Anywhere
Browsing Category

Bécane et Pétrolette

Le Rory’s guide pour un road-trip en scooter en Asie du sud-est   

By 25 octobre 2016 Bécane et Pétrolette, Budget, Cambodge, Laos, Vietnam
road-trip en scooter

Oui j’avoue j’ai rien trouvé de délirant comme titre pour traiter de ce sujet, à savoir, combien que ça coute un road-trip en scooter (ou moto) en Asie du sud-est, ici Vietnam, Laos et Cambodge. On s’est lancés dans l’aventure au mois de mars 2015 et ça a duré jusqu’au mois de juin environ car on a fait quelques pauses de ci de là.

Ce billet sert à donner une idée et n’est qu’un exemple parmi d’autres, mais j’avais moi-même besoin de quelques éléments d’informations avant de convaincre mon Barbu à se lancer dans l’aventure. J’en avais trouvé à l’époque sur le blog de GTLA (son article ne concerne que le Vietnam et date de 2013), la voyageuse Cyn et son road-trip féminin et solo en moto au Vietnam… et sur des forums.

Pour commencer, on a décidé d’acheter une tente, pour encore plus de liberté, aller dans des coins paumés et aussi faire des économies de guesthouse. On a acheté la tente 27€ dans le magasin d’outdoor de Hanoi, Umove. On y trouve un peu de tout, des tentes, des duvets, des fringues de rando… ce n’est pas Décathlon non plus mais ça dépanne bien et ce n’est pas cher du tout !

Nous n’avons plus de tapis de sol, l’un ayant été oublié dans un camion lors d’un auto-stop au Kirghizstan, l’autre, renvoyé par colis en France depuis l’Inde… On a donc acheté deux couvertures : une pour servir de tapis de sol et l’autre pour se protéger du froid (Nous en avons acheté une troisième au Laos car on se caillait les miquettes). Il suffit de s’installer sur des sols mous et on dormait comme des bébés, même avec nos sacs à l’intérieur de la tente. On ne s’est jamais sentis en insécurité et on ne s’est rien fait voler (pour calmer les paranoïaques).

Venons en aux machines…

 

L’achat des scooters (à Hanoi)

Je voulais donc me lancer sur les routes au guidon de mon propre véhicule car le stop était galère, nos sacs à dos pesaient vraiment lourd, j’avais envie de liberté et de ne pas être contrainte par les bus, m’ouvrir à plus de rencontres et comme le vélo pour mon cher Barbu c’était nyet, la solution était pour moi toute trouvée !

De plus, il est possible en tant qu’étranger d’acheter des cyclomoteurs aux locaux et de passer les frontières sans trop de soucis, et le tout pour un prix tout à fait abordable et qui équivaut très bien au prix des transports en communs voire moins, la liberté en plus!

Si mon cher Barbu était très réticent et trainait des quatre fers quand à mon idée de road-trip asiatique à deux roues, il est très vite tombé amoureux de sa petite Honda semi-automatique. C’est un modèle extrêmement populaire au Vietnam, un peu comme les 205 chez nous… enfin, à l’époque.

Nous avons donc acheté nos bolides dans un magasin de cycles à Hanoi qui a l’habitude de vendre à des touristes (ils parlent anglais) qui nous avait été conseillé par notre pote Romano, un français ayant déjà fait un road-trip en moto dans le coin. Il est connu que les motos/scooter sont moins chers à l’achat à Hanoi qu’à Ho Chi Minh City au sud (Saigon). Nous, on a commencé par là car nous arrivions du Laos du nord.

 

Le scooter Yamaha automatique

Si je n’ai pas été séduite au premier abord par les semi-automatiques (j’avais essayé sur la plage au Myanmar et trouvé cela très étrange) c’est une japonaise automatique qui m’a séduite par son confort de conduite. C’est donc Bécane, une Yamaha Nouvo de 2003 qui allait être ma compagne de route. Très stable mais lourde, je conseille ce modèle à… tout le monde vraiment, elle était super à conduire, de grandes et larges roues qui passent partout (même en « motocross » sur les pistes laotiennes où je me suis éclatée).

 

Prix d’achat : 230$US

 

Qualités Défauts
–       sa fiabilité : 5000 km, huile changée régulièrement et aucune panne à signaler !

–       son coté « passe partout », très à l’aise sur piste (sèche)

–       plus véloce que les vielles motos Honda Win et la Dream du Barbu, un coup de poignet, une route lisse et elle décolle. Bon ce n’est pas une Ducati de course, mais de bonnes sensations lorsque les conditions s’y prêtent 😉

–       pas de problèmes en montagne pour grimper les côtes, plus pour les descendre (cf colonne de droite)

–       j’ai juste eu des pneus à plat mais partout où j’ai été on me les a changé sans problème et pour pas cher.

–       son poids, plus de 100kg (elle m’a transformée en tortue trois fois – à l’arrêt hein- à cause du poids de mon sac + la fatigue)

–       pas de frein moteur : en montagne c’est parfois un peu difficile dans les descentes à 12% chargée comme un baudet avec tout de même de bons freins à disque… ça se fait !!!

–       faire le plein : contrairement aux motos type Honda Win, le trou pour l’essence se situe sous le siège il faut donc décharger tous les sacs à chaque fois que l’on veut faire le plein.

–       dans la boue (cela ne m’est arrivé qu’une fois) vraiment casse gueule.

–       Au Cambodge à part dans les capitales, pas de garages ni de pièces Yamaha (mais bon vu qu’il ne tombe jamais en panne haha)

 

Le scooter Honda semi automatique

Pour mon Barbu, donc, c’est ce petit Honda Dream qui l’a adopté, aka Pétrolette (lui il voulait l’appeler Mobylette mais étant donné que je l’ai toujours appelée Pétrolette c’est le nom qui est resté).

C’est vrai qu’elle n’est pas chère (moins chère que les motos Honda Win par exemple), que tous les Vietnamiens en ont une, qu’elle a un charme fou… MAIS, notre Pétrolette, un peu vieillotte, avait des petites fuites urinaires d’huile dès le début.

NOTA : Pétrolette avait un moteur de fabrication chinoise et non vietnamienne, ni de la marque Honda (Japon) ce qui lui a valu des remarques de mépris de la part des locaux (possibles problèmes pour la revente).

Prix d’achat : 200$ US (je pense que c’est possible d’en acheter moins cher avec un pote vietnamien pour négocier, essayez avec Couchsurfing pourquoi pas 😉 )

 

Qualités Défauts
–       Son charme pas discret

–       Elle a tenu jusqu’au bout grâce aux raccommodages (et serait actuellement à l’aventure sur les routes thaïlandaises!)

–       Elle grimpe les côtes en 2-3ème vitesse

–       Les réparations ne coutent pas cher partout et les mécanos trouvent toujours une astuce

–       Elle peut rouler à vitesse raisonnable (60-70km max je dirai après ça fait un peu flipper)(de toutes façon vu les routes)

–       C’est agréable à conduire : le changement de vitesse et le frein au pied

–       Il y a le frein moteur qui aide en descente et dans les courbes

–       faible consommation d’essence

–       Elle est légère comme un biclou !

–       Un peu faiblarde en tout-terrain mais avec de la dextérité et des boulons bien vissés ça se fait (sinon vous perdez des morceaux en route)

–       Pas rapide : ce n’est surement pas une bécane de course mais pour un road-trip c’est parfait.

–       faire le plein : contrairement aux motos type Honda Win, le trou pour l’essence se situe sous le siège il faut donc décharger tous les sacs à chaque fois que l’on veut faire le plein.

–       Elle a pas vraiment de défauts on l’adore la Honda Dream.

 

A l’achat, les scooters avaient déjà les « racks » d’installés, ces supports en fer pour y ficeler nos sacs, ainsi que des tendeurs. On avait bien sur la « blue card », la carte grise locale des véhicules, qui n’a pas besoin d’être à notre nom : vous payez votre engin et le garagiste vous donne la blue card avec numéros du véhicule (année de fabrication, plaque d’immatriculation, n° de série/usine, nom du fabricant, etc.). En 5 000 km on n’a jamais été arrêtés par la police, les seules autorités auxquelles nous avons été confrontés ont été les agents des douanes.

Et bien sur au Vietnam, obligatoire : le casque ! Fourni lui aussi avec le scooter. Et c’est tant mieux. On les as porté tout le temps, même au Laos et au Cambodge où ce n’est pas obligatoire mais il faut bien être sérieux 5 mn : quand on a un casque, on le porte.

Les motos Honda Win

Photo Hugo Derr

Photo Hugo Derr

C’est aussi une option… que nous n’avons pas choisie, pour plusieurs raisons :

  1. Lorsque l’on est dans les bouchons en ville, c’est galère… (tapez « traffic Hanoi » ou « traffic Ho Chi Minh City » dans youtube, juste pour voir :P)
  2. Beaucoup de retours de backpackers sur la non fiabilité et le risque élevé de panne de ces jolis engins
  3. Plus chères à l’achat en général
  4. Et puis, on a vu que des backpackers au final sur ces motos, les locaux, eux, c’est le scooter, que ça soit à 5 dessus ou avec des chargements mirobolants, donc on s’est fondus dans la masse 😉
  5. Si vous avez envie de vous faire plaisir avec une moto manuelle, autant mettre le paquet et prendre un bon modèle (et essayer de  la revendre au même prix). Peu de motards locaux roulent en Honda Win!

Les dépenses durant le road-trip en scooter

Liées au scooters

Cela comprend l’essence bien évidemment, on ne fait pas encore de scooter solaire (si ?), l’entretien (bidons d’huile principalement, ainsi que changement de chambre à air dans chaque pays pour moi) et bien sur les réparations (poste uniquement occupé par Pétrolette hinhin). Pour ce qui est des réparations, cela reste très peu cher compte tenu du fait  que Pétrolette a eu de nouvelles pièces et une grosse rénovation lors de son second séjour Vietnamien (les fameux 24€).

