Volontariat en Inde : planter du romarin dans l’Himalaya

Hier soir encore, je soupirais, songeuse : il nous manquent ces bougres ! Et oui, après deux semaines passées avec Deepu, Sunny et Beeru fin octobre 2015 à jardiner, faire la cuisine, nettoyer, jouer au badminton ou au criquet, aller au marché en moto avec Deepu… on s’est vraiment attachés et sommes devenus amis avec le staff de l’hotel de Deepak, qui nous a gentiment accueillis pour notre premier volontariat.

Sur l’annonce, il s’agissait de jardiner 4h par jour pour créer un jardin d’épices dans la forêt de pins près de Raniket, en Uttarakhand, et ce en échange d’un lit et de nourriture.

Ranikhet se situe sur le point orange
Ranikhet se situe sur le point orange

Lorsque nous arrivons à Raniket, nous n’avons aucune idée d’où nous allons tomber. Nous avons eu le patron vite fait au téléphone depuis le bus, et il nous a dit qu’un de ses employés allait nous joindre, un certain Deepu. Celui ci nous a bel et bien appelé mais impossible de le comprendre entre son anglais et le bruit du bus, nous échangeons donc par texto. Arrivés à la gare de bus, nous finissons par obtenir qu’il vienne nous chercher car nous sommes claqués après nos trois premières heures de bus indien dans la montagne, et après les six heures de train de la veille où j’étais malade comme un chien. Nous attendons donc, assis sur des marches à côté de la station essence où défilent les motos. Peu de voitures hormis le défilé des jeep collectives qui vont et viennent au milieu des bus. On commence à se dire « il ne va quand même pas venir nous chercher en moto avec nos gros sac ? »… et ben si, justement le voici qui arrive avec un grand sourire et sa petite moto ! Il nous dit que pas de problèmes ! Il monte devant, moi juste derrière lui avec mon gros sac sur le genou droit et le Barbu derrière moi avec le sac sur le genou gauche. Deepu prend le petit sac en ventral, et nous voici partis à trois sur la moto, chargés comme des baudets (et sans casque évidemment) à descendre la petite ville en roulette. Après quelques kilomètres, le barbu commence à avoir bien mal aux reins, et alors que nous arrivons au terrain d’entrainement des militaires il y a une voiture arrêtée. Deepu échange deux trois mots en hindi avec le conducteur et celui-ci prend les sacs ainsi que le Barbu en stop, alors que je finis le trajet en moto, à essayer de comprendre ce que Deepu essaye de me raconter…

Nous arrivons à un panneau Rhodo ReTreat and Resort, apparemment c’est là que nous passerons nos deux semaines. Ce n’était pas précisé dans l’annonce donc nous sommes un peu surpris mais c’est parti, nous montons à pied avec les sacs et Deepu nous montre notre chambre : c’est grand luxe ! « Today rest » nous dit-il. Il nous dit que demain on fera du jardin, et qu’il faudra qu’on lui apprenne l’anglais aussi, il va nous chercher ses livres d’apprentissage de l’anglais : « my daily routine : every morning, I work my inglisse ». Pas de soucis, on veut bien lui donner des cours. Nous avons le patron au téléphone qui nous explique à nouveau le travail à effectuer, nous confirme que nous n’avons rien à payer (on ne s’attendait pas à tomber dans un hotel standing) et nous dit de profiter, qu’il passera nous voir dans la semaine.

Nous faisons la connaissance de l’équipe :

  • Deepu, 25 ans, le manager. Il fait les courses au marché, la cuisine, accueille les invités, fait des réparations, le jardin et manage ses deux compagnons d’équipée :
  • Sunny, 28 ans, qui est marié et a deux enfants qui aide à toutes les tâches
  • Beeru, 22 ans, qui va essayer de rentrer à l’armée fin octobre et qui lui aussi aide à un peu tout.

Et plus tard dans la soirée voici le quatrième larron qui arrive, très poilu, il s’agit d’un mastiff tibétain nommé Timmy, d’un flegme impressionnant mais qui connaît très bien son boulot de gardien.

Le lendemain nous allons au jardin, qui se situe au dessus de l’hôtel : il s’agit de terrasses en friches abritées par des arbres. Il faut couper l’herbe pour faire du foin, retourner la terre à la pioche, enlever les racine avec des petits outils, ratisser et enfin planter. Deepu nous dit « slow work, not hard work » et nous assigne à l’enlevage des racines de la terre. Nous voici donc accroupis à casser des mottes de terres et en trier racines et cailloux, et croyez moi, ça prend du temps !

Notre « daily routine » des jours à venir se composera ainsi :

Réveil vers 8h, Beeru nous apporte le thé au lit (dure la vie).

Après un brin de toilette, on va manger dans la cuisine avec notre fine équipe. (Deepu a appris à dire « madame, petit déjeuner » sauf qu’il le dit d’une façon étrange et pour tous les repas aha). Le matin on mange souvent du Dhal (soupe de lentilles épicée) avec des chapatis fris par exemple, ou du riz, ainsi que des légumes. Une fois Deepu nous a fait un South Indian petit déjeuner avec des boulettes vapeurs, du chutney avec de la noix de coco et des légumes qui piquent, un délice.

Après cela, on lave nos assiettes de métal et c’est parti pour le jardin pendant deux heures. Ensuite l’un d’eux s’éclipse et va préparer le déjeuner, on le rejoint pour faire les chapatis (le Barbu est devenu un pro du rouleau à patisserie pour faire des chapatis bien ronds) et on mange, assis dans la cuisine.

L’après-midi, il fait trop chaud donc c’est repos : le Barbu fait la sieste et j’en profite pour écrire.

En fin d’après-midi on retourne jardiner deux heures et lorsque le soleil se couche nous allons préparer le diner.

Nous dinons  dans la cuisine avec les autres puis : « subh ratri » (bonne nuit en hindi).

Le tout entrecoupé de parties de badminton, fléchettes ou cricket, notre virée chez le docteur pour soigner mon angine qui persistait depuis huit jours (oui en fait cette fois il me fallait des antibiotiques) qui se termine en balade dans la forêt jusqu’au Shiva Temple, sur un petit chemin où des dizaines de papillons s’envolent à notre passage, longeant un petit ruisseau transparent qui coule au milieu de la forêt de pin aux pieds desquels poussent de jolies fleurs blanches. #BUCOLIQUE

Deepu nous emmènera visiter son temple hindou où ils se rend presque tous les matins vers 6h30 : « le temple de grand père ».

Nous rencontrerons Deepak, le constructeur de ces lieux qui est un ancien cadre/ingénieur dans les télécoms qui a préféré arrêter plutôt que de prendre un poste à hautes responsabilités qu’on lui proposait, et créer cet endroit peaceful, ainsi que des jardins d’épices. C’est un monsieur très sympathique et intéressant et nous aurons le plaisir de le revoir la semaine suivante. Il essaie vraiment d’œuvrer pour le développement du village de façon positive. Tout comme l’Uttarakhand qui est vraiment un état pionnier en matière d’écologie en Inde, où de la récolte de déchets est mise en place dans certaines villes, et où le retour à une agriculture écologique et paysanne est vivement encouragée par des actions concrètes, grâce a Navadanya un réseau de conservation de graines qui propose la formation gratuite des agriculteurs et la mise à disposition gratuite également de banques de graines non OGM (et oui les responsables politiques de l’Etat se sont opposés à Monsento… à quand chez nous ???).

Notre dernier week-end, une famille de guest sera présente à l’hotel et nous partirons avec eux et Deepu pour un trek dans la jungle puis le lendemain ils auront la gentillesse de nous inviter à les joindre dans leur immense voiture pour un tour du côté d’Almora a visiter le Nanda Devi Temple puis jusqu’à Jagheswhar et ses temples séculaires…

DSCF6773Le RhodoDSCF7107

DSCF7103Les « I love you flowers », partout dans l’hotel !DSCF6659

On va dans la maison de DeepuDSCF6575 Notre récolteDSCF6635

DSCF6626 La vueDSCF6613 Je fais connaissance avec le chevreau de la familleDSCF6610 la fière maman et son regard perçant ahaDSCF6594 Chez Deepu la vache est bien traitée.
DSCF6592 Les cucurbitaceae qui grimpent aux arbres !DSCF6580 Une sorte de bruyere
DSCF6579

Retour au Rhodo et au boulot ! Il faut couper l’herbe, ratisser les feuilles, retourner les terrasses à la pioche, enlever racines et cailloux à la main et enfin dessiner les parcelles et planter le romarin !volontariat inde

Je plante avec mon assistant Timmy, qui pour une fois n’est pas couché sur un endroit inopportun volontariat indeUne parcelle terminée volontariat inde Et voilà, romarin planté ! Il n’y a plus qu’à arroser et laisser pousser…volontariat inde

Les terrassesDSCF7109 Et un petit coucher de soleil en bonusDSCF7111

Voici Timmy, le mastiff tibétain de Deepu, il l’a acheté chiot, et il s’est déjà battu avec un léopard (véridique, il en a les traces sur le corps)DSCF6661 Une de ses principales activités après être allé se balader dans les villages environnants est de dormir n’importe où à l’hôtelDSCF7090 Mais surtout sur la terrasse toute fraiche. Sinon il monte aussi la garde, quand il ne dort pas.DSCF6780Allons en cuisine
DSCF6937 Ici, des palaks (épinards) qui seront bien sur accompagnés d’une délicieuse sauceDSCF6936 Deepu prépare les oignons (sinon ce mec est un véritable chef il cuisine juste TROP bien, en plus d’être drôle)DSCF6935Cuisson du chapati en cours !
DSCF6738

Une belle journée ensoleillée au Rhodo, comme on en a tant eu au mois de septembre-octobreDSCF6934

DSCF6742

La vue…DSCF6778

DSCF6776

DSCF6771

DSCF6767

DSCF6763 On ne s’en lasse pas…DSCF6746Il y a pire comme cadre pour écrire !DSCF6758

En voilà deux qui travaillent durDSCF6756

Pour ses vingt trentre-huit ans le Barbu a eu droit à un merveilleux coucher de soleil sur l’HimalayaDSCF6791

DSCF6821

DSCF6820

DSCF6814

DSCF6809

DSCF6797

DSCF6796

DSCF6794

Et un sacré gâteau !! (« Happy Birthday Atin »)DSCF6822 L’équipe au complet, avec notre bout de gâteau
DSCF6832

Et notre « Atin » national a même eu le droit à un petit cadeauDSCF6835

On a aussi dansé sur de la musique Kumaoni

DSCF6846

Et fait les idiots !DSCF6862

On a découvert les magnifiques forêts de pin de l’Uttarakhand en partant à la recherche du léopard. Finalement j’en aurai croisé deux, de nuit : un bébé qui a traversé la route depuis la moto, et un adulte dans un arbre que l’on a pu voir grâce aux phares de la voiture des guests.
DSCF6946

DSCF6967

DSCF6965

DSCF6962

DSCF6961

DSCF6972

DSCF6994

DSCF6976

DSCF6974

DSCF6996

Un rhododendron ! (mais sans les fameuses fleurs rouges, ce n’est pas la saison)DSCF7004

DSCF7008

DSCF7010

DSCF7017

DSCF7021

Dernière soirée, mon Chti nous a fait de délicieuses frites « belgian style »DSCF7124

Notre chambreDSCF7130 Timmy ne veut pas nous laisser partir, il monte la garde devant notre porteDSCF7128 Dernier délicieux petit dej, sur la terrasse cette foisDSCF7094

Suite à cela, nous passerons un dernier jour avec l’équipe du volontariat avant de reprendre la route. Direction le nord de l’état, plein cap sur l’Himalaya pour aller voir de plus près ces magnifiques sommets blancs qui nous ont en mis plein la vue pendant deux semaines ! C’est parti pour la découverte de l’état de l’Uttarakhand

Rory, digital native et fouineuse du web, éparpillée mais organisée. Aime beaucoup les jolies choses, quand ça ne dégouline pas. Vagabonde depuis l’âge de 8 mois. Fait des frasques avec ses fidèles réflex argentique et numérique Konika Minolta depuis quelques années, rejoint il y a peu par un polaroid 600 et un lomo La Sardina de Moëbius.
Article créé 128

4 commentaires pour “Volontariat en Inde : planter du romarin dans l’Himalaya

Laisser un commentaire

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :