Un voyage dans les Cyclades : Amorgos

Amorgos, long rocher montagneux encerclé par la grande bleue… ce deep-blue si connu des français pour avoir été le lieu de tournage du film du même nom avec le beau Jean-Marc Barr en héros de ces eaux. Mais avant d’y arriver, nous voici déposés par le ferry dans le cœur du cratère de Santorin…

Santorin

L’arrivée à Santorini est impressionnante : on s’avance dans la caldeira -c’est à dire le puits du volcan- rempli d’une eau bleue marine et dont la profondeur permet à des paquebots de croisière de la hauteur de barres d’immeubles mouvantes d’accoster à ses rives. Nous posons le pied à terre au milieu des énormes bateaux rapides à deux coques, sortes de TGV des Cyclades (s’ils ont la vitesse, ils en ont aussi le prix !). Là, nous sommes un peu désorientés par tout ce monde, les rabatteurs, les foules de touristes qui contrastent avec le calme de Milos et Sifnos.

Nous prenons un bus jusqu’à Ora, une ville qui a la vue sur la caldeira, où nous dormirons au camping. À peine arrivés, nous réglons deux choses : un bateau pour repartir le lendemain matin, et un photographe pour rembobiner manuellement ma pellicules (voir fin de l’article sur Sifnos). Chose faite, nous ne profitons même pas de la piscine du camping, qui est occupée par les ados d’une colonie de vacances. Sauve qui peut !

Le milieu du volcan de Santorin, avec de la pierre volcanique noire, des sources chaudes et des gouffres marins
Santorin

Je pense que Santorini doit être une île très belle et intéressante… Mais hors saison. Au mois d’août, c’est sympa si vous aimez le calme et la discrétion des groupes de voyages organisés… 😉

Amorgos

Nous débarquons sur l’île en fin d’après-midi, sous le soleil rasant, nous nous mettons en quête d’un scooter, et nous mettons en route pour Aegiali, un village situé sur une baie au nord de l’île. Nous commençons à grimper les routes sinueuses et venteuse et là, un spectacle stupéfiant s’offre à nous :

Amorgos

Amorgos

Amorgos

Amorgos

Amorgos

Le village d’Aegiali, ce repère de hippies

Amorgos AigialiAprès ce premier émerveillement sur la route, nous voici arrivé au petit village d’Aegiali. Nous garons le scooter et profitons des dernier rayons et du coucher de soleil sur la plage, avant d’aller se régaler à la taverne To Limani, la plus vielle du village (1980) avec sa terrasse sur le toit offrant une vue sur le débarcadère et la baie… Nous y sommes retournés plusieurs fois et pouvons attester que cette adresse est vraiment constante dans les plats délicieux 🙂

Coucher de soleil depuis la plage
Amorgos Aigiali

Après manger, nous nous sommes armés de notre lampe frontale pour emprunter le petit sentier à flanc de collines longeant la mer pour rejoindre la plage de de Chochlakas, la plus isolée pour y dormir tranquillement. Après une bonne demie-heure de marche au clair de lune, nous finissons par installer nos duvets sur la plage. Si la nuit fut un peu agitée (vilains insecte), la découverte de l’endroit où nous étions au petit matin en valait la peine !
Amorgos Aigiali

Amorgos Aigiali

Tholaria

Je n’ai pas de photos de ce petit village isolé sur une colline au dessus d’Aegiali, mais cet endroit est absolument charmant. Nous nous sommes attablés à une petite terrasse un matin, servis par une petite mamie. Nous étions les seuls occidentaux du village (et les premiers clients de la journée). Après s’être rassasiés d’omelettes en se délectant de la vue sur la vallée, j’ai gouté mon premier yaourt grec au miel local. Et la texture n’a absolument rien à voir avec ce que l’on appelle « yaourt grec » dans les supermarchés français. Il s’agit de quelque chose de presque pâteux, qui colle à la cuillère, un peu comme de la guimauve, c’est tout bonnement divin (je pèse mes mots haha). Fabriqué avec du lait de brebis, il existe sous deux formes : »straggisto » c’est à dire égoutté ou « astraggisto »… non-égoutté. Pour illustrer mes propos, voici une idée de la texture de la chose. 

Yaourt grec au miel - Photo par seattlerachel via flickr
Yaourt grec au miel – Photo par seattlerachel via flickr

Langada

Après nous être rassasiés, nous nous sommes rendus dans ce second village situé sur la colline au nord-est d’Aegiali. La vue y est également très belle, nous avons apprécié le parvis de l’église et le petit magasin à l’ancienne. En nous promenant dans les ruelles fleuries, nous sommes surpris par des petits bruits plaintifs : c’est un chaton, né il y a vraiment peu qui rampe sur des racines. Il a du être abandonné par sa mère, mais ses appels fendraient le cœur du plus sanguinaire guerrier, du coup nous décidons de faire quelque chose. Là bas ils ne stérilisent pas les chats, donc il y en a partout, et les gens les nourrissent. Nous demandons tout de même aux voisins… avant finalement de pénétrer dans une sorte de jardin où il n’y a personne, mais une cabane avec des croquettes et de l’eau. Nous abandonnons là cette petite créature à son sort (il n’a pas dû survivre longtemps). Mais bon. Il n’y a pas de morale à cette histoire, mais voici la bêbête en question :
Chaton

Nous repartons sur la route, direction le centre de l’île.

Chora, la « capitale » d’Amorgos

Amorgos ChoraCe village de 500 âmes situé à 320 m d’altitude domine le centre de l’île est surmonté d’un petit fort vénitien sur un rocher et de moulins à vents. C’est le chef lieu administratif de l’île, mais néanmoins un village très calme et agréable.

Le monastère

Depuis Chora, nous décidons de nous rendre au monastère à pied. Il a connu sa renommée auprès des français grâce à une scène du film le Grand Bleu ou la caméra survole la mer avant d’arriver sur cette impressionnante falaise où est incrusté cette façade blanche…

Il nous suffit de suivre un sentier qui descend jusqu’à la route en contrebas, puis marcher jusqu’au parking avant d’entamer l’ascension des fameux escaliers de 300 marches. Nous arrivons en début d’après-midi, et là, couillons que nous sommes découvrons les horaires : 8h00 / 13h00 et 17h00 / 19h00… nous n’avons pas envie de faire l’aller-retour sur cet escalier à la vue impénétrable, nous attendons donc assis devant le monastère, à jouer avec les dizaines de chatons qui nous tournent autour.

Et là. Alors que nous sommes seuls, nous entendons un rale rauque derrière nous. Il s’agit d’un jeune homme blond, torse nu avec sac à dos et coup de soleils qui descend du sentier de randonée qui relie Aegiali au monastère (il y a quand même une montagne à traverser pour y arriver, et ce sous le cagnard d’un mois d’aout. Il est très vite rejoint par sa compagne qui arrive un peu plus tard. Il s’agit de deux belges téméraires qui on fait la rando en « spash » (comprenez « tongs ») aux heures les plus chaudes de la journée. Nous leur offrons quelques victuailles, et ils se remettent de leurs émotions en attendant l’ouverture du monastère avec nous.

Vers 17h, un pope ouvre la porte, et nous utilisons les vêtements mis à la disposition des visiteurs pour nous rendre décents. Je me fais une toge dans un draps fleuri, je suis très chic. Les popes nous offrent eau, rakomelo (un alcool mélange de raki, d’herbes et épices) et loukoums à la rose. La visite est intéressante et on est comme des coqs en pâte.