J’ai comptabilisé tout cela de Hanoi au Laos, du Laos au Vietnam, puis du Vietnam au Cambodge et j’ai arrêter de compter une fois arrivés à Siem Reap. On s’est arrêtés là bas un moment et nos potes nous ont rejoints, même si le road trip a ensuite continué jusqu’à Sinaoukville puis Ho Chi Minh ville. Soit 3 800 km sur les 5 000 totaux. Les prix sont comptés pour 2 scooters.

VIETNAM (13j) LAOS (31j) VIETNAM (8j) CAMBODGE (8j) Total
Essence 27€ 73€ 9,5€ 20,5€ 130€
Réparations 0,80€ 11€ 24€ 4,5€ 40,3€
Entretien 7€ 4€ 5€ 4€ 20€
Total

 

34,8€ 88€ 38,5€ 29€ 190 €
Moyenne par j/pers 1,33€/j/p 1,41€/j/p 2,40€/j/p 1,81€/j/p 1,5€/j/p

 

Liées à l’hébergement

Attention, les prix sont pour deux (chambre double), si vous voyagez seul cela ne signifie pas que vous divisez le prix d’une chambre par deux, au contraire il revient souvent moins cher de partager une chambre et son prix.

  • VIETNAM: 7 nuits à Hanoi pour 56€, 4 nuits en tentes après Hanoi (achat tente 27€)
  • LAOS: 11 nuits en tente, 4 nuits en guesthouse sur la route (31€) puis 15 nuits sur l’île de Don Det (80€)
  • VIETNAM: 7 nuits en tente, deux nuits en hôtel (17€)
  • CAMBODGE: une nuit en tente, 4 nuits en hôtel (21€) (fin de saison sèche, températures extrêmement hautes même la nuit !!)

Les nuits en tente nous ont donc couté 1,17€ par nuit pour deux personnes

J12 Laos-20

Soit au total en moyenne et grâce à la tente :

VIETNAM (13j) LAOS (31j) VIETNAM (8j) CAMBODGE (8j) Total
LOGEMENT 60,68€ 124,87€ 25,19€ 22,17€ 233 €
Moyenne/j/pers 2,25€/j/pers 2€/j/pers 1,5€/j/pers 1,25€/j/pers 1,9€/j/pers

 

 

Liées à la nourriture

On mange principalement dans les petits boui boui, de la street food ou parfois lorsque nous campions, un tour au marché de légumes et hop on cuisinait sur un feu de bois à l’aide d’une grille de barbecue que l’on trimballait depuis la Thaïlande et notre tambouille en ferraille. On faisait des feu de camp partout où on a campé, aucun soucis. Quand nous campions à proximité des villages/habitations les habitants venaient nous saluer.

Le fait de ne pas manger de viande réduit également pas mal les dépenses au restaurant (même si c’est déjà très peu onéreux).

VIETNAM (13j) LAOS (31j) VIETNAM (8j) CAMBODGE (8j) Total
NOURRITURE 73€ 142€ 43,5€ 36,8€ 295 €
Moyenne/j/pers 2,8€/j/pers 2,3€/j/pers 2,7€/j/pers 2,3€/j/pers 2,45€/j/pers

 

 

Liées aux activités

Bah en fait je n’ai pas grand chose à mettre ici… effectivement on a bien payé quelques accès à des grottes, des « piscines naturelles », des chutes d’eau, on a fait du kayak dans une grotte au Laos mais ça a du couter genre 4€. Au final on na pas fait les grosses attractions touristiques payantes et chères. Profiter de la nature et de beaux paysages nous suffit en général ! Donc pour moi c’est un poste de dépenses anecdotique et qui dépend de chacun donc je ne préfère pas m’étendre là-dessus.

Visas et passages de frontières

j5-laos-1.jpg.jpeg

Pour le Vietnam, sur la période du road-trip en scooter ici renseignée, nous n’avons pas pris de visa mais profité des 15 jours gratuits sur le territoire pour les citoyens français. Nous l’avons fait à deux reprises, il suffit qu’il y ait un mois d’écart entre les deux. Nous avons passé un mois au Laos et sommes repassés au Vietnam.

Le prix du visa Laotien est de 35$US pour un mois, faisable aux frontières. Pour les véhicules du Laos au Vietnam on a du remplir des documents et payer des tout petits frais pour les véhicules afin de les importer temporairement dans le pays. Le passage de frontière et la marche à suivre est très bien expliquée dans cet article de blog (en anglais).

La frontière Laos-Cambodge n’est pas possible à franchir en moto/scooter pour les étrangers. Il faudrait un papier spécial que l’on peut obtenir à la capitale cambodgienne. Il vaut donc mieux utiliser les 15 jours gratuits pour passer par le Vietnam et découvrir de nouveaux coins au passage (pour nous ça a été l’occasion de découvrir la splendide côte vietnamienne, un de nos coup de cœur de ce voyage en scooter !)

Les passages de frontières Vietnam-Cambodge et vice-versa se sont fait sans aucun problèmes à des petits postes frontières (Ban Lung au nord à l’aller et celui le plus au sud au retour). Pas besoin de papiers pour les motos, il suffit de les garer et de venir au bureau des visas vous faire tamponner.

Le prix du visa Cambodgien par les terres a été de 35$ pour un mois pour nous, il est peut-être possible de payer moins selon le douanier mais bon cela reste tout à fait raisonnable ! (Le prix varie selon les anecdotes de voyageurs, il faut savoir accepter de se faire plumer de quelques dollars).

 

Récapitulons…

Pour ce qui est des scooters, nous les avons revendus au même prix à Ho Chi Minh City (annonces sur des groupes Facebook et Craiglist) donc nous n’avons finalement que les dépenses « en plus » liées à l’essence, l’entretien et les réparations, ce qui fait un total de 190€ de frais de transports pour une durée de 60 jours (3 mois) soit 95€ chacun pour 3 mois… ou environ 30€ le mois !

Voici un camembert revenant sur les frais pour notre road-trip en scooter pour une personne sur 3 mois (au sein d’un groupe de 2 personnes). Sans activités et frais « annexes », juste rouler, manger, dormir, kiffer (mais ça c’est gratuit).

capture-decran-2016-10-25-a-14-57-16

Ce qui est tout a fait raisonnable !

 

Bien sur, il ne faut pas oublier que

  1. Nous dormions beaucoup sous la tente en camping sauvage ! Très facile au Laos, praticable au Vietnam (bien que nous ayons pas mal campé dans des plantations, souvent en demandant à des gens) et au Cambodge on en a fait qu’une fois car la chaleur était étouffante.
    Mais c’est tout à fait faisable, il suffit de chercher et acquérir de bons reflex, je suis devenue une pro pour trouver des supers coins de camping sauvage (et le Barbu est devenu un pro pour boire des canons d’alcool local au coin du feu avec les locaux qui passaient nous voir).
  2. Je ne mange pas de viande, donc dans certains cas cela réduit les additions (parfois non, les noodle soup au Laos avaient le même prix avec ou sans viande). Nous mangions tout le temps dans des « boui boui » et pas des restaurants climatisés, et fuyons les restos qui servent de la bouffe « occidentale ».
  3. Nous ne buvions des canons (bières fraiches et/ou alcool local à deux francs six sous) que de temps en temps, donc cela réduit également les dépenses.
  4. Pas d’activité touristiques « chères »
  5. Nous choisissions des guesthouses à des prix vraiment raisonnables, souvent grâce à TravelWiki. Et bien sur, des ventilateurs au lieu de la clim, cela réduit considérablement le prix. De toutes façons si vous venez dans des pays chauds, c’est pour avoir chaud non ? 😀
  6. Et puis au final ce qui n’a pas de prix, c’est de rencontrer des gens, se marrer avec eux malgré notre peu de vocabulaire en commun, et ça ça nous est arrivé tout le temps ! (Voir les carnets de voyages Bécane & Pétrolette qui en témoignent)

J’espère que cet article a pu vous donner une idée du budget pour un road-trip en scooter en Asie du sud-est… assez restreint pour notre part, mais cela n’a pas rendu l’aventure moins belle, au contraire on se débrouille très bien avec des bouts de ficelle, une tente qui prend l’eau et un scooter qui perd de l’huile !

N’hésitez pas à me poser des questions en commentaire ou partager votre budget de road-trip en deux roues dans le même secteur 😉

 

You Might Also Like

Bécane et Pétrolette #7 : De retour sur la route… direction Vietnam !

By 13 mai 2016 Bécane et Pétrolette, Carnets de Voyage, Laos, Vietnam

Deux semaines à se la couler douce dans la délicieuse île de Don Det sur le Mekong… mais pendant ce temps, le visa file ! Il faut bien reprendre la route, et pour la première fois nous aller rebrousser chemin et plutôt que d’aller au Cambodge comme prévu, nous partons faire un tour au « sud du centre » du Vietnam. Pourquoi ce revirement ? Tout simplement car il n’y a qu’une seule frontière entre le Laos et le Cambodge, et qu’il n’est pas possible de la traverser avec les motos, pour cela il faut un papier qui s’obtient à la capitale cambodgienne… ou alors les faire passer en douce. Ca nous a donc donné une excellente raison pour retourner au Vietnam et découvrir une autre région.

J18 – Dimanche 17 avril : C’est reparti ! De Don Det à Paksé (145 km)

Bon il faut bien quitter Don Det un jour… notre visa expire dans trois jours, il est tant ! Nous profitons de la présence de notre ami Romano, venu nous rejoindre sur l’île la veille de notre dernier jour pour une ultime baignade dans notre petit spot, puis noodle soup, ferry, ligne droite. C’est bel et bien reparti !

