’existait pas encore) et ce mode de prise de vue si particulier. C’était aussi au début de mes aventures argentiques.

rolleiflex

Mon premier portrait au Rolleiflex, mon amie Marie-Alice

 

Depuis j’ai toujours eu envie de posséder un moyen format, j’ai été attirée par toutes sortes d’appareils : du Mamya, du Contrax, du Yashica, du Bronica, du Rolleiflex… etc. Mais bon comme je n’ai pas trop les moyens, je n’ai que récemment l’idée de me rabattre sur alternative beaucoup moins chère : la lomographie. Effectivement, l’entreprise russe GOMZ/LOMO a copié Voigtländer Brilliant pour créer le Lubitel 2, un petit moyen format léger et abordable. Mon modèle date d’entre 1955-1977. J’en ai trouvé un vraiment pas cher sur leboncoin, ne sachant pas s’il allait fonctionner, mais surprise ! Après quelques déconvenues avec le compteur de vues, j’ai finalement réussi à le décoincer, et ai shooté ma première pellicule de noir & blanc en Foma Pan 200.

La fin du rouleauPhoto12_12

Mon chat flou (franchement galère comme angle de vue avec un moyen format mais bon on teste)Photo11_11

HomePhoto10_10

Mon quartier Parisien dans le Xème arrondissement
Photo09_9

Photo08_8

Les photos que j’ai prise pendant ma rencontre avec Noémi de TrendyMood qui m’a tiré le portraitPhoto06_6

Photo05_5

Pour un premier test je suis plutôt satisfaite même si il y a pas mal de flou, au moins au niveau des expositions je ne m’en suis pas mal tirée et au final j’ai réussi à débloquer le compteur de vues (dans la douceur bien sur !)

Petit coin de paradis à Créteil

Photo03_3

lubitel 2 lubitel 2

 

You Might Also Like

Analog Paris

By 30 avril 2015 Daily Life, France, Paris, Photographie argentique

L’automne dernier, j’ai eu la visite de ma correspondante tchèque du lycée avec qui j’étais restée en contact, de mon ami polonais Karol pour Paris Photo, de ma chère Sam (aka Vagabondanse) ainsi que de notre « Chill » national. L’occasion pour moi de me balader dans Paris sans oublier d’emmener mes appareils photos.

Fin de l’été avec Sam & Chill

Promenade sur le canal Saint Martin

F1010026

F1010009

F1010011

 

F1010013

F1010010

F1010027

F1010028

La petite maison du canalF1010016

F1010015

 

 

 

Promenades automnales

On embarque à Jaurès

F1000026

Direction Barbès, Montmartre, le Marché Saint-Pierre et le sacré coeurF1000018

F1000020

F1000019

F1000022

F1000021

F1000027

F1000023

On redescend par  les petites ruelles et leurs commerces éclairésF1000024

Avant d’aller boire la traditionnelle pinte au Folies à BelvilleF1000025

Cette fois ci, ce sont les tchèques qui m’entrainent vers les quartiers de Notre Dame puis du Panthéon. Nous allons nous perdre dans les ruelles du 5ème arrondissement

F1010029

F1010030

F1010032

F1010031

F1000028

F1000029

F1000031

F1000033

Une autre balade, de Chatelet à Concorde en traversant le jardin des Tuileries

F1010034

F1010035

F1010036

F1010039

You Might Also Like

Paris : Balade photo à Saint Germain des Prés

By 22 janvier 2015 France, Paris, Photographie argentique

J’ai eu la chance de pouvoir participer à la balade photo organisée par Julie du site Carnet-de-Traverse : il s’agissait de nous dispenser quelques précieux conseils sur la photo de rue. Nous nous sommes donc retrouvés à Saint Germain des Prés, en commençant par une présentation de ses appareils photo au café de Flore -le si fameux- où je n’avais d’ailleurs jamais mis les pieds, pour ensuite s’éparpiller dans les petites rues, appareils au poing.

En tant que grande timide de l’appareil photo quand il y a plein de gens, cela m’a fait le plus grand bien. Bien sur le maître-mot est OSEZ, mais c’est souvent plus facile à dire qu’à faire. J’ai donc profité de cette rencontre avec Julie ainsi que mes co-participants CélineMathilde,Elodie, Marcio et Guillaume pour emmener mon Ricoh 500ME. Je l’avais déjà préféré à mon Minolta pour photographier Mumbai (bien plus discret et moins lourd).
Et là je me suis heurtée à un premier problème : comme j’ai tout shooté en manuel je devais bien sûr adapter mes réglages selon la lumière… et comme c’est un télémétrique, bien jauger la distance puis faire la mise au point à la main avant de shooter. Ce qui peut prendre un certain temps, surtout les doigts engourdis par le froid !
Difficulté supplémentaire : quand on a des amis qui font de la photo de rue décomplexée et qui n’hésitent pas à shooter plein de trucs en scred que tu aurais rêvé de chopper, ça donne un peu de complexes. N’est-ce-pas Karol !?

Mais bon au moins, j’ai osé, expérimenté et découvert un quartier dans lequel je ne mets quasiment jamais les pieds (j’y étais venu la dernière fois pour acheter de la crème solaire dans une des parapharmacies les moins chères de Paris *bon plan*).

Pour ce qui est du résultat : si certaines me plaisent bien, d’autres me paraissent plus banales… et j’ai encore ce problème de voile sur le film (ce qui fait des barres rouges/orangées sur certaines photos), mais comme pas mal de personnes m’ont dis que finalement ça ne dérangeait pas tant que cela et que ça donnait un charme j’ai décidé d’être un peu moins tendue comme un string et d’accepter ces imperfections… (ce qui ne veut dire que je vais arrêter de fourrer de la mousse dans l’appareil photo comme une malade aussi :P)

Saint Germain des prés

Saint Germain des prés

Saint Germain des prés

Saint Germain des prés

Saint Germain des prés

Saint Germain des prés

Saint Germain des prés

Saint Germain des prés

Saint Germain des prés

 

 

 

Saint Germain des prés

 

Saint Germain des prés

Saint Germain des prés

Saint Germain des prés

Et vous la photo de rue, ça donne quoi ? Vous vous y mettez parfois ?

You Might Also Like

Sweet Franche-Comté #2 – Mont d’Or et jardin automnal

By 15 janvier 2015 Daily Life, France, Photographie argentique

En ce début d’année difficile, je ne sais pas trop quoi dire. Comme tout le monde, j’ai eu le souffle coupé, la nausée, et puis un peu d’espoir. Et puis la vie continue, comme toujours. Aujourd’hui je vous emmène à nouveau dans ma verdoyante contrée franc-comtoise, terminer cette balade contée ici.

Pique-nique et opéra en plein air sur le Mont d’Or

Nous retournons donc sur les hauteurs du Mont-d’Or, cette montagne au nom de fromage, ou l’inverse, où nous avons pique-niqué des sandwichs au comté, comme un pied-de nez à l’environnement qui nous accueillait.

Franche-Comté 2

Franche-Comté 1

Franche-Comté 6

Franche-Comté 3

Franche-Comté 5

 

Franche-Comté 8

Juste avant la tombée de la nuit, nous nous sommes dirigés un peu plus bas pour assister à l’Opéra Promenade Les Brigands d’Offenbach, mis en scène par la compagnie Justiniana avec laquelle j’ai eu la joie de participer à plusieurs opéras en tant que choriste et figurante par le passé (Carmen de Bizet et Sans Crier Gare, création originale de l’Ensemble – Claude Tabet / Philippe Mion, Etienne Roche, Alfred Spirli et Olivier Urbano). Cette année, ma mère, mon amie d’enfance ainsi que mon petit frère, ayant pris mon relais y participaient dans les cœurs, et comme toujours ce fut un spectacle étonnant et plein de joie… même si je connaissais déjà les airs pour avoir participé aux répétitions, c’est toujours un immense plaisir de découvrir le spectacle dans un environnement extérieur et aussi magistral.Franche-Comté 7

En attendant le début de l’opéra promenadeMont d'or franche comté

La jardin de la Madre et les environs

Redescendons un peu en altitude et attardons-nous quelques instants dans la fraicheur d’un matin d’août dans le merveilleux jardin de ma mère. Admirez donc avec moi la brume qui se lève de la vallée du Dessoubre, faites donc la connaissance d’Olaf et Ida, nos deux jars qui klaxonnent sur les passants et protègent la basse-cour, saluez donc Jo le Borgne, petit coq n’a qu’un oeil né d’une couvée maison, qui a désormais le phénix du poulailler dont le ramage se rapporte à son plumage (big up la Fontaine). Foulez donc cette herbe humide, sentez le parfum de cette rose mouillée par la rosée et admirez le travail d’orfèvre d’une araignée dans une haie de mures.

Franche-Comté 9

Franche-Comté 10

Franche-Comté 12

franche comté doubs

Franche-Comté 15

Franche-Comté 14

Franche-Comté 16

Franche-Comté 18

Franche-Comté 17

Franche-Comté 19

Franche-Comté 20

Franche-Comté 21

Franche-Comté 22

Franche-Comté 23

Franche-Comté 24

Franche-Comté 25

Sur ce, bonne fin de semaine à vous…

You Might Also Like

Bords de Seine, chez Monet et au domaine de la Corniche

By 26 novembre 2014 France, Normandie, Photographie argentique

Un de mes nouveaux passe-temps est l’exploration de l’Île-de-France en RER, avec le dézonnage des pass navigo pour le week-end on peut découvrir de magnifiques endroits (j’ai récemment été à Chantilly – même si c’est hors zone) et c’est ainsi que j’ai découvert le fameux village de Giverny où a vécu le peintre Claude Monet avec sa famille. On peut y visiter sa maison, ses jardins ainsi que le petit étang des Nymphéas, sujets de nombreuses de ses toiles…

Ayant parlé à une de mes collègues/amie récemment que je projetais de partir en week-end en amoureux pour visiter la maison et les jardins de Claude Monet et profiter des bords de Seine dans l’Eure (le début de la Normandie), celle-ci s’est empressée d’organiser tout cela dans mon dos pour me l’offrir à mon pot de départ ! Nous avions donc un superbe hôtel un peu au sud de Bonnière-sur-Seine, perché sur une colline avec une vue imprenable sur les méandres du fleuve.

La maison et les jardins de Claude Monet

Nous avons commencé par visiter la maison et les jardins de Monet le vendredi après-midi. L’intérieur de la maison est meublé avec le mobilier de mr Claude et les murs ornés de peintures, souvent réalisées par ses potes peintres célèbres (Renoir, Cézanne…). On y découvre aussi sa collection de plus de 200 estampes japonaises. J’ai particulièrement aimé celles avec les poissons. Son atelier est conservé « en l’état », avec les murs recouverts de dizaines de toiles. Impressionnant. Le jardin accolé à la maison est sillonné par des petits chemins géométriques mais demeure un mélange fouillis et sauvagement contenu d’énormément d’espèces, un joyeux bazar coloré… un jardin comme je les aime ! (oui les jardins à la française c’est moins mon délire. Vive les jardins anglais). De l’autre côté de la route on retrouve l’influence japonaise autour de son étang avec les ponts et la petite forêt de bambous. Malgré le fait qu’on s’y soit rendu en octobre, les jardins étaient encore magnifiquement fleuris, et les arbres commençaient à abhorrer des couleurs mordorées…

Giverny maison claude monet

La magnifique cuisinière !Giverny maison claude monet

Giverny maison claude monet

En bas la grosse fenêtre de l’atelier et au dessus, la chambre de MonetGiverny maison claude monet

Giverny maison claude monet

Le jardinGiverny maison jardins claude monet

Giverny maison jardins claude monet

Giverny jardins claude monet

Giverny jardins claude monet étang nympheas

Giverny jardins claude monet étang nympheas

Giverny jardins claude monet étang nympheas

Giverny jardins claude monet étang nympheas

L’allée des capucines : 1060 graines et six mois de travail ont été nécessaires pour obtenir cette rivière de fleursGiverny jardins claude monet allée des capucines

Giverny jardins claude monet allée des capucines

Des poules padoues, poules de luxe !poules padoue Giverny jardins claude monet

poules padoue Giverny jardins claude monet

Giverny jardins claude monet

Giverny

S’il faisait un peu gris ce jour là, nous avons en revanche profité d’un soleil éclatant le reste du week-end.