Nous décidons ensuite d’aller nous baigner vers les rocher en contrebas du monastère. Après quelques plongeons du haut des rochers, on achète quelques bières au petit bar au niveau du parking que l’on savoure sur des rochers au coucher du soleil. Les garçons sont fascinés par le spectacle de deux naïades* grecques qui ramassent et mangent des bulots crus, nues sur les rochers (on ne peut pas leur en vouloir). Trop aimables, ils leur offrent leur aide précieuse en leur fournissant un couteau Laguiole en renfort 😀

Comme les belges n’ont pas trop envie de rentrer à Aegiali à pied de nuit (il y a quand même plus de 12 km), le barbu va chercher notre vaillant scooter vert à Chora et nous transporte là-bas. Comme on est 4, il va devoir faire deux trajets… celui avec le barbu au guidon, notre vaillant belge et moi dessus fut épique et riche en fous rires : imaginez 3 gais lurons sur un scooter de 50cm3 sur une route qui ne fait pas semblant de grimper… et vous aurez le résultats. On a donc passé la soirée à Chora où l’on a dégoté un super restaurant, avant de finir la soirée dans un bar de la ville, bien animé en ce mois d’août. Avec la demoiselle, on est ensuite rentrés à Aegiali en bus que les deux kamikazes suivaient sur le scooter. (Honnêtement, à ne pas tenter, la route est montagneuse, ventue, dangereuse… heureusement que les nordistes chti et belges tiennent bien la bouteille, mais ce n’était pas l’idée du siècle.)

*(oui normalement les naïades c’est en eau douce mais bon on ne va pas chipoter)

L’entrée du chemin depuis Chora

Amorgos En hautAmorgos monastère…en bas !Amorgos

Le sud de l’île

Le jour d’après, nous emmenons nos belges se régaler de salades, moussaska, purée de fèves et d’aubergines et tadziki au petit restaurant de Tholaria (là où j’ai mangé le yaourt grec merveilleux) avant de se lancer à la découverte du sud de l’île en scooter. Cette fois-ci, chacun son scooter, sauf que celui qu’ils ont loué est carrément antique et ils sont obligés de s’aider de leurs pieds pour certaines montées ! Le paysage jusqu’à la pointe sud est somptueux, la route longe la mer au dessus de falaises avant de serpenter entre monts et vallées…

Amorgos

Amorgos
Amorgos

Le clou du spectacle est bien sur l’épave où la scène avec Jean Reno a été filmée (dans le film la scène est censée se passer en Sicile). Il  a des gens qui vont nager à côté, mais vous avez plutôt intérêt à être bien vaccinés contre le tétanos… et puis la plage n’est pas nettoyée, donc jonchée de déchets de plastique et de bois, ce qui ne donne pas vraiment envie.Amorgos

La fameuse scène en question

Notre « hôtel »

Durant notre séjour sur Amorgos, nous avons élu « domicile » sur la plage d’Aegiali, devant un bar de hippie qui ne s’éteint qu’aux petit matin… avec une poignée de jeunes grecs et d’étrangers nous dormions dans nos duvet en s’abritant au petit matin de l’ombre des grands arbres qui bordent la plage. L’ambiance est vraiment sympa, même s’il y a un peu d’étranger, cet endroit reste tout de même préservé des gros flux de tourisme, et conserve son charme, sa douceur de vivre… et ses fêtes bien chouettes sur la plage!
Le barbu réalisant que la mer qui nous entourait était proche de celle qui borde le sud-est de la Turquie, il s’est donc mis en tête qu’il était possible qu’il y aie du plancton luminescent dans l’eau. Un soir, alors que nous prenions l’apéro au coucher du soleil avec les belges, il devient persuadé qu’il y en a à un endroit précis, dans un passage entre l’île principale et une île très proche, au bord de la route entre Chora et Aegiali. Emportés par son enthousiasme, nous lançons une équipée à cet endroit, et nous retrouvant en habits d’Eve à patauger dans l’eau au clair de lune. Et là, le miracle se produit… IL Y EN A. En remuant jambes et bras, on aperçoit notre corps qui s’éclaire sous l’eau, sous l’effet des remous que l’on provoque.

Cet île fut vraiment un coup de cœur pour nous, autant pour ses paysages sauvages que les rencontres que nous y avons fait 🙂

Petit déjeuner de figues offertes par un grand-père et sa petite fille sur la plage d’aegialiamorgos aegiali

Bientôt, nous laisseront Amorgos derrière nous pour découvrir les petites Cyclades, petits îlots de quelques kilomètres carrés…

 

prev
next
Your Comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :