Anywhere
Browsing Category

Laos

Le Rory’s guide pour manger végétalien en Asie du sud-est

By 25 novembre 2016 Asie, Laos, Myanmar, Thaïlande, Végane en voyage, Vietnam

Comme on m’a posé parfois la question sur la facilité ou difficulté de manger végétalien en Asie du sud-est, je me suis dis que là c’était le moment de l’écrire, cet article. En ce moment j’ai du courant électrique car je fais du house-sitting, une clé 4G avec des gigas australiens qui coûtent une fortune, du temps libre… donc plus d’excuse!

Mise en bouche, attention ça fait saliver car OUI c’est possible de se nourrir de façon végétalienne lors d’un voyage en Asie du sud-est, et en plus on se régale, il y a plein de choses succulentes (même s’il y a des fois où vous mangerez du riz blanc aux légumes).

Dans cet article je traite donc de la Birmanie (en vitesse car je n’y suis restée qu’une semaine dans le sud), la Thailande, le Laos, le Vietnam ainsi que le Cambodge. Je n’écris pas sur la Malaisie étant donné que pour l’instant je n’en ai visité que l’aéroport, ni de l’Indonésie car mon séjour là bas