Petites Cyclades et robinsonnades grecques

Après une dernière nuit sur une petite plage cachée pas loin du débarcadère du ferry, nous quittons Amorgos pour une nouvelle aventure : les petites Cyclades. Il s’agit d’un chapelet de petites îles dans les Cyclades. Sur les principales îles, seules 4 sont habitées, et Koufonissi comprend un seul village! Si elles servaient autrefois uniquement de lieu de pature pour le bétail, des habitants d’Amorgos ont fini par s’y installer.

Koufonissi

Nous embarquons donc sur un petit ferry au drôle de nom « l’Express Skopelitis » pour nous rendre sur la toute petite Koufonissi, dont les évocations de petites criques nous avait tant fait rêver. C’est l’une des plus petites îles habitée des Cyclades, avec son unique village et ses 4 km². L’île compte très peu d’hébergements et nous avions prévu de dormir sur la plage, mais si vous voulez un lit, mieux vaut réserver !

En débarquant du ferry, nous allons nous désaltérer dans un café sympathique pas loin du port, et réalisons que nous n’avons plus de liquide. La fin des haricots. Seulement, il y a un distributeur sur l’île au bureau de poste, mais à cause de la grève des banques il n’est pas en fonctionnement. Nous nous retrouvons donc désargenté sur un minuscule lopin de terre au milieu de la Méditerranée. On en discute avec le tenancier, lui donnons nos quelques euros restant et après longues négociations arrivons à échanger du cash contre carte bleue chez l’épicier du coin.

Une fois ré-argentés et chargés de nourriture, nous reprenons nos sacs à dos et partons à pied à la découverte de l’île en prenant le petit sentier longeant la côte et menant à la baie de Pori. Après avoir zieuté les poissons dans ce grand lagon, nous nous restaurons et entreprenons l’exploration du nord de l’île et cherchons la « piscine » de Koufonissia, creusée par la mer dans une falaise et contenant une eau d’une couleur incroyable.

Le chemin longeant la côtekoufonissi koufonissia petites cyclades grèce

Nyan Cat le sauveur de ma pudeur… dur dur les ballades en sac à dos. Le camping sauvage a aussi ses inconvénients!Koufonissi

Une des nombreuses piscines naturelles qui grignotent la côtekoufonissi koufonissia petites cyclades grèce
koufonissi koufonissia petites cyclades grèce

koufonissi koufonissia petites cyclades grèceLA piscinekoufonissi koufonissia petites cyclades grèce

koufonissi koufonissia petites cyclades grèce

Le soir même, nous avons un peu de mal à trouver une plage abritée du vent sur cet îlot rocheux offert aux éléments déchaînés. (je vend du rêve là). Nous finissons donc par trouver un petit abri, comme une petite grotte à côté d’une plage… mais au niveau de la mer. Après avoir cuisiné sous les étoiles, nous nous endormons dans notre grottette. Mais au milieu de la nuit, je me réveille les fesses dans l’eau : la mer à monté et est en train d’inonder notre abri! Nous décampons vite fait au clair de lune, et nous abritons l’un de l’eau du vent en se collant sur la plage comme des phoques sur la banquise. La nuit fut rude. Au réveil, on se rend compte qu’un de nos tapis de sol s’est envolé, parti sans laisser de trace. Après cette rude nuité, nous allons prendre un petit déjeuner au village, puis partons à la plage qui se situe vers les moulins.

07420001Le Barbu a attrapé un joli poisson

07420002Yeux d’oursins !

07420003

koufonissi koufonissia petites cyclades grèce

koufonissi koufonissia petites cyclades grèce

C’est après cette nuit agitée où la mer commence à être mauvaise que nous ré-embarquons dans le sympathique Express Skopelitis pour nous rendre à Donoussa. La mer fait des siennes, les vagues passent par dessus les hublots et le petit bateau craque de partout. Le roulis qui nous faisait bien rigoler au début commence à être difficilement supportable, et une employée du navire commence à distribuer des sachets en papier aux enfants. Le Barbu me dit qu’au milieu du bateau ça sera moins pire, il s’agrippe donc au bar (comme à son habitude) et je m’assois sur le sol, la tête entre les genoux. Alors qu’après les enfants, ce sont les mères qui commencent à succomber aux sirènes des petits sachets kraft, je sombre dans une sorte de sieste, assise sur ma moquette. J’imagine que je suis dans une grotte (allez savoir). Quand je relève la tête, les hommes sont désormais en proie au mal de mer. Je tiens bon. Lorsque nous touchons enfin la terre, on ne marche plus très droit. Terre, enfin ! Après renseignement, il parait qu’il y avait même un groupe facebook qui s’appelait « I survived the Skopelitis », désormais disparu, mais cette photo vous donnera peut-être une idée du pourquoi 🙂

Express spokelitis

Les jours qui suivront à Donoussa, nous nous rendions parfois sur le port admirer la descente du ferry, les enfants tous verts et les parents un peu remués. Hilarant ! (quand on est pas dedans :p)

Donoussa

Terre ! Enfin, nos posons le pied sur la petite île de Donoussa. 13km² et 120 habitants. L’île est très tranquille, encore sauvage et préservée, et peut faire le bonheur des montagnards avec ses chemins dans la montagne, mais compte également de splendides baies et plages, accessible à pied ou grâce à un petit bus qui relie les deux villages de l’île. Pour se restaurer, il n’y a que quelques tavernes, mais comme partout en Grèce j’ai l’impression, on y mange bien. Les quelques chambres se louent chez l’habitant, et il n’est pas possible de se procurer un véhicule. Ici, les choses se méritent ! Une jeune Grecque avec qui nous avions discuté sur le ferry nous avait dit qu’il était possible de faire du camping sauvage au dessus de la plage de Kendros, à une vingtaine de minutes à pied depuis Stravos, le village principal.

En arrivant en fin d’après-midi, nous faisons le plein de victuailles à l’épicerie du village et fonçons à Kendros pour nous y installer. Les jours qui suivirent furent des plus tranquilles et agréables : exploration de l’île à pied et en stop (où nous rencontrâme un couple de grecs forts sympathiques, marchant sur la route sous le cagnard comme nous), déjeuner dans les tavernes de Stravos, plage et lecture sur la plage principale « sous notre arbre » partagé avec un couple d’Allemands septagénaires très chouettes qui tous les matins se levaient à 4h et escaladaient la montagne pour y admirer le lever du soleil, soirées au camping sauvage de Kendros, dans le petit bar (et la marche traitresse qui valu au Barbu de s’exploser les deux gros orteils après abus d’alcool fort avec ses nouveaux compagnons d’apéro du camping)… et notre aventure « Robinsons Cruzoé » durant notre semaine sur cette petite île.

En effet, avec ce problème récurrent des distributeurs automatiques (ATM) nous avons fini par nous retrouver à cours de liquide. Et impossible de retirer sur sur l’île, on nous a donc proposé deux solutions : soit négocier avec l’équipage, sauter dans le gros ferry du Blue Star pendant qui débarque/embarque les gens et courir jusqu’au distributeur à bord du bateau et bien sur se dépêcher de redescendre avant qu’il ne largue les amarres (a pour pré-requis de duper l’équipage ou de bien parler le grec), soit prendre le ferry jusqu’à Naxos un soir et revenir directement après. Nous avons donc choisi la seconde solution, étant donné notre maîtrise de la langue de Socrate et notre peu d’envie à ce qu’un des deux se retrouve seul et désargenté sur l’île pour une nuit. Il nous restait pile poil assez d’argent pour deux billets aller jusqu’à Naxos, nous les avons donc acheté et sommes retournés à notre tente. Inspection des stocks : une boite de sardines et quelques tomates. Pour compléter notre maigre festin, nous partons donc pêcher dans le but de nous nourrir. Je cueille donc des bigorneaux dans les rochers que le Barbu casse pour s’en faire des appas. Le soir tombe, et au coucher du soleil nous avons attrapé deux petits poissons d’une quinzaine de centimètres j’imagine. De retour à la tente, nos voisins nous offrent un peu d’huile et nous faisons frire nos deux proies avec le petit réchaud. Nous nous partageons notre festin de tomates, huile et poisson (c’est très sain tout ça) et finissons par offrir nos restes à une chatte sauvage et ses rejetons qui nous tournaient autour en feulant depuis le début du repas. Le lendemain, la gamelle est plus propre que jamais.

Après cette petite anecdote qui restera dans les anales, laissons parler les images (comme souvent, capturées avec mon fidèle minolta et de la kodak potra 160).

Donoussa petites cyclades grèceLe « camping » sauvage de Kendros depuis le chemin pour y accéderDonoussa petites cyclades grèceLe village de Stravos et sa petite égliseDonoussa petites cyclades grèceLa plage du village et un impressionnant dégradé de bleu ce jour làDonoussa petites cyclades grècePetite promenade sur les sentiers de l’îleDonoussa petites cyclades grèce La plage de Livadi, à l’est de l’île et bien isolée, elle aussi occupée par de jeunes grecs en vacances. Descendez d’abord à la mignonne fontaine de la source de Mersini vous ravitailler en eau avant d’entreprendre la descente assez longue et périlleuse pour cette plage splendide ! Donoussa petites cyclades grèce En continuant la route, tout au nord-est, on arrive au minuscule village de Kalotatissa, d’un calme absolu, qui abrite également une petite taverne bien sympathique, où nous avons mangé à côté d’une tablée de toute une famille du village… Donoussa petites cyclades grèce A l’ombre des rochers après une petite séance de snorkeling très paisible, on peut admirer mon bronzage qui en est alors à son maximum, après 3 semaines sous le soleil grec ! 
07420013 Et il est déjà l’heure de partir, dire au revoir à la quiétude de Donoussa, rejoindre Athènes et des rues ombragées…Donoussa petites cyclades grèce ferry Le chti a donc assorti son T-Shirt au bleu de la mer pour les adieux.07420016

Donoussa petites cyclades grèce

C’est ainsi que s’achève ce carnet de voyage sur les Cyclades…

 

Vous pouvez retrouver tous les article ici, ou si vous cherchez le détail :

prev
next
Your Comments

Leave a Comment

Name*
Email*
Website

%d blogueurs aiment cette page :