P_20160417_153103

Le soleil cogne d’une puissance inouïe, à tel point que je prends un coup de soleil à travers la chemise, et sur les mains malgré les couches de crème. Bon d’un côté on est partis à midi, c’était à prévoir. Je m’improvise donc des protections dignes de ce nom à une station essence : des gants à partir de chaussettes trouées, je remet la veste militaire malgré les plus de 40°C environnants, et m’enrubanne dans le foulard tel un taliban. Rien ne doit dépasser !

Une vidéo publiée par RORYYYY (@roryofroom) le

Ainsi parée, nous déroulons la ligne droite. En fin de journée, il ne nous reste plus qu’une vingtaine de kilomètres à parcourir lorsqu’un immense troupeau de vaches traverse la route. Cela arrive souvent, mais là le troupeau était vraiment gros, impossible de zigzaguer entre les vaches. Freinage d’urgence, Bécane fait un peu la gueule (les freins ce ne sont pas son fort) et quelques mètres après je vois le Barbu et Pétrolette arrêtés au bord de la route.

« c’est mon cale pied qui a perdu le plastique là ? ». Il me montre une tige métallique qui dépasse du milieu de sa mobylette. Heu ben non, il est là ton cale pied. Donc il y a une tige qui sort du milieu de son scoot. Il me dit qu’il a l’impression qu’elle va se casser en deux. Visiblement elle non plus n’a pas apprécié le freinage. Et il a des soucis d’embrayage.

Je pars en éclaireuse trouver un garage, il va devoir pousser un moment le coco, il y a du chemin. On arrive donc au garage, le garagiste rentre la tige : apparemment le boulon qui la retient de l’autre côté s’est fait la malle. Il teste tous les boulons de sa caisse à outils, se fait embêter par deux poivrots encore perchés de la semaine de festivités de nouvel an, un troupeau de vache apparaît au loin, comme pour nous narguer de la situation. Comme il n’a pas de boulon adéquat, il bricole un truc avec deux boulons de tailles différentes, ça tiendra jusqu’à Paksé, mais ça veut dire qu’il va falloir qu’on dorme en ville. Demain matin, garagiste !
P_20160417_165624

Nous trouvons une petite guesthouse au bord de la rivière, et alors que je cherche la patronne, qui vois-je attablés sur la terrasse ? Notre petite bande de joyeux punks à motos avec qui nous avons fêté nouvel an à Don Det ! On remet donc ça, une dernière fois.

 

J19 – Lundi 18 avril : de Paksé à Attapeu et une surprise très humide (157 km)

De bon matin, garagiste et gueule de bois (ne font pas bon ménage). Le mec change la tige de Pétrolette, mais pour l’embrayage il ne semble pas motivé, il dit que ça tiendra. Donc on se calle une noodle soup derrière l’oreille et reprenons la route qui traverse le plateau des Bolavens jusqu’à Attapeu : 167 km en tout, une sacré étape (qui grimpe) nous attend.

La bonne nouvelle c’est que l’écrasant soleil se calme un peu à mesure que nous prenons de l’altitude, l’air est plus frais, c’est super agréable. Mais alors que nous arrivons à Paksong, après avoir du doubler des jeeps, camionnettes et un bus dans un faux plat (DUR), on ne sais pas ce qui nous arrive mais on se prend une drache ultra violente sur le bec. Aux abris ! Nous nous réfugions de ce déluge dans une banque en construction. On attend… mais ça ne se calme pas vraiment. Une bonne demi-heure plus tard, nous sautons sur nos véhicule alors qu’une éclaircie pointe le bout de ses rayons, et fonçons sur la route d’Attapeu.

ça mouille !P_20160418_113001

Il pleut toujours un peu, et nous traversons des nuages de vapeur causés par la pluie froide sur le bitume brulant, plutôt amusant. La pluie finit par cesser et nous faisons une pause repas dans un bled. Alors que nous engloutissons nos dernières cuillères de bouillon le vent se lève très, très fort et fait claquer les bâches, s’envoler la poussière et courir les poules.

Il est temps de décamper, l’orage nous rattrape !

On roule quelques kilomètres et vlof, un rideau d’eau commence à s’abattre sur nous, on se met à l’abri sous une devanture de boutique, le patron met nos scooters dans son garage et on regarde ébahis la nature se déchainer. Le vent arrache une pancarte et une mamie un peu zinzin avance en vélo contre le vent, complètement rincée, avant qu’une bourrasque ne la renverse. J’envoie le Barbu à sa rescousse, il la relève et met son vélo à l’abri mais elle préfère danser sous la pluie. Il a du sortir une minute trente et tous ses vêtements sont imbibés d’eau. Puis le soleil revient, le vent continue sa route et les habitants sortent de chez eux l’ai un peu étonnés. On ne demande pas notre reste et reprenons la route… jusqu’à ce qu’on rattrape la tempête et devons à nouveau nous abriter. Après plusieurs de ces épisodes et une route absolument magnifique, nous arrivons en fin d’après-midi à Attapeu.

J 18 vers attapeu-1

P_20160418_124326

J 18 vers attapeu-2

J 18 vers attapeu-3

J 18 vers attapeu-4

J 18 vers attapeu-5

P_20160418_134947

J 18 vers attapeu-7

J 18 vers attapeu-6

J 18 vers attapeu-8

J 18 vers attapeu-9

On est KO donc on ne sortira pas la tente ce soir non plus, on se prend un hôtel. Après tout c’était deux grosses étapes d’affilée, plus le cagnard de la veille et les tempêtes du jour, ainsi que le fait de conduire non stop après deux semaines d’activité toute relative.

Demain, la frontière, demain, on quitte le Laos où nous avons passé au total un mois et demi, un pays et ses habitants qui nous auront totalement laissés sous le charme.

 

J20 – Mardi 19 avril : d’Attrapeu à Dak To au Vietnam : border crossing ! (153 km)

Il faut bien partir, et je ne suis pas réveillée mais alors pas du tout. Heureusement la charmante route, ses paysages et jolis virages qui offrent une conduite rigolote sauront me remettre les yeux en face des trous.

J 19 vers la frontière-1

Je vous laisse le « cadrage scooter », vous voici en immersion ! (mon compteur de vitesse est cassé, hein)J 19 vers la frontière-9

Les petites bornes qu’on aime !J 19 vers la frontière-8

J 19 vers la frontière-7 Les freins à la rescousse !J 19 vers la frontière-6

J 19 vers la frontière-5

J 19 vers la frontière-4

J 19 vers la frontière-3

J 19 vers la frontière-2

Après une bonne centaine de kilomètres et un ultime col à grimper, nous arrivons dans le monde étrange des frontières. Les communistes ont le chic pour faire des bâtiments et infrastructures démesurés, et on peut le constater effectivement aussi ici où des routes extra-larges aux abords plantés symétriquement et trottoirs peints de rouge et blanc mènent aux immenses bâtiments des douaniers… évidemment, il n’y a pas foule.

Cette fois, nous arrivons hors pause déjeuner donc pas d’attente, mais au moment de faire tamponner notre passeport pour sortir du Laos, le douanier nous dit qu’on est en retard d’un jour… Oups ! Pourtant j’étais persuadée que c’était bien le 19, j’ai compté les 30 jours plein de fois sur mon calendrier. Mais pas vérifié mon passeport ! Et lorsque on connaît mes impressionnantes capacités de calcul, pourtant… 😀

Mais on se la joue « on ne savait pas monsieur le douanier ! Quoi 10$ par jour l’overstay ? S’il vous plait… on est idiots ! ». On a eu le droit au ça passe pour cette fois, vous ferez attention à l’avenir et hop, un tampon. On a eu de la chance.

Quand aux motos, rien à faire à la douane, car elles sortent le territoire donc basically, il s’en tamponnent le coquillart.

Re-équipement communiste surdimensionné entre les deux frontières, au milieu de la montagne / nul par puis la douane viet, tout va comme sur des roulettes, on a le droit à nos 15 jours gratuits, pour les motos on leur donne le papier de la douane que l’on nous avait donné à notre sortie du territoire vietnamien, l’agent des douane jette vaguement un œil au loin sur les véhicules et nous dit que c’est bon.

Et voilà, il fait beau, tout va bien, on est au Vietnam !

En plus, nous pouvons constater que cette région des « hauts plateau du sud du centre » (oui oui) est très jolie et vallonnée. Evidemment, tout est cultivé, beaucoup de café et d’arbres mais le paysage n’est pas défiguré, au contraire. Une sorte de vignoble caféiné.

J 19 vietnam-1

J 19 vietnam-6

J 19 vietnam-3

J 19 vietnam-4

J 19 vietnam-2

Nous faisons une pause à la première ville que nous rencontrons afin de manger un bout, des mamies vietnamiennes nous accueillent comme le messie et nous servent tout un tas de plats. Moi j’ai toujours mon « chay » (végétarien) écrit sur le téléphone à leur montrer puisqu’ils ne comprennent jamais quand je le prononce (pourtant j’ai essayé tout un tas de prononciations). Et c’est facile, dès que je leur montre le mot leur visage s’éclaire et ils me préparent toujours quelque chose de sympa.

J 19 vietnam-7

J 19 vietnam-8

Une fois repu, nous faisons une nouvelle fois part de nos talents en langue vietnamienne pour leur demander un « gara » (garage) pour la Pétrolette qui depuis sa rencontre bovine n’est pas au top de sa forme : l’embrayage a bien du mal dans les montées.

Donc pause garage, la bête se fait déshabiller en règle, elle saigne de l’huile souillée et le verdict tombe : les crans de l’embrayage sont foutus donc nouveaux crans. Le garagiste s’active, remonte le tout… un petit test et il y a toujours un soucis, mais qui vient de l’autre côté. Le côté que le Barbu avait flingué, qui s’était vu pourvoir d’un alternateur tout neuf. Mais si la garagiste avait mis des bobines neuves, il n’avait pas jeté un œil au contenant : un morceau est tour rippé, ce qui doit provoquer tous ces bruits ingrats.

Stip tease du côté droit, nouvelle pièce et la belle ronronne comme un matou satisfait ! Le garagiste aura passé deux bonnes heures sur Pétrolette plus deux nouvelles pièces, forcément la note est salée : 24€ y seront passés, mais elle est comme neuve.

J 19 vietnam-9

J 19 vietnam-10

Sur ce la nuit tombe sur les collines, nous devons trouver un coin tranquille pour camper. On prend la route, faisons quelques emplettes et nous trouvons une sorte de carrière abandonnée avec vue saisissante. Ca fera l’affaire !

J 19 vietnam-11

à la semaine prochaine pour la suite des aventures vietnamiennes !

You Might Also Like

Bécane et Pétrolette #6 : langueur laotienne à Don Det

By 6 mai 2016 Bécane et Pétrolette, Carnets de Voyage, Laos

Dans l’épisode #5 nous tracions vers le sud du Laos, et nous voici arrivés à Don Det, une île fluviale du Mékong au lieu dit des 4 000 îles, là où le Mékong se sépare en multiple bras.

les iles carte

C’était notre maison pendant deux semaines, rompant le rythme de notre road-trip Bécane & Pétrolette. Elles auront bien roulé sur l’île (enfin surtout la mienne)… mais sans les sacs, et avec passager s’il vous plait !

Nous avons profité des températures accablantes pour… ne rien faire, ou presque. De mon côté j’ai édité des articles, photos et vidéos pour le blog depuis le hamac, le Barbu allait pêcher quasiment toutes les fin d’après-midi et mangeait les fruits de sa pêche quand il attrapait quelque chose. On a visité les îles, avons trouvé le meilleur spot de baignade, fait quelques bonnes soirées avec un australien et sa copine hollandaise vivant sur l’île, un couple montréalaise-cubain parlant avec l’accent québécois (unique !), des copains rencontrés en Thaïlande à Chiang Rai… retrouvés ici. Et bien sur, fêté le nouvel an Lao « pi maï lao ! » à grands coups de pistolets à eau, musique poussée au maximum (mi mi mi sexy mimi), Lao beer et alcool local le Lao Lao, danses des mains endiablées et bracelets de chance attachés avec vœux alcoolisés de beaucoup d’amour, d’argent et d’enfants (si leurs prédictions sont justes, on va au moins en avoir une bonne douzaine –non merci !-).

On avait notre petite noodle soup chez une dame où nous allions tous les matins, entourés des poulets, canards et canetons, le petit cochon avec qui j’avais des conversations sous le bambou (oui il est tout à fait possible de converser avec un cochon, il faut juste avoir l’occasion d’essayer). J’ai essayé plein de pumpkin burger vegan pour varier un peu du combonoodle soup/fried noodle/fried vegetable et ça fait du bien.

Je suis un peu tombée amoureuse de cette île et de sa vie tranquille, la philosophie de vie Lao poussée à son paroxysme. Depuis le début du voyage, on se demandait parfois si il y avait un coin où l’on resterait bien vivre un moment, sans pour le moment pouvoir répondre à cette question, maintenant je peux dire que cela me plairait de pourquoi pas un jour vivre quelques temps à Don Det. 🙂

Bon assez causé, place aux photos.

Don Det-12

Don Det-11

Don Det-9 J’adorais ce passage « fleurs jaunes et cocotiers »Don Det-10

Le Wat (temple) à Don KhonDawei Teyzit beach-13

Quelle vie de chien… obligé de faire des trous dans le sable pour avoir moins chaud, et de se tremper les fesses dans le MekongDon Det-4 Notre piscine : meilleur spot de baignade ever. Mais EVER EVER. Fond sablonneux, on a pied, il y a du courant pour jouer et des coins sans courant, l’eau a une température parfaite, plage de sable avec un arbre pour de l’ombre, personne qui ne passe jamais donc pas besoin de mettre le haut de maillot qui serre et gratte… le pa-ra-dis. Don Det-5

Soir sur le sud ouest de l’îleDon Det-2

Don Det-1

Savane, le bébé chouette apprivoisée : elle a deux mois et les propriétaires de la guesthouse/restaurant l’on nourrit alors qu’elle était abandonnée, du coup elle répond à son nom et a l’air d’apprécier les caresses (oui, exactement COMME CA)Dawei Teyzit beach-14Deux drôles d’oiseauxDawei Teyzit beach-15

Une des cascades gratuites* en fin de journée, magnifique !
Dawei Teyzit beach-23

Dawei Teyzit beach-21

Dawei Teyzit beach-20

Dawei Teyzit beach-19

Dawei Teyzit beach-18

Dawei Teyzit beach-17

Dawei Teyzit beach-16

*oui car les autres cascades sont payante : 35 000 kips par personne pour y accéder, bon il parait que ça vaut le détour mais 8€ à deux pour voir des cascades nous on a eu du mal à digérer donc on y est pas allés au final. D’ailleurs parfois un mec se poste sur le pont entre les deux îles coté Don Khon et essaye de faire payer les gens 35 000 kips par jour/par personne juste pour ETRE sur l’île, mais bon il est facile de l’esquiver, il n’est pas là toute la journée (faut bien faire la sieste) et nous on est allés un nombre incalculable de fois sur l’île sans se faire enquiquiner. 🙂

Don det cute

La vue de notre terrasse le soir
Dawei Teyzit beach-26

Plein de poulesDon Det-13 Un cochonDon Det-14 Notre plage idyliqueDon Det-16 Le gouterDon Det-17 « Le raton laveur du Mékong prend soin de laver ses aliments avant de les consommer, lui même à demi immergé… » #LesDocumentairesAnimaliersDon Det-18

Reportage photo du Barbu sur notre établissement de noodle soup où nous nous rendions quotidiennement pendant deux semaines,.Don Det-19 La famille !Don Det-20 Mama Noodle Soup et son éclatant sourire
Don Det-21 Gamin ! Il y en a tellement plein sur l’île on ne sait jamais à qui ils sont ils sont toujours à droite à gauche 😀Don Det-22

Et le sourire éclatant de notre ami Romano avec qui nous étions allés du Laos à Hanoi et que nous retrouvons un mois plus tard sur l’île !Don Det-23

Il est tant d’embarquer les motos sur le ferry (50 000 Kips pour info, ce n’est pas donné mais ça vaut la peine pour se balader sur les îles)Don Det-24

Chapeau pointu et tatouages de badass.Don Det-25

Don Det-26

Terra !Don Det-27

Et nous revoici repartis sur les routes après cette merveilleuse parenthèse insulaire…

L’épisode 7 nous (vous) emmènera au Vietnam. Next ouik !

You Might Also Like

Bécane & Pétrolette : le road-trip en vidéos

By 1 mai 2016 Bécane et Pétrolette, Laos, Vidéos, Vietnam

Je me suis bien amusée à filmer et monter nos aventures à deux roues lors de notre road-trip (voyage routier aha) en motocyclette du Vietnam au Cambodge en passant par le Laos… et un bout de Vietnam. J’ai donc décidé de publier un article que je mettrais à jours au fur et à mesure avec toutes les vidéos afin de pouvoir suivre et regarder cela un peu comme une « web-série ». Même si cela reste mon format habituel de vidéos : juste des paysages, des instants, des lumières… parfois du son. Le tout immortalisé par mon fidèle petit fuji x20.

Vous pourrez passer le générique en cliquant à 0:24 secondes 🙂

Episode 1 au nord du Vietnam : de Hanoi à la frontière laotienne


Lire l’article

Episode 2 : on descend le nord-est du Laos


Lire l’article

Episode 3 : du nord-est au centre, on essuie une tempête et sommes témoins de la déforestation massive du pays


Lire l’article

Episode 4 : on dirait le sud… et on on descend, on descend, et le carbure monte.


Lire l’article 1 et l’article 2

Episode 5 : deux semaines sur la merveilleuse île de Don Det au milieu du fleuve Mekong


Lire l’article

Episode 6, sous forme de « Vlog » : on innove pour cette étape qui nous emmène de Don Det à la frontière Vietnamienne… étape pleine de rebondissements !


Lire l’article

Episode 7, de retour au Vietnam !


Article à venir

Episode 8, une surprise bleutée nous attend au bout de la route


Article à venir

You Might Also Like

Bécane et Pétrolette #5 : « on dirait le sud » (du Laos)

By 29 avril 2016 Bécane et Pétrolette, Carnets de Voyage, Laos

Et oui nous avons survécu à notre Paris-Dakar Laotien, vous voici donc nez-à-écran avec l’épisode 5 du fantastique road-trip en scooter Bécane et Pétrolette, qui a bien descendu le pays… jusqu’au sud Laos.

J15 – Mercredi 30 mars : des pistes à quelques part au sud de Paksé, en passant par le plateau des Bolovens (168 km)

Plateau bolaven laos-1

« roonnk riink roonnk ». Ces petits bruits me feront ouvrir les yeux : c’est une truie qui se balade autour de la tente. Bien sur j’ai bien entendu les coqs qui chantent la pimpolaise depuis quelques heures déjà mais ça y est, il est 5h30, le village se réveille, et nous aussi.

Des villageoises défilent au robinet dans le jardin pour remplir des seaux qu’elles transportent comme des balluchons et nous faisons un brin de toilette avant de remercier nos hôtes et de prendre la dernière portion de piste jusqu’à la route.

Et heureusement que l’on s’est arrêtés au village la veille : la piste à la sortie du village passe a gué de la rivière ! De nuit ça ne l’aurait pas fait 😛

Nous voici donc à nous élancer les pieds en l’air dans la rivière. Sur la deuxième partie les galets glissent et je me retrouve les pieds dans l’eau, première fois que je lave mes Nike !

