Première rencontre avec le Laos et le Mekong à Chiang Khong

Nous venons de passer 10 jours au festival hippie de Shambalah in your heart au nord de la Thaïlande, et après avoir rejoint la frontière en stop, nous voici du côté Laotien. J’étais plutôt impatiente de découvrir le Laos, réputé pour avoir une nature plus sauvage que ses voisins. D’un côté avec une population de 5M d’habitants pour un pays aussi grand que le Vietnam (qui lui compte ??M d’habitants), il y a de la place !

 

En route pour Chiang Khong et la frontière Thaïlande/Laos

Processed with VSCO with c1 preset
En route pour l’auto-stop, toujours aussi chargés.
Processed with VSCO
Le sens de la déco thai… parfois ça ils vont un peu trop loin… je crois.

 

Après notre journée de stop du festival à la frontière thaïlandaise, nous passons une nuit à la ville frontalière de Chiang Rai, en profitons pour se munir de dollars américains à la banque afin de payer le visa laotien et nous faisons tirer le portrait pour les photos d’identités. Le lendemain on fait du stop jusqu’au poste frontière (qui a dit que le stop en Thailande ne fonctionnait pas ?) et embarquons dans le bus. Au moment où nous nous apprétons à monter dans le bus on voit nos copains français Tibeaut et ??? que l’on a rencontré avec la Rita mexicaine à Chiang Rai. Ils reviennent du Laos alors qu’ils sont sensés y êtres arrivés la veille. Long story nous confient ils avant que l’on se fasse pousser dans le bus. Mais nous les recroiserons plus tard !

Nous traversons donc le pont frontière en bus, faisons nos visas laotiens et négocions un camion avec des bancs à l’arrière avec d’autres touristes afin de nous rendre en ville.

La ville de Chiang Khai avec sa longue rue principale le long du Mékong a des airs de ville en carton de faux western. Nous trouvons l’hôtel le moins cher mais néanmoins très sympa grâce à WikiTravel, y déposons nos sacs et partons à l’exploration à pied jusqu’au guichet du ferry pour y acheter nos tickets pour le lendemain : nous comptons descendre le Mékong en bateau non pas jusqu’à Luang Prabang, la capitale, mais jusqu’à l’étape intermédiaire après une journée de navigation, et de là s’aventurer vers le nord en stop.

Sur la route nous achetons notre première Beer Lao, enfin une bière digne de ce nom après des mois de voyage !

Arrivés au guichet, il se trouve que celui-ci est fermé, et qu’il faudra acheter les tickets le lendemain matin un peu avant le départ du bateau. Fort bien, au moins cela nous aura fait une ballade. Sur la route du retour, nous bifurquons dans une rue non pavée pour se rapprocher de la rivière, et nous finissons dans un cul de sac qui est en fait la cour d’une grande maison. Et dans cette cour il y a une cabane en bois, avec 5 gais lurons qui boivent l’apéro à 15h et nous alpaguent joyeusement.

Ravis de cette première rencontre avec les autochtones, nous voici installés sur un banc, un verre d’alcool local à la main, des grillades pour le Barbu et des graines de tournesol pour moi, la radio qui grésille ces si typiques musiques laotiennes modernes qui nous suivrons tout au long de notre périple… et nous voici piégés pour l’après-midi !

Comme au Kirghizistan, on est sommé de descendre nos shooters d’éthanol à la vitesse de la lumière pour pouvoir au plus vite les remplir, un autre gars arrive avec une caisse de bière… ils rigolent beaucoup, nous apprennent à compter en laotien, demandent à prendre des photos avec nous…

(et voici notre belle brochette bien imbibée)

Processed with VSCO with c1 preset

Processed with VSCO with a6 preset

On ne parviendra à s’échapper qu’à la nuit tombée, avec un sourire jusqu’aux oreilles. Et heureusement que la route pour rentrer à notre guesthouse était toute droite ! Le soir on s’est retrouvé à discuter avec un bande de compagnons du devoir allemands attifés en sorte de costume traditionnel avec pour bagage leurs seuls balluchons, puis attablés pour le diner avec quelques personnes dont un jeune homme français de 19 ans qui venait de remonter le Cambodge et le Laos avec un vélo de ville qu’il avait acheté dans le premier pays. Chapeau. Ne jamais sous-estimer la jeunesse ! (Parole de Mamie Rory)

 

A l’abordage matelots

Le lendemain le Barbu a un peu mal au crâne et c’est sous la pluie que nous allons acheter nos tickets de ferry avant de patienter à l’abri chez une vendeuse de Ban Mi, les fameux sandwiches baguettes que l’on trouve partout au Laos, Vietnam et Cambodge. Héritage de l’Indochine, ils n’ont pourtant rien à voir avec le jambon-beurre-cornichon. Ici les sandwiches sont garnis de légumes : carottes, salade, coriandre, parfois de la mangue verte râpée, puis ils ajoutent de la viande type « pâté » local et de la sauce piquante. Moi je demandais sans viande bien sur mais cela n’en restait pas frais et délicieux !)

Nous faisons la pub pour notre vendeuse de sandwiches en alpaguant les backpackers mouillés à la recherche d’un refuge. Puis c’est l’heure de monter dans le bateau… enfin l’heure, c’est relatif, car nous poireauterons quand même une heure à quai avant que les grandes barques soient détachées et lancent leur bruyant moteur pour nous propulser sur les eaux tumultueuses du célèbre fleuve Mékong.

Les paysages défilent, à couper le souffle, malgré le mauvais temps.

laos ferry-1

laos ferry-2

laos ferry-3

laos ferry-4

laos ferry-5

laos ferry-6

laos ferry-7

laos ferry-8

laos ferry-9

Mais le problème au final ce ne sont pas les nuages sur les photos, mais un ennemi bien plus pernicieux : le froid ! On enfile nos couches et les Kway, certains malins se réfugient dans leurs sacs de couchage mais rien à faire : ça vente, c’est humide, bref, on se les gèle sévère sur notre bateau.

Nous accostons au coucher du soleil dans le village réputé peu attirant de Pakbeng. En débarquant nous retrouvons Romano et son père, qui étaient dans le second bateau et avec qu’ le Barbu avait fait connaissance avant le départ. On trouve une guesthouse pas chère mais nous faisons plaisir dans un bon restaurant en leur compagnie, avant de se quitter le lendemain : nous partons faire du stop et eux reprennent le bateau pour Luang Prabang.

Auto-stopons au Laos

Pak beng laos

Nous voici donc à remonter la route du village chargé de nos gros sacs pour sortir de l’agglomération. De bonnes âmes acceptent de nous avancer un peu jusqu’à la station service à la sortie de la ville. Nous demandons à un vendeur de brochettes de nous filer un coup de main pour se faire un carton avec le nom de notre destination, « Oudom Xai » inscrit en caractères Laos. Après avoir un peu galèré au bord de la route mais sous le regard bienveillant et curieux de nos sympathiques vendeurs de brochettes, un jeune homme qui a un camion pick up la remorque chargée de travailleur s’arrête. Miracle, il parle anglais ! Il me fait monter devant à coté de sa femme et le Barbu rejoint le groupe de travailleurs dans la remorque.

 

laos stop-1

laos stop-2

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Notre conducteur parle anglais car il a étudié à l’université monastique en Thaïlande, à Chiang Mai. C’est chouette ça me permet de lui poser plein de questions, et lui de m’interroger sur notre voyage. Il me parle du projet de barrage des chinois alors que l’on passe à côté dans cette magnifique gorge que nous remontons, puis des plantations de bananes tentaculaires des chinois, que l’on voit bientôt s’étaler sur des pans de vallées entiers. Je n’avais jamais vu autant de bananiers de ma vie.

Puis il nous invite à manger un bout chez lui avant de reprendre la route, trop sympa !

Son père ne semble pas satisfait de notre carton de stop donc il arrache un bout de carton de son mini magasin et nous en fait un nouveau. Pas étonnant, au Laos les bleds ont souvent plein de noms différents, on aura parfois du mal à s’y retrouver entre les noms traduits différemment et les noms originaux en laotien.

On aura eu du mal à redécoller de chez lui, le trafic n’est pas fou, mais ceux qui ont des voitures ayant quasiment tous des pick-up Toyota l’un d’entre eux finira donc par nous installer dans sa remorque. Avec les gros sacs et pour profiter de la vue, c’est l’idéal !

Après niveau rencontre, pas vraiment de contact avec le conducteur ou les passagers, à moins de partager la remorque (ce qui nous était déjà arrivé en Thaïlande)… mais on ne savait pas encore à quel conducteur on avait l’affaire.

Celui-ci se prenant manifestement pour un conducteur de rallye et la Toyota ayant des poneys sous’l’capot, nous voilà survolant les bosses, les yeux écarquillés devant la beauté des paysages que nous traversons.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Puis notre Mickael Schumarer laotien fait une pause, tout le monde va pisser derrière un pied de maïs, puis il vient à notre remorque et nous offre une sorte de pomelo délicieux et des shots de Lao-Lao, leur schnaps local à base d’alcool de riz… et s’en colle un derrière l’oreille et de reprendre le volant, youpi la d’la joie !

On aura le droit à une seconde pause schnaps et maïs au barbecue (le mec nous prend en stop, nous nourrit et nous saoule/abreuve !) mais heureusement on arrivera tous à bon port à Oudomxai, la ville des chinois au Laos, comme en témoigne l’architecture Disneyland des maisons.

1

Nous y passerons deux nuits à nous reposer et décider où irons nous par la suite… en stop bien sûr !

prev
next
Your Comments

Leave a Comment

Name*
Email*
Website

%d blogueurs aiment cette page :