Le domaine de la Corniche

vue domaine de la corniche

La vue depuis l’hôtel – photos avec mon téléphone

Après avoir également fait un tour dans le village et au musée de l’impressionisme (un peu décevant pour notre part), nous avons rejoint Vernon puis Bonnières où nous avons commandé un taxi afin de nous rendre à l’hôtel. Il s’agit de l’établissement « Domaine de la Corniche », où nous avons mangé au restaurant gastronomique les deux soirs (on a compensé toutes les fois où l’on est restés à la maison à regarder les Simpsons le dimanche au lieu de partir en week-end aha), profité de la piscine et du hammam (et même de la terrasse tellement il faisait beau et chaud), exploré les alentours en vélo pour finir par une petite promenade en poney sous le soleil éclatant du dimanche matin.

La SeineBonnière sur seine

Balade en vélo20141113-F1020010

20141113-F1020011

20141113-F1020012

L’hôtel : Domaine de la Corniche****hotel domaine de la corniche

hotel domaine de la corniche

hotel domaine de la corniche

bonnière sur seine

20141113-F1020017

bonnière sur seine

Lever de soleil le dimanche matin

bonnière sur seine

Une promenade à Poney à l’écurie de Vernon

A la demande du barbu, qui essaye de s’intéresser aux équidés depuis que je m’y suis remis, on est allés faire une petite balade en poney, sous le soleil éclatant de ce dimanche. (Oui il y a des grands poneys capable de nous supporter, et sur lesquels je n’ai pas les pieds qui trainent par terre). Nous sommes parties avec Charlène la monitrice de l’écurie et une propriétaire qui avait habité en Franche-Comté auparavant ! C’était très sympa, mais pour cause d’ouverture de la chasse, nous n’avons pas pu aller dans la forêt. Bon avec le soleil qu’il y avait ce n’était pas bien grave… nous avons quand même croisé des chasseurs dans les champs, à l’affut de sangliers. Un chevreuil leur est passé sous le nez, il a eu chaud celui-ci heureusement qu’ils n’étaient pas intéressés. Sinon je vous recommande l’écurie de Vernon, les gérants sont nouveaux et très sympathiques, l’écurie abrite le « Prieuré de Notre Dame de Saulseuse » fondé en 1118 et les bâtiments sont magnifiques. Pour y aller, il faut mieux être véhiculé, c’est à 15 mn de Vernon. Ils font des balades tous niveaux. Téléphone :02.32.52.78.36

Poney ! (mise au point ratée mais je l’aime quand même bien cette photo 🙂 )

20141113-F1020020

balade poney écurie de vernon

Photos avec le portable

En bref un super week-end, mais un peu galère et onéreux quand on a pas de voiture et que l’on doit jongler entre RER, bus et taxis…

Pour se rendre à Giverny depuis Paris (même pour une journée), vous pouvez prendre le transilien J à la gare st Lazare jusqu’à Vernon, puis il y a une navette (assez chère – 4€ pour un trajet de 4km) reliant Giverny.

You Might Also Like

Sweet Franche-Comté

By 20 septembre 2014 Daily Life, France, Photographie argentique
Creux des hautes roches charmoille franche comté doubs

Aujourd’hui je vous emmène du côté de l’est français. Pas le sud-est ni le nord-est, l’est-tout-court, frontalier avec la Suisse, bordé du massif montagneux du Jura, à savoir : la Franche-Comté.
C’est là qu’est installée ma mère depuis plus de seize années, et où je me fais un plaisir de revenir dès que possible, afin de prendre des grands bols de calme et d’air montagneux. Pour l’anniversaire de l’un de ces amis, celle-ci m’a demandé de tirer le portait à quelques vues des alentours pour lui en faire cadeau. Ces paysages ont inspiré bien des peintres locaux, mais c’est à travers un film de kodak portra que je me suis attelée à capturer ce mélange d’arbres et de roches sous un ciel contrasté.

charmoille sur les côtes doubs franche comté

Voici les vues du bord d’un plateau vers le plateau d’en face : entre les deux, coule le Dessoubre, qui a façonné ces reliefs depuis des centaines et des centaine d’années. Cette vallée est ponctuée de sites qui valent le coup d’oeil tels que le cirque de consolation, les villages de Rosureux et Vaucluse, très jolis ainsi que les nombreux moulins à aubes. La rivière est un repère de pêcheurs à la mouche, et ses berges sont très agréables pour y randonner. Je longe ce cours d’eau avec encore l’agréable souvenir de mes nombreuses randonnées à cheval sur tous ces petits sentiers.

charmoille creux des hautes roches doubs franche comté

Le creux des Hautes-Rochescharmoille creux des hautes roches doubs franche comté

charmoille creux des hautes roches doubs franche comté Mes voisines, celles-ci ne font pas de légendaire Comté mais finiront en beafsteak…vaches veau

Pontarlier

En nous rendant sur le Mont-d’Or cet été, nous nous sommes arrêtés à Pontarlier à un concours d’élevage de chevaux comtois. Ces beaux blonds côtoient les vaches montbéliardes dans les prés comtois, et font littéralement partie du paysage. Si certaines races de chevaux de trait (chevaux lourds) ont encore du mal à subsister en France, les chevaux comtois et bretons s’en sortent bien car ils alimentent notamment un filière viande (eh oui c’est comme ça), mais surtout car ces canons sont exportés partout dans le monde pour leurs qualités de travail et de caractère! C’était autrefois une monture de bataille, puis de traction pour les travaux des champs. Les éleveurs se regroupent régulièrement autour de concours de la race où leurs bêtes sont jugées sur les critères physiques définis stud-book (registre d’élevage) du cheval comtois. Les canons de la race sont récompensés et pourront, eux ou leur progéniture être vendus plus cher et contribuer à la continuité de l’existence de cette race.

concours cheval comtois pontarlier

Une présentation : comme c’était la journée des juments, celles-ci étaient quasiment toutes accompagnées de leur progéniture 🙂concours cheval comtois pontarlier Détail d’un tressage de queue, et un petit polisson prend son goûterconcours cheval comtois pontarlier

Le Mont d’Or

Nous laissons les éleveurs deviser entre-eux et entamons la côte qui mène au Mont-d’Or. En grimpant sur la crête à plus de 1 400 mètres d’altitude, un paysage saisissant et recto-verso s’offre à nous. Cette montagne donne également son nom au délicieux fromage dans sa boite en écorce d’épicéa, que l’on fait fondre au four… avant de s’en régaler sur des petites patates en hiver !
Mais assez parlé nourriture, voyez plutôt la vue du haut de la montagne :

mont d'or franche comté

mont d'or franche comté

mont d'or franche comté

mont d'or franche comté

mont d'or franche comté

mont d'or franche comté

C’est là-dessus que je vous laisse, et j’espère pouvoir bientôt vous faire découvrir d’autres parties de ma belle région d’adoption à travers mon objectif !

You Might Also Like

Mariage estival à Collioure, entre Méditerranée et Pyrénées…

By 16 juillet 2014 France, Photographie argentique

J’ai la chance d’avoir un oncle originaire de Collioure, ce petit village des Pyrénées Orientales à 20 km de l’Espagne et niché au pieds des voluptueuses montagnes… Il est connu pour son église les pieds dans l’eau, si reconnaissable, et son château royal qui trône au centre du village. Ses versants ensoleillés produisent un vin AOC qui se marie parfaitement à la cuisine Catalane.

Mon deuxième cousin se mariant fin juin dans ce village où il passé tous ses étés dans la maison de famille, nous y étions bien entendus invités. J’en ai donc profité pour ressortir mon Minolta et vous faire partager ces dégradés du bleu de la mer, du jaune de la pierre et du vert de la montagne que j’affectionne tant.

Nous sommes donc partis de Paris pour un week-end de trois jours avec un intercité de nuit (oui il y a encore des trains de nuit en France !), pour revenir en TGV en partance de Perpignan, trajet de train longeant la cote et offrant des paysages à couper le souffle, passant par Perpignan-Leucate-Port la Nouvelle-Narbonne-Bézier-Adge-Sète-Frontignan-Montpellier-Nîmes avant de tracer sur Paris… si cela vous évoque quelque chose…

Notre hôtel, le Mas de Citronnier, est un établissement très agréable. Nous étions dans l’une des chambres du bâtiment derrière l’hôtel, avec pour seuls voisins le cimetière et une rangée de cyprès… on ne peut plus calme. Tout ça en étant situé au centre ville, à 3 mn à pied des plages. Nous avons eu l’occasion de traverser la cour de l’hôtel Casa Païral, juste à côté qui est juste sublime, si jamais vous avez les moyens.

Voici la vue depuis notre chambre, au réveil :

le mas des citronniers collioure

le mas des citronniers collioure

Nous sommes arrivés le vendredi matin très tôt par le train de nuit, et nous avons donc pu profiter d’une promenade dans le village qui s’éveille sous le doux soleil méditerranéen. Que de souvenirs pour le Barbu, qui venait à Collioure quand il était enfant avec son Grand-Père, et moi qui y allait régulièrement en vacances chez mon oncle…Collioure
Vue sur le fort militaire, accroché en haut de la petite falaise :
Collioure Au loin, Argeles-sur-Mer et sa longue plage de sable clair :Collioure

Un joli empilement : la mer, le village, les vignes, et la tour Madeloc qui surveille la montagne : Collioure
Le château royal, qui aurait été construit au VIIe siècle par les Templiers sur ordre du Roi d’Aragon (Espagne):Collioure

Collioure

Collioure

Petite baignade matinale avec ma petite soeur : seules à l’eau 🙂CollioureEt paresse sur la plage le samedi en fin de matinée… déjà un peu plus peuplé !Collioure

La plage « aux chiens » envahie par les goélansPhoto21_21

Collioure

Collioure

Des bateaux dans le port du village :Collioure
Avant le mariage, nous sommes allés déjeuner avec Mamie Lucette et Jeannine à la Cuisine Comptoir, une très bonne adresse à Collioure. Il s’agit d’un restaurant de tapas frais confectionnés avec des produits locaux. Nous y avons dégusté des tas de petites merveilles, à l’ombre des figuier, tout en se délectant du meilleur vin rosé qu’il m’aie été donné de boire : produit par un local à petits volume, cette cuvée avait le doux nom de « sang du schiste ».
cuisine comptoir Collioure

cuisine comptoir Collioure

cuisine comptoir Collioure

La cuisine comptoir
2, Rue Colbert, Collioure, France

J’espère que cette petite visite furtive de Collioure vous aura plu, et que j’aurai su vous retransmettre l’amour que j’ai pour ce village et la cuisine catalane 🙂

You Might Also Like

Week-end en Gourmandie et premier développement photo maison (Chill & An_Ke en guest stars)

By 13 juin 2014 France, Normandie, Photographie argentique

Bonjour !

Avec de chers amis Strasbourgeois nous étions retournés tremper nos petons dans l’eau normande au mois d’octobre 2013 (récidive de notre nouvel an 2012) parce qu’on est comme ça, nous, on est des fous.

J’en ai profité pour sortir mon ricoh pour la première fois après son petit moussage de circonstance (c’est à dire changer la mousse à l’intérieur de l’appareil pour ne pas qu’il y ai de lumière qui s’infiltre et tache les pellicules, ces petits êtres sensibles). Et j’ai décidé de faire mon premier développement photo couleur maison sur cette pellicule agfa 200 de 12 poses. (pour les tests, pensez-y, c’est pas cher et 12 poses ça craint moins !)

Douce Gourmandie

Avant de vous livrer en exclusivité le résultat de ma petite expérience, voici donc mes photos avec le Minolta et une pellicule qui tue…
Pour remettre dans le contexte, la « Gourmandie » est un label de qualité valorisant les produits de Normandie, en particulier de cette partie proche de la manche, le Cotentin. Nous étions au cap de la Hague connue pour ses paysages typiques de landes balayées par les vents et ses quelques falaises découpant la côte… mais aussi sa centrale de retraitement des déchets nucléaires.
Gourmandie cap de la hague saint-germain-des-veaux normandie

Gourmandie cap de la hague saint-germain-des-veaux normandie

Gourmandie cap de la hague saint-germain-des-veaux normandie

F1020030

Le nez de Jobourg et ses hautes falaises…Gourmandie cap de la hague saint-germain-des-veaux normandie nez de jobourg

Gourmandie cap de la hague saint-germain-des-veaux normandie

Gourmandie cap de la hague saint-germain-des-veaux normandie nez de jobourg

Gourmandie cap de la hague saint-germain-des-veaux normandie nez de jobourg

Port racine, l’un des plus petit port de France (et pas le moins mignon, pour le coup!)Gourmandie cap de la hague port racine normandie

Gourmandie cap de la hague port racine normandie

Gourmandie cap de la hague port racine normandie

Gourmandie cap de la hague port racine normandie

Gourmandie cap de la hague port racine normandie

Gourmandie cap de la hague port racine normandie

Le développement argentique

Mon poto Sharlek m’avait montré comment on développe à la maison, et c’est lui qui m’a légué une partie de son matos avant de s’envoler pour le Canada… sauf que j’avais du partir avant la fin des explications, pour ne pas louper mon train!

Je me suis également aidée de tutos sur le net. Ce petit tuto illustré est très sympa et facile. J’ai utilisé un kit de développement couleur TETENAL c41 et tous les outils qu’il faut… sauf le thermomètre adéquat : parce que je suis une fainéante et que je ne voulais pas secouer ma cuve pendant des quart d’heure entiers, j’ai choisi de développer à 38°C. Hors l’eau que j’ai versé dans ma bassine pour faire un bain marie à mes produits était trop chaude (du genre 42°C). Ça a mis plusieurs heures à refroidir… et mon thermomètre m’a lâché en cours de route. Bon il faut dire que j’avais à ma disposition un thermomètre sonde de cuisine, et l’affichage digital ne fonctionnait quasiment plus. J’ai donc sauté sur mon pharmacien de voisin au moment où il fermait boutique pour lui prendre un thermomètre que je lui payais le lendemain. Or le bidule en question, à part biper et s’éteindre tout le temps n’était pas très efficace (oui le corps humain n’est pas théoriquement fait pour être à 42°C… si cela vous arrive, je pense que vous êtes très mal en point !)

Après avoir finalement fini tout le processus, j’ai laissé sécher mes films toute la nuit pour découvrir le résultat au petit matin. Je n’ai pu les scanner que plus tard, après qu’un ami m’ait vendu son scanner qui n’est pas le plus rapide du monde, il faut le reconnaitre mais qui est néanmoins un bon scanner photo ET négatifs. (Et c’était 10€ donc bon). Entre temps, on m’a volé mon ordinateur et mon disque dur externe m’a lâché, j’ai donc du tout re-scanner. (ce qui prend bien 3 heures).

C’est loin d’être parfait, entre les infiltrations de lumière sur le film même avec mes mousses, les doubles expositions douteuses, ma chimie approximative et la poussière/poils de chat (merci Cleo) sur les films… malgré tout, ces photos me plaisent tout de même, avec toutes leurs imperfections 🙂

20140611-Numériser 2

20140611-Numériser 4

Gourmandie cap de la hague port racine normandie

20140611-Numériser 3

 

20140611-Numériser 5 chill

20140611-Numériser 7

20140611-Numériser 10