La piste par la suite traverse de charmants villages et le paysage est très joli sous le soleil matinal, le chemin est plus facile alors je me fais plaisir et met le turbo.

Plateau bolaven laos-2

Plateau bolaven laos-3

Quand j’arrive à la route, j’attends mon Chti mais celui-ci râle que je ne l’ai pas attendu. Ronchonnements réciproques, avant de se réconcilier quelques kilomètres plus tard avec des bisous sur les joues qui feront pouffer de rire une Lao. Et oui les bisous ne sont pas de coutume dans le coin ! (Tout comme les maillots de bain, on se baigne tout habillé ou en sarong pour les filles).

Petit dej à Salavan où nous dégustons notre soupe de nouilles matinale chez la charmante Nun (qui signifie « 1 » en Lao). Elle est super sympa et parle un peu anglais du coup une fois qu’on a fini de manger elle s’installe à notre table, nous apprend des mots Lao, feuillette notre guide en anglais ! Elle nous fait des jus de canne à sucre avec pleins de glaçons et une paille servis dans des sacs plastiques, c’est tout bonnement délicieux.

Plateau bolaven laos-4

Après cette chouette rencontre, direction ATM et pompe à essence, puis nous attaquons la route vers le plateau des Bolavens. Ca grimpe, c’est sympa mais pas extraordinaire, on longe quelques plantations de café.

Arrivée au « km 40 » on va voir la cascade Tad Yuang, visiblement l’attraction du coin vu le panneau. Il y a de quoi, elle est splendide !

Plateau bolaven laos-5 Tad Yuang

Plateau bolaven laos-9

Plateau bolaven laos-8

Plateau bolaven laos-6

Une bonne baignade et une pub tahiti douche plus tard, nous allons déjeuner dans le village et cherchons le couple de Lao qui proposerait des volontariats dans une plantation de café… mais sans succès ! Nous repartons donc sur la route, à l’enrobage parfait. En plus ça descend, et il y a des camions à doubler. Une nouvelle opportunité pour tester les capacités de ma Bécane. Elle a beau avoir été construite en 2002, elle envoie du bois et je me fais bien plaisir en fonçant vers le soleil couchant.

Un peu au sud de Paksé, la grosse ville du coin, j’ai repéré une rivière sur la carte. On va voir de quoi il en ressort. Dur dur finalement de trouver un coin tranquille pour camper, mais heureusement après le pont on trouve un chemin de vaches qui part dans un champs avec des fourrés : on a trouvé notre spot au calme. L’herbe est vraiment trop sèche donc pas question de faire un feu, et un moment la mini-forêt de bambous à côté émet un grincement/craquement effroyable. Mon chti saute au plafond « c’est des éléphants » ! Mais pas de panique, ça doit être un arbre qui est tombé. Là dessus, un film et au dodo.

sud laos-2

sud laos-1

J16 – Jeudi 31 mars : de « lak 24 » à Don Khong… en ligne droite ! (113 km)

Journée ligne droite de l’enfer. On se lève avec le soleil, j’essaye de me laver dans la rivière mais l’eau stagnante pue un peu, heureusement je sens le savon. Et c’est parti pour 100 bornes de ligne droite quasi continue sous un soleil de plomb.

A un moment on tourne pour aller prendre un ferry pour éventuellement traverser le Mekong et nous rendre dans la ville de Champasak, à coté de laquelle se trouvent les ruines d’une cité ancienne. Mais le ferry pour les scooter nous fait poireauter… pour finalement nous annoncer un prix qui ne nous plait pas trop. On descend donc du ferry et reprenons la route. Ah la liberté que nous procurent nos petits véhicules, ce n’est pas négligeable. Le droit de changer d’avis.

sud laos-5

sud laos-4

sud laos-3

Donc, ligne droite, soleil, ennui tout ça… et puis à un moment, un de ces fameux panneaux marrons du tourisme laotien annonce des « rapides » à six kilomètres. Allons voir ! Un petit coup de piste, un mini-village, on traverse des champs, forêts, la piste est bien bosselée mais au bout : un petit havre de paix. Les rapides ne le sont pas vraiment, cela doit être le cas lors de la saison des pluies, pour le moment c’est surtout une piscine d’eau transparente sous un magnifique arbre ombrageant tout un pan de rivière. Il n’y a pas âme qui vive aux alentours, on jette nos vêtements et nous glissons dans cette eau pure à la température parfaite. Un bain salvateur pour nos corps éprouvés par la nuit dans la moiteur de la tente et les kilomètres avalés dans la chaleur.

sud laos-6

sud laos-8

sud laos-7

sud laos-9

sud laos-10

Fini de barboter, il nous reste un peu plus d’une trentaine de kilomètres pour rejoindre l’île de Don Khong, très grande.

Et pas de ferry arnaqueur : cette fois il y a un pont tout neuf ! Nous rejoignions le village principal pour siroter une bière bien méritée, puis jetons notre dévolu sur une berge de Mékong au bord du village pour camper. On regarde les pêcheurs passer, ils nous tapent un brin de discute, et lorsque le Barbu lance son feu, des âmes charitables nous apportent des énormes bouts de bois. Trop sympa !

sud laos don khong-1

sud laos don khong-2

J17 – Vendredi 1er avril : de Don Khong à Don Det… on touche le sud ! (32 km)

Lever du soleil sur le Mekong, petit déjeuner de l’autre côté de l’île puis nous abattons notre plus petite étape pour rejoindre Don Det, la plus célèbre des 4 000 îles… et pas pour rien, c’est splendide !

En arrivant au ferry, nous voyons arriver un français que nous avions rencontré avec sa moto dans le nord du Laos lors de notre traversée en stop. Il est surpris de nous voir ici… avec nos montures. Il nous dit qu’il va essayer de traverser la frontière Laos-Cambodge mais qu’on lui a dit que cela n’était pas possible pour les étranger avec les motos. Nous lui souhaitons bonne chance et embarquons. J’ai repéré une guesthouse au sud de l’île qui a l’air pas mal, nous traversons donc pour la première fois les chemins bosselés de ce charmant endroit avec Bécane et Pétrolette. La guesthouse est effectivement très sympa, le sud de l’île très cool : un mix d’habitations de locaux et quelques guesthouses pas prétentieuses. La notre Mekhong Dream, est une jolie maison en bois, où cohabite une joyeuse famille : plein d’enfants, des ados, la chienne et son chiot, des chats, les poules qui grimpent sur les tables dès qu’on a le dos tourné, le tout avec terrasse et grand balcon en bois donnant sur le Mékong, juste à côté du pont français reliant Don Det à l’autre île de Don Kon.

Moi j’ai sérieusement besoin d’une vraie douche, et d’un ventilateur pour la nuit : nous sommes en pleine saison sèche et les températures grimpent vraiment haut (au delà de 40°C)… et ne redescendent pas vraiment la nuit.

Don Det-7

Nous voici donc installés… mais nous ne savons pas encore que nous allons rester un moment sur ce petit bout de paradis au rythme lao ! 😉

You Might Also Like

Bécane et Pétrolette #4 : notre Paris-Dakar Laotien !

By 22 avril 2016 Bécane et Pétrolette, Carnets de Voyage, Laos

Episode 4 de notre saga à scooters à travers le Vietnam et le Laos, cette fois nous aurons des ennuis mécaniques… et un Paris-Dakar improvisé à la sauce Laotienne. En piste !

J13 – Lundi 28 mars 2016 : de Thakhek à Savannakhet (133 km) : le treizième jour et les galères de la Pétrolette

J12 Laos-21

Au réveil j’ouvre la tente et salue un pêcheur qui passe sur sa barque devant nous. Ce matin, nous cherchons à visiter une grotte du circuit que les touristes font en général en partant de Thakhet en louant un scoot pour quelques jours, mais celle que l’on cherche, on ne la trouve pas, on se perd dans les buissons ! Du coup on va manger une noodle soup de petit dej’ et allons en visiter une très sympa non loin de la ville. On monte les marches, il y a un petit temple bouddhiste dans une cavité, et de jolis arbres fleuris. Alors que Indiana Rory et son chapeau partent en exploration sur des planches en bois faisant office de pont vers un autre coin de la grotte, un truc tombe du plafond (une chauve souris morte ?) et elle tombe nez à… crochets avec un serpent ! Il s’enroule sur lui même et lui fait une moue de serpent menaçant puis s’en va dans un trou de la grotte. Heureusement que votre dévouée exploratrice de grotte avait pris sa lampe torche, elle aurait bien pu marcher dessus sinon !

L’entrée de la grotteJ13 Laos-1Le Bouddha de la grotte, posey.J13 Laos-3Indiana Rory et les serpents mangeurs de chauves-souris !
(Oui il fait 40°C dehors mais la meuf prend quand même son K-Way et une veste #folle)J13 Laos-5

J13 Laos-4

grottes

Après de telles émotions, nous racontons nos péripéties aux vendeuses de tickets qui discutent à l’ombre vers l’entrée de la grotte (elles sont au moins 10) mais elle ont l’air de s’en fiche un peu par contre elle trouve que ma tête vaut des pouces levés. C’est sympa, je ferai fureur dans une télénovella Lao je crois.

On the road again, direction le sud ! Nous visons Savannakhet ce soir, et j’ai vu qu’il y avait un resto japonais avec du tofu et du wifi (les priorités dans ma vie #marredelanoodlesoup).

Nous partons donc sur les plates lignes droites les plus longues du monde sous un cagnard à faire fondre un eskimo, je m’endors quasiment au guidon tellement je m’ennuie (j’avais l’impression qu’une partie de mon cerveau restait connecté à la route et gérait les trous/légères courbes/doubler un camion/ ne pas foncer dans le Chti etc.) et que l’autre partait dans ses pensées, à la koule. Même si mon rationalisme me dit que c’est plutôt dangereux, ça fonctionnait très bien.

Le Barbu se dit qu’il est temps de refaire une vérification de son huile noire qui fuit du moteur, au moins la remettre à niveau. Mais on tombe sur un garagiste chevronné qui démonte le moteur, nettoie tout, change les joints, remonte tout, vidange l’huile et en met de la tip top. Tout ça pour la modique somme de 50 000 Kips (5,50€).

Tout heureux de cette réparation espérée depuis longtemps, nous reprenons nos lignes droites et je dis au Chti d’y aller mollo. Un moment, la ligne droite monte, le chti ne va pas mollo (il faut écouter Rory, voyons !) et je vois qu’il regarde son moteur plein de fois, je vois de la fumée noire sortir de son pot trois fois puis pof, il s’arrête. Elle ne démarre plus et le bloc moteur est fendu. Heureusement ça a fait crac pile devant une guitoune ou un charmant monsieur semble concerné par la situation, il nous dit (en gestes) qu’il y a un garage pas trop loin. Je pars en exploration, le Chti pousse la Pétrolette kaput et alors que j’arrive finalement au garage je vois que le monsieur Lao m’a suivi et explique la situation au garagiste ce qui facilite bien les choses. Je le Koptchélélaï beaucoup (merci beaucoup) et repars en sens inverse avec le garagiste qui se marre.

On trouve le Chti qui a bien avancé à pied, le garagiste lui ouvre un cale pied passager et le pousse avec son pied droit tout en conduisant. Une fois sur place on lui explique l’affaire « crac boum cassé ». Le brave homme ouvre le moteur, apparemment un boulon mal revissé s’est baladé et a cassé la bobine de fil dans le moteur et le démarreur. Il va chercher un kit intérieur de moteur avec bobine tout neuf, et part au village chercher l’élément qui recouvre qui est fendu. Une fois tout le matos trouvé, il démonte, remonte, un peu d’électricité et quelques tests, et ça démarre, et ça tourne !

Cette fois la note est plus corsée : 27€… mais un moteur comme neuf !

La Pétrolette toute nue !J13 Laos-7 L’alternateur en piteux étatJ13 Laos-9 Un joli trou dans le bloc moteur !J13 Laos-8

Ca roule, il est content !roadtrip scooter moto laos

Nous reprenons notre interminable ligne droite et arrivons en fin de journée à Savannakhet. La ville est jolie, ça fait penser à la Thaïlande l’organisation des rues et l’architecture des baraques, on va au resto mais ils ont plus de tofu. Mais un délicieux curry vert de légumes Thaï fera amplement l’affaire. On rencontre un français sympa qui nous partage quelques tuyaux pour le Cambodge, o l’aide à guérir sa gueule de bois de la veille en lui proposant de notre alcool local acheté sur la route et il fait déjà nuit.

J’ai repéré un lac à 8 bornes de la ville sur la carte, je met donc le GPS en marche et nous voici dans les quartiers de la ville, face à une route close, fermée par des troncs d’arbres infranchissables. Donc demi-tour, on va prendre les ruelles pour trouver cette route du lac. Les ruelles en fait c’est la dune du pila version raplapla, on s’ensable et le Barbu dont le phare avant ne fonctionne que faiblement n’y voit rien avec sa frontale, mais après de grands renforts de coups de pieds et d’accélérations à en vider le réservoir on sort de cette plage urbaine et trouvons une route trouée mais bitumée. On zig-zag entre les trous et nous finissons par trouver le lac. On installe le campement sous des palmiers, de nuit donc, et le voisin vient nous voir et nous indique ses toilettes (sympa le mec). Il vente à décorner les vachettes Lao donc on sardine notre petite tente, le Chti fait un feu avec des palmes sèches et au dodo.

J13 Laos-14 Les beignets délicieux (avec du sésame dessus)J13 Laos-15

 

J14 – Mardi 29 mars 2016 : de Savannakhet à quelque part sur les pistes (219 km). Journée Paris-Dakar !

Le disque orange nous réveille le lac vers 5-6h du mat, les voisins s’activent et lorsque j’ouvre la tente je découvre des truies en exploration. Nous discutons avec le voisin qui parle un peu anglais (fait rare au Laos), on replie notre bazar et prenons la route de bon matin. Cette traversée de petits villages à l’aurore, entourés de rizières asséchées, à croiser les tracteurs locaux et buffles somnolents me rappelle cette magnifique matinée lorsque nous avons quitté le parc national de Bardia au Népal, dans la jeep de Gauthier le proprio français d’un super resort. J’adore !

Réveil cochonetteIMG_20160408_094630On découvre notre campement de jourJ14 Laos-1

Revoici déjà la route toute droite, mais plutôt que de tracer à Paksé, j’ai trouvé sur la carte un chemin de traverse (une route blanche sur la carte) qui nous permettrait de rejoindre la ville de Salavan au nord du plateau des Bolovens, célèbre pour ses plantations de café. Salavan est selon le guide, « une bonne base pour l’exploration de villages ethniques du coin ».

A la jonction, une piste de sable et graviers rouges. Cela ne va certainement pas durer tout le trajet nous disons nous, et conduisons vaillamment en évitant le sable et les trous, s’arrêtant lorsque des camions nous envoient des nuages de poussières opaques et traversant des petits ponts en planches de bois au dessus de rivières asséchées.

Le paysage fait savane africaine, le soleil cogne comme ce que mon imagination fait des savanes africaine, la piste est rouge et l’on traverse parfois quelques maisonnettes en bois pauvrettes, les visages des locaux sont effectivement différents de ceux des Lao que nous avons croisés jusque là.

Ces petits sillons sur la piste seraient creusés par les camions, en tous cas c’est vraiment horrible de rouler là-dessus ça fait trembler de partout… il faut donc zigzaguer de bord en bord et éviter de s’ensabler sur les côtésParis-Dakar en scooter moto au Laos La « savane », les grillons et la piste. Là elle est luxueuse, en général je ne m’arrêtais pas pour prendre des photos dans les coins les plus pourris et défoncésParis-Dakar en scooter moto au Laos

Après une trentaine de durs kilomètres de piste, nous trouvons… du bitume ! On a presque envie de pleurer de joie ! On est fourbus. Après essuyé plusieurs refus, on finit par trouver un resto qui accepte de nous servir à manger. La ville fait western, posée là au milieu de nul part, entourée de piste mais avec ses quelques rues goudronnées. On mange notre riz avec des légumes et du poisson pour le péchor sous les ventilos pendant que ces dames regardent une série à la télé et le gosse fait des bêtises. Le chien s’est trouvé un bon spot au pied de notre table à attraper les peaux de poissons que le barbu lui jette. On ne peut s’empêcher de remarquer la grosse jarre d’alcool avec ce qui semble être des crapauds à l’intérieur… mais en fait ce sont des geckos, du coup la patronne nous emmène en cuisine et nous montre une autre jarre…. Avec une énorme chauve souris poilue dedans ! Et toute fière elle nous indique que le niveau a bien baissé, il y a donc des gens qui boivent ça !

A gauche, la pauvre chauve-souris dans son bain. Et ça donne le meilleur face swap ! Merci Marie pour la réalisation de ce bijou (à droite)chauve souris

Le Barbu me révèle que sur la route il a vu un chien vivant emballé dans un sac, certainement direction la broche (après avoir vu des chats en cage pour la viande au Vietnam). Miam miam, je suis bien contente de ne pas toucher à la viande d’animaux morts, que ce soit le gros cochon qui dormait contre les toilettes, les jolies oies qui jacassaient dans la cour ou le chien au pied de notre table, je ne fais pas de distinction.

On se donne du courage et retournons sur la route, la rivière croupissante ne correspondant pas à nos critères du campement idéal, nous décidons d’aller dormir plus loin. On fait le plein, et à la sortie du village, le drame : notre beau bitume disparaît et se transforme en kilomètres de pistes informes !

Le prochain « vrai » bled est à 56km, haut les cœurs !

Notre véritable  « Paris-Dakar » commence vraiment là, encore sous le cagnard à traverser des villages tribaux, grimper des cols entres cailloux, bosses, poussières, ornières, sable, ponts en bois à moitié cassés… et à un moment la piste se transforme en ESCALIER. Je ne vous mens pas. Des marches en cailloux. Ma Bécane est exemplaire, la Pétrolette du Barbu a plus de mal donc je dois l’attendre régulièrement mais malgré mes douleurs au poignet droit et aux fesses, on avance vaillamment. Les kilomètres défilent très doucement du à notre rythme adapté à la condition du chemin. Mais finalement, comme je vois que ma Bécane n’à aucun souci sur ce genre de terrains, une vraie tout terrain, je me fais plaisir sur des magnifiques ornières de cailloux blancs et sable roses, une vraie piste d’entrainement qui ravirait n’importe quel fan de motocross !!

J14 Laos-8

Paris-Dakar en scooter moto au Laos

Paris-Dakar en scooter moto au Laos

Paris-Dakar en scooter moto au Laos

J14 Laos-9 Village de far west…J14 Laos-10Une école typique du coin
J14 Laos-11

Paris-Dakar en scooter moto au Laos

Epuisés, nous finissons par arriver au village en question. Le soir tombe, je repère un spot pas mal sur une bute de sable au bord de la toute petite rivière au calme, mais le barbu veut continuer la route et sortir de ce bled (qui pareil a deux routes goudronnées) qui n’a rien d’attrayant. C’est reparti donc, et maintenant nouveau type de piste : de la roche avec des gros cailloux qui secouent bien, et ce pour encore 47 km normalement. HA HA.

