Anywhere
Browsing Tag

voilier

Tonga – sept drôles de choses que nous avons faites à Vava’u

By 16 novembre 2018 Carnets de Voyage, Océanie, Tonga

Honnêtement, j’aurais pu poster cet article il y a bien longtemps. Hors nous sommes resté un mois à Vava’u, vivre là bas c’était devenu notre quotidien. Alors je ne sais pas bien quoi raconter. Je raconte des anecdotes moi, pas la vie « de tous les jours ».

On en a quand même fait, des choses… bon allez je vais faire une petite liste de 7 choses que nous avons faites à Vava’u, j’ai l’impression que cela me simplifiera la tâche!

1 – Nous avons voyagé en ferry au milieu du Pacifique sud

Nous avons de nouveau embarqué depuis les îles paradisiaques d’Ha’Apai dans le ferry qui fait la liaison une fois par semaine. C’était parti pour douze nouvelles heures de transport (24h si on fait le voyage Tongatapu-Vava’u sans s’arrêter) mais cette fois, il y avait de la mer. Une météo grandiose, certes, mais un sacré swell de plusieurs mètres qui a envoyé au tapis une bonne partie des passagers. Mais bon à part roupiller, mal de mer ou pas il n’y a pas grand chose à faire sur le pont d’un ferry pendant si longtemps.

2 – Nous avons fêté les 40 ans du Barbu sur un voilier

Nous avions rencontré le tout frais propriétaire d’un beau Westsail 32 dans LE resto de l’archipel d’Ha’apai où nous étions précédemment, un irlandais facétieux. Allan, notre Australien grand organisateur avait d’abord prévu de louer un petit bateau de pêche pour nous emmener voir des caves sous marines, mais finalement on a recroisé l’écossais et quelques négociations plus tard, nous mettions les voiles le jour de l’anniversaire de notre Barbu préféré. Ce fut splendide, la sensation de glisse, tenir la barre, boire des canon, bien sur… et puis au moment de plonger pour aller dans les caves sous-marines, j’ai décidé de rester avec le capitaine pour manœuvrer car ne pouvant jeter l’ancre (trop profond) nous devions récupérer nos acolytes en virant de bord (en faisant des zig zag) à la voile à une vitesse peu variable!
Ils ont été bien braves et les filles ont nagé un bon moment avant de pouvoir grimper ! En tous cas je me suis bien amusée à la barre, et aussi lorsque nous sommes rentrés dans le port uniquement à la voile en tirant des bords dans l’entrée en goulot du fameux « port of refuge ». Cette expérience à signé ma ré-addiction à la voile, le virus m’a piqué, trop tard!

voilier tonga

Pas de bougie « 4 » alors on a improvisé…

voilier tonga

3 – Nous sommes allés farnienter sur une île voisine…

Comme cela faisait quelque temps que nous trainions un peu trop dans les bars du coins jusqu’au milieu de le nuit, il était temps d’aller reposer nos foies dans une île voisine sans magasins! Nous avons été accueillis magnifiquement par la famille du « Beautiful Ofu island backpacker » dans leur petite guesthouse composée de quelques chambres dans la maison et deux bungalows dans le jardin. Le jardin est superbe et donne sur la jolie plage. Entre petits déjeuners aux fruits tropicaux, diners locaux, balades à pieds sur l’ile, lectures dans nos hamacs respectifs, kayak et pêche pour certains, autant dire que nous étions détendus ! Il n’y a pas d’engin à moteur sur l’île, à part les bateaux.

La famille, avertie qu’il s’agissait de l’anniversaire du Barbu, lui a cuisiné un festin le soir de notre arrivée, un délicieux gâteau ainsi qu’un grand feu sur la plage… quel accueil !

Les images aux drône sont de Allan

4 – Nous avons exploré l’ile avec notre fameux petit camion chinois

Comme notre groupe avait tendance à s’élargir facilement, au lieu de louer une voiture « boring » nous avons loué un petit camion à remorque chez un des épiciers chinois. Aux Tonga de toutes façon, tout le monde roule doucement (40 km), personne n’est pressé et de toutes façons les routes ne sont pas état d’enfer.
Une fois l’engin en notre possession, nous nous sommes entassés dans la remorque et c’est parti pour la gloire… L’île principale de Vava’u s’étend comme une araignée avec ses bras donc il y a plein de coins et recoins à partir découvrir. Pas de plages paradisiaques mais des points de vue, des jolis villages avec des maisons en bois, la végétation luxuriante partout, saluer un poulain, sauter avec les enfants depuis le pont… pas le temps de s’ennuyer. Nous avons loué ce mini camion bon nombre de fois lors de notre séjour à Pangai et ils nous a toujours procuré de sacré aventures !

5 – Nous avons participé à une régate et gagné un prix… spécial!

Nous avions tenu à arriver à Vava’u à temps pour le Blue Water Festival, un rassemblement de voileux et plaisancier qui comprends divers évènements et bien sur une régate à la fin. Cela nous a permis de bien nous amuser, rencontrer du monde, apprendre de nouvelles choses (comme les strictes règles de biosécurité pour entrer en Nouvelle-Zélande haha) mais aussi et surtout participer à la régatte en tant qu’équipiers, avec notre capitaine irlandais préféré !

Qu’on se le dise, son voilier le Westsail est un vieux quillard c’est à dire que sa longue quille, sa solidité et son poids en font un super bateau marin pour affronter les tempêtes, pas vraiment un oiseau de course! Nous n’avions aucune chance contre les catamaran et les mono qui déployaient tous à un à leurs spinnekers. Mais nous ne nous sommes pas démontés pour autant, comme nous avions un crew nombreux nous avons tiré un nombre de bord digne des records et nous nous sommes appliqués à quelques petits raccourcissements du parcours tel que ce passage entre deux îles (qui nous a permis de voir des dauphins au passage) puis un demi-tour devant le catamaran de tête qui nous a permis de gouter à une courte gloire avant de nous faire doubler à nouveau consciencieusement par l’intégralité des concurrents!

Le soir, remise des prix à la Taverne Basque où nous sommes surpris d’entendre le nom du bateau appelé pour un prix.. spécial : « most crew and shortest amont of miles under keel » soit en français « l’équipage le plus nombreux et la distance parcourue la plus courte »!

En tous cas on aura beaucoup rigolé…

voilier tongavoilier tonga

6 – Nous avons couchsurfé sur une île aux Tonga

En compagnie de notre acolyte Rory (masculin) nous sommes allés couchsurfer chez un Peace Corp installé dans l’école primaire d’une petite ile du groupe de Vava’u. Rory en hamac dans la casba avec Ryne, notre hôte et nous à la tente et à la belle étoile dans la cour de l’école (en gazon bien sur). Les Peace Corps, ce sont des jeunes américains qui viennent faire des missions, souvent éducatives ou environnementales dans des pays partenaires. Ceux qui viennent au Tonga sont formés 3 mois, apprennent la langue et viennent donner des cours d’anglais et de bien d’autres choses dans les écoles. Ils font également en sorte de récupérer du matériel pédagogique (livres etc). On l’a aidé à classer la bibliothèque de l’école, et on a surtout beaucoup joué avec les enfants, entre football et snorkelling juste en bas de l’école pour aller voir les coraux et poissons. L’île où il résidait (sa mission vient de se terminer) est splendide donc on a passé pas mal de temps à s’y balader et aller faire du snorkelling, on a cuisiné pour lui quasiment tous les soirs, c’était vraiment une belle rencontre et semaine !

La maisonnette de Ryne Rory entouré de quelques élèves En ballade dans l’île des mangues ! En train de bouquiner perchée dans le grand figuier (ovava tree) de l’école La nuit d’un gros orage nous avons dormis dans l’école pour nous abriter de la pluie !

6 – Nous avons trouvé un repaire d’espagnols aux Tonga

Lors du festival et de nos sorties noctunes nous avions fait la connaissance d’un personnage les plus appréciables : Victor, un espagnol hilarant qui allait s’occuper d’un resort et restaurant monté par un couple d’espagnol Maria et Eduardo sur une petite île de Vava’u : Tapana. Un restaurant espagnol sur une île tongienne, voilà qui nous semblait original ! Nous avons eu la chance d’être invité pour un barbecue sur l’île en compagnie d’une australienne en mission à l’office d’agriculture local, un thésart italien spécialiste des cétacées, une chilienne photographe de baleines, un tahitien bateau-stoppeur, son capitaine espagnol et bien sur notre hôte et ses deux cousines, tous espanols! On ne s’attendait pas à une telle mixité en venant si loin dans le pacifique. Pour les végétariens et véganes nous avons eu du fruit à pain rôti au feu, délicieux. Avec Etienne nous avons passé la soirée sur le voilier du capitaine ibérique, Marc avec qui nous sommes devenus amis et que nous avons revu récemment, un an après cela en Nouvelle Calédonie! Le lendemain nous sommes retournés à la ville en voilier, et rebelote en tirant des bords comme des pros jusqu’à Port Refuge… Nous y avons également rencontré Gonzalo y Ana et leur joli bateau rouge avec lequel nous auront, 12 mois plus tard, le plaisir de nous enfuir de Nouméa 😉

 

7 – Nous avons… terminé en beauté !

Pour nos dernières semaines, nous avons tenté sans succès de trouver un voilier-stop pour les Fidji mais difficile car la plupart étaient déjà partis pour éviter la saison cyclonique. Nous avons assisté à la fin de la saison touristique. La petite ville de Pangai, auparavant grouillant de monde et d’activité, se vidait, les commerces fermaient leurs devantures, les Tongiens continuaient à vivre tranquillement au rythme du soleil et des messes du dimanche.

Nous avons donc loué une petite voiture pour arpenter une dernière fois l’île dans tous les coins que nous souhaitions, et dormir dedans. Nous y avons découvert la splendide cote escarpée du nord, et quelques cochons mangeurs de coquillages en compagnie de Sarah, notre amie anglaise arpenteuse du Pacifique…

Bon bien sur je n’ai pas tout raconté ni tout photographié, mais je trouve que cette drôle de liste est un bon résumé du temps passé à Vava’u… où nous faisions quelque chose (car nous avons aussi passé pas mal de temps à glander, ça fait du bien. Car on en Nouvelle Zélande – et avant – on a quand même sacrément bossé, et crapahuter en Robinsons dans des îles ce n’est pas de tout repos non plus !).

Puis tout doucement la date de notre vol pou les Fiji est arrivé. Il était temps de découvrir autre chose mais nous avons tous deux une certitude : nous reviendrons aux Tonga. Un de nos vrais coup de cœurs du voyage.

 

You Might Also Like