Dans un éclair de lucidité j’achète de l’eau et deux paquets de nouilles instantanées avant de repartir à l’aventure, et on achète un bidon de deux litres d’essence à un boui boui sur la route, « au cas où ». Le soleil, énorme disque orangé nous dit bye bye derrière une colline et nous assistons à nouveau à un mini feu de forêt au bord de la route.

J14 Laos-13 Un des nombreux ponts que nous avons traversés… celui-ci est robuste !Paris-Dakar en scooter moto au Laos

feu de foret laos

Paris-Dakar en scooter moto au Laos

La nuit tombe, l’équipe Petrolette/Barbu n’étant pas équipés de phares décents c’est repartit sur les cailloux à la frontale, moi roulant dans un chemin parallèle pour éclairer tout de beau monde. On avance en ligne droite et étant donné que la « route » est sur un talus entouré de champs cultivés ou barbelés on ne peut pas vraiment camper. On traverse encore des ponts branlants en bois, on a du en passer une centaine aujourd’hui, et à un moment je réalise un truc : il y a une autre « route » qui rejoint la route principale pour Salavan, et celle-ci est en orange sur la carte donc forcément goudronnée.

Demi-tour, on cherche la route qui est évidemment une piste sablonneuse. Il y a 16km jusqu’à la route principale. Au bout d’un moment, le Barbu ne voit vraiment rien et s’ensable ou tombe dans des trous à droite à gauche donc on s’arrête à une maison éclairée où la musique est à fond et leur demandons si on peut camper. A un moment on finit par croire que c’est bon mais en fait il nous indique d’aller au village non loin de là.

On s’arrête donc à la première maison du village, deux cahutes en bois éclairées avec un panneau avec une petite croix médicale peinte dessus, ça doit être chez le médecin. Il fait nuit noire, le Barbu s’éclaire avec sa lampe torche et tente de communiquer avec le proprio, et se fait emmener chez le chef du village. Qui lui paye une bière et lui parle beaucoup en Lao. Il lui demande si il veut manger (Barbu dit oui) et s’il veut dormir à l’étage (Barbu dit non «zip zip » mime de tente) mais du coup le chef du village le renvoie chez le monsieur et en gros on est autorisés à camper dans le jardin du monsieur. Pour la nourriture, no news. La femme du monsieur veut qu’on dorme chez eux mais on a notre tente on aime bien dormir dans notre tente. Elle veut nous prêter oreillers et matelas mais on a la gale on ne veut pas contaminer ses tissus. On lui montre nos nouilles instantanées et elle nous invite dans sa cahute, nous fait bouillir de l’eau sur le feu (au charbon de bois hein, ils ont pas le gaz) et on déguste notre noodle soup en sachet (qui est très bonne !) accroupis dans sa cuisine, avant de les remercier mille fois et de nous ziper dans la tente.

Dans l’épisode suivant ? Une copine vendeuse de noodle soup à Salavan, une magnifique cascade sur le plateau des Bolovens et encore un petit bout de piste pour découvrir un petit paradis. Next week !

Et vous, vous avez déjà joué au Paris-Dakar en scooter/moto ou pêté votre véhicule ? J’attends vos anecdotes !

You Might Also Like

Bécane et Pétrolette #3 : feux de forêts et tempête au Laos du milieu !

By 15 avril 2016 Bécane et Pétrolette, Carnets de Voyage, Laos
roadtrip laos du milieu scooter moto

Après notre descente du nord-est du Laos, nous voici dans le Laos du milieu ! Rien à voir avec le Seigneur des anneaux, il s’agit juste de la partie centrale de ce pays tout en verticalité. On y croisera feux de forêts, un obus, une tempête et de splendides paysages !

étapes :

carte centre laos

J9 – Jeudi 24 : de Phongsavan à Thatom (118 km) Journée qui pique les yeux.

Le lendemain, notre linge est prêt très tôt le matin (il faut dire que le soleil tape fort) on se met donc sur la route. Moi je suis gronchon, j’avais rdv sur skype et avec cette histoire de linge sec très tôt c’est tombé à l’eau. Du coup je chouine un coup, premier picotement des yeux.

A la ville d’après on trouve du wifi à une banque et on essaye donc de passer le coup de fil… mais la personne en question n’est pas encore connectée donc loupé. En attendant devant la banque, on rencontre un papi qui parle très bien français, il nous raconte quelques anecdotes, nous dit très fier qu’un de ses enfant qui habite en Australie a un doctorat, et nous dit qu’il a lancé des grenades pendant la guerre ! Il nous aura fait bien rire, il avait vraiment la tchatche ce papi. Moi je pense beaucoup au mien qui avait fait la « guerre d’Indochine » mais qui n’a jamais voulu en parler, ni à ma mère, ni à nous à part « c’était terrible » on a jamais pu en savoir plus. Et c’est vrai qu’en cours d’histoire classique on ne parle pas du tout de ces épisodes (la colonisation, tout ça, HEIN.) Du coup on se fait notre cours d’histoire sur place, c’est complexe et passionnant (même si les Laos on en quand même pris plein la figure (des colons pas très sympas, qui voulaient d’ailleurs « importer » des vietnamiens pour bosser à développer le pays car ils trouvaient que les Laos n’étaient pas assez enclins au travail haha… mais aussi des bombes, les résistants communistes on du se cacher pendant 9 ans dans les grottes de Viang Xay, première ville où nous sommes arrivés au Laos).

Une ancienne stupaJ9 Laos-1

On taille la route !

Au début la route est monotone puis reviennent les montagnes laotiennes, les pentes à 12% et nous retrouvons des paysages sympathiques. Puis les yeux piquent… mais à cause de la fumée : des feux de forets partout, sur des pans de montagnes entiers et cette fois ils ne sont pas sur le point de s’éteindre : ils sont en cours ! Moi je me demande si c’est intentionnel ou pas mais le Barbu est sur que c’est accidentel, du à la sècheresse. Effectivement, le soleil bastonne toujours terriblement…

J9 Laos-2

J9 Laos-4

J9 Laos-6

J9 Laos-7

J9 Laos-8 Tu m’étonnes que ça pique les yeux…J9 Laos-9

On arrive en fin d’après-midi à Thatom, apparemment une fête de village se prépare. On fait un peu de repérage aux alentours pour trouver un point de campement, je trouve un petit champ bien isolé accessible par un sentier. C’est une plantation d’arbres tous jeunes, il y a une cabane en bois sur pilotis et… un obus à l’entrée du champs !

Coucou je suis un obus.P_20160325_085331

Mon ventre crie famine je vais engouffrer un bol de noodle soup au village, puis on va se baigner dans la rivière pour se débarrasser de notre pommade au souffre. Depuis la rivière on voit au loin d’autres feux de forêt dans la montagne d’en face. On retourne au village de nuit pour voir l’ambiance mais c’est plutôt calme, le Barbu grignote quelques brochettes et moi je sirote une bière aux glaçons (coutume lao) avant d’aller planter le campement de nuit. Je m’occupe de la tente et le maitre du feu dompte les bambous pour nous faire un peu de lumière et chaleur tandis-ce que je reçois le coup de fil d’Eric pour Allo la planète qui me pose quelques questions sur le Laos !

J10 – Vendredi 25 : de Thathom à Ban Pakngeun(100 km)

La nuit avait bien commencé, chaude et tranquille… et il s’est mis à pleuvoir, juste quelques minutes. Rien d’alarmant, je met la bâche sur le toit et me rendors.

Puis un peu plus tard je me réveille, la bâche s’envole, le vent souffle sur la tente et il pleut comme vache qui pisse. Le ciel gronde, des éclairs embrasent le ciel. Oups.

C’est un peu la bérézina on décide de rapatrier les affaires sur la cabane, et les scooters sous le grand bambou. Puis je décide de mettre la tente dans la cabane aussi, tant qu’à faire. Une fois ce fait, on réalise qu’on est trempés jusqu’aux os, il faut mettre tous nos vêtements à sécher, jusqu’aux sous-vêtements ! On les pend aux poutres de la cabane, nous changeons avec des habits sec et retournons sous les couvertures dans la tente, cette fois protégée de la pluie et des éclairs. Le matin se lève, il pleut toujours.

Séance de pop corns très matinale à regarder la pluie tomber depuis notre abri de fortune 😀

camper sous la pluie

Toutes nos affaires sont mouillées, alors on attend qu’il fasse meilleur. Au bout d’un moment, il ne fait toujours pas meilleur, mais la pluie se calme donc on replie tout le bazar et partons au village faire le plein (le Barbu tombe d’ailleurs en panne d’essence sur le chemin de la pompe) et nous réchauffer avec du riz gluant avec des délicieux légumes sautés au soja avec plein d’ail et d’oignon jeunes pour moi (miam) et du canard pour le Chti. Mais il pleut toujours et encore, et on est gelés. Dès que ça se calme un peu, ni une ni deux on essaye d’avancer jusqu’au prochain bled à 29km. On a de la bruine dans les yeux, ça pique on y voit rien et on avance comme des pépés, mais on avance. On fait des pauses pour s’abriter de temps en temps quand la pluie repart de plus belle et finalement, village après village, pause après pause, on arrive à Thasi. Ici il y a une guesthouse, au cas où il pleuvrait toujours, la prochaine ville étant à 100km. On réchauffe nos os trempés avec une délicieuse noodle soup. Moi je m’équipe un peu mieux : chemise, pull-over, K-way et la veste militaire trempée par dessus. Et dès que la pluie se calme, on saute sur les scoots et on y va, en espérant qu’après quelques cols on retrouve le soleil…

J10 Laos-1 Le gris-bleu et le vert se marient bien…J10 Laos-2

Et effectivement après quelques kilomètres glagla mouillés, une éclaircie ! Et il arrête de pleuvoir. On passe par de magnifiques plateaux à fond à la caisse, dont un village où la route constitue une immense ligne droite traversée par des dizaines de poulets suicidaires qui se jettent et font demi-tour devant les roues des véhicules. Et notre premier panneau « cote 12% » de la journée… et sera loin d’être le seul ! On grimpe, on grimpe, ça serpente enfin on se fait plaisir à rouler même si un nouveau ennemi vient contrarier notre amusement : le vent glacial. J’ai désormais l’impression de conduire un jet ski, j’ai la même impression de froid et de vitesse que j’ai pu avoir en skiant mouillée dans une tempête de neige. Sauf que là je suis en scooter dans des forêts laotiennes mais bon.

J10 Laos-4 Les nuages commencent à monter et nous libérer la voieJ10 Laos-5 Cap sur les montagnes !J10 Laos-6

Les paysages magnifiques commencent à se dérouler sous nos yeux…

On a un passage de route « montagnes russes » vraiment trop marrant, et des descentes à 10, 11 et 12% qui mettent bien à l’épreuve mon frein arrière mal réglé.

J10 Laos-7

Laos du milieu roadtrip moto scooter

J10 Laos-9

Laos du milieu roadtrip moto scooterCa monte, ça descend, ça tourne, le macadam est lisse… les montagnes russes version scooter avec décors de rêve !Laos du milieu roadtrip moto scooter

J10 Laos-14

Lorsqu’on descend le dernier col… PAN panorama de malade (qu’est-ce que je m’exprime bien) : des montagnes, certaines avec le pic dans les nuages, des arbres géants. Enfin ça quoi :

Laos du milieu roadtrip moto scooter

Laos du milieu roadtrip moto scooterLes arbres géantsJ10 Laos-17

Alors qu’on arrive à mon épingle sur la carte, on traverse un pont et là sur la gauche le Chti a repéré une pelouse le long de la rivière et au pied d’une colline karstique qui sera idéale pour camper. Il y a un monastère à côté. On met tout notre petit bazar à sécher de la veille et espérons que les nuages ne nous rattraperons pas jusqu’ici, 100 km plus au sud. Le soleil nous réchauffe et nous donne l’impression de revivre. Je fais les comptes et écris les notes du jour en sirotant mon lait de soja au chocolat au bord de la rivière, back in the game. Le Barbu fait du feu, va pêcher, va faire réparer la pédale de vitesse de son scooter et ramène des bières, puis ramène des noodle soup un peu trop pimentées à emporter, et je me couche en espérant qu’il ne pleuvra pas.

on campe au pied de ce gros caillou
Laos du milieu roadtrip moto scooter Et au bord de cette jolie rivièreJ10 Laos-19à table !J10 Laos-20

J11 – Samedi 26 : de Ban Pakngeun à Lak Sao (128 km)

Pleuvra, pleuvra pas ?

Pas de pluie… mais on s’est sacrément caillés, on a tremblé et grelotté sous notre fine couverture. Réveil difficile donc, je suis sacrément gronchon, et pour couronner le tout, on a des spectateurs pour le repliement du camp : trois chasseurs en vieux fringues militaires récupérés et leur deux chiens. Heureusement ils ont laissé leurs fusils automatiques en haut. Le Barbu qui s’est remis à pêcher attrape un poisson très étrange, je lui dis de le relâcher au plus vite pour ne pas qu’il souffre trop longtemps… mais il n’arrive pas à décrocher l’hameçon. Un des chasseurs se rapproche avec une machette et charcute le poisson encore vivant, puis il le jette au chien, qui n’y touchent même pas. Quel gâchis. On replie, on fait le plein et mettons les voiles. Plus de pluie ni de vent glacial aujourd’hui mais il ne fait pas chaud pour autant.

Les 33 km jusqu’à Vieng Thong glissent tout seuls. On déjeune sur place et un peu après la ville on retrouve avec mon GPS le point de nos premiers mille kilomètres du road-trip en scooter !

Le paysage évolue au fur et mesure que l’on descend, la route est plus droite, et les montagnes font place à des plaines parsemées de collines boisées ou rocheuses.

J11 Laos-1

J11 Laos-2

J11 Laos-3

J11 Laos-4 Les arbres qui poussent sur la rocheJ11 Laos-7

J11 Laos-6Ca y est, c’est plat !
J11 Laos-8

Alors que l’on tourne à gauche à la jonction pour Lak Sao, un panneau indique des « natural cold pools », on a bien besoin d’une pause alors on va y faire un tour. Sur place bien sur il faut payer un droit d’entrée comme quasi chaque curiosité au Laos (5000 kip/pers soit 0,55€). Sur place on croise pas mal de backpacker dont un couple de français qui nous apprend que l’on est sur la « loop » donc pas mal de gens louent des scooter ou motos à Thakhek et font le tour en quelques jours s’arrêtant aux curiosités qui jalonnent le parcours (grottes, etc).

J11 Laos-9

Après que le Chti ait piqué une tête dans la « piscine naturelle froide » (trop froide pour moi) on abat donc les 34 km qui nous séparent de Lak Sao.

Pour une raison que je détaillerai pas ici, j’ai pris la mouche et me suis mise en colère contre le Barbu et me suis donc retrouvé à tailler devant et comme cette portion de route présentait pas mal de lignes droites plates j’ai pu prendre connaissance de la puissance de mon vieux véhicule. Et puis au bout d’un moment comme ça allait trop vite et que j’avais du vent de face j’ai un peu ralenti, et puis je ne voulais pas trop tirer dans les dents de ma bécane, fallait encore qu’elle roule plusieurs milliers de kilomètre !

J11 Laos-10

A Lak Sao nous allons au marché et nous trouvons une troisième couverture bien moelleuse et pas trop volumineuse, nous voici sauvé des froids nocturnes. On mange au resto où je recharge la batterie de l’appareil photo et partons à la recherche d’un coin tranquille ou camper dans le vent terrible et la nuit qui tombe. Finalement un peu après la ville on se trouvera un bosquet depuis un chemin de bord de route, où le sol est bien moelleux, nos arbustes nous protégerons bien du vent et la couverture en plus du froid !

Meilleure nuit pour moi, mais pas pour mon Barbu qui a fait des cauchemars à cause des bruits du vent dans les arbres (ah les bruits de la natuuuure).

J12 – Dimanche 27 : de Lak Sao à Thakhek (152 km)

J12 Laos-1

Petit déjeuner de beignets et on se met en route, on a un barrage à traverser aujourd’hui. On roule de bon matin vers 7h, j’ai vite les mains congelées mais le soleil du matin et les villages qui s’activent sont tellement agréables. La route perd très vite son goudron, on progresse sur les graviers et la poussière, et à une déviation d’un pont en travaux des camions aspergent la route, je fais une belle glissade dans la gadoue rouge mais reste en selle, seules mes chaussures en auront pâti. Après un col, ça ne fait que descendre en jolies courbes et on retrouve du goudron. La route est escortée par des rangées de plumeaux qui dansent avec le vent, on ses fait des petites pointes de vitesse sur les lignes droites quand soudain à un pont :

J12 Laos-2

J12 Laos-6

J12 Laos-7

C’est donc ça le « lac » causé par le barrage… des morceaux de foret inondés et les fantômes des arbres passés toujours plantés les pieds dans la flotte. Lugubre paysage.

Les plumeaux:J12 Laos-4

J12 Laos-3

On fait une pause noodle soup pour se réchauffer à Thalang située sur le lac, puis on reprend, le paysage est assez fou mais pas forcement plaisant. La route descend ensuite en lacets serrés sur plusieurs kilomètres avec des portions à 12% et on arrive à la centrale électrique. Ce barrage est bien différent de ceux que l’on a pu observer : pas de grande retenue d’eau par un mur en béton, mais comment ça marche ? Désormais il y a de puissants courants encadrés par des canaux artificiels. Et puis le retour des lignes droites, paysage quelque peu lassant… mais au loin on voit que les collines vont revenir donc on roule à bonne allure.

Une barque un peu spéciale à Thalang…J12 Laos-8Petite pause gouter (à 11h30 du mat oui je sais) dans ce petit coin très joli.roadtrip laos du milieu scooter moto

J12 Laos-10

J12 Laos-12

roadtrip laos du milieu scooter moto

Et puis c’est droit, on roule. Ma jauge d’essence nous trompera et le Barbu tombera en panne donc mission 10km jusqu’à la précédente station haha.

On n’a pas trop envie de faire une grotte, il fait désormais une chaleur atroce et sur la carte de la « loop » un lac est indiqué. On va voir et il s’agit en fait d’une rivière aux eaux transparentes et turquoise où il fait bon se baigner. C’est dimanche, plusieurs groupes de Lao sont d’ailleurs là pour en profiter avec caisses de Lao beer et musique. On se dit que l’on va camper là mais on a ni eau ni nourriture, moi je suis un peu en faiblesse avec la chaleur, on va donc à la ville se provisionner.

Ma que calor (oui j’essaye d’apprendre l’espagnol)J12 Laos-14

J12 Laos-15 On s’est trompé de chemin mais c’était fort joliJ12 Laos-17

J12 Laos-16

Première apparition du Mékong avec les scooters, et en face, la Thaïlande que nous avons quitté il y a un bon mois.J12 Laos-18 Le joli front de rivière de ThakhekJ12 Laos-19

Et on retourne à la rivière, cherchons un coin pour camper tranquille. Après un essai infructueux nous trouvons finalement the spot, même si l’on dormira en pente ! Un petit bain décrassage pour moi, on mange nos trouvailles du marché réchauffées au coin du feu mais ce n’est pas fameux, quelques beer Lao au coin du bec et je m’endors comme un bébé, bercé par le fracas du vent dans les arbres.

J12 Laos-20

La suite la vendredi prochain, ça va swinguer dans les chaumières avec nos premières aventures sur pistes, des villages ethniques et de la savane laotienne 😉

You Might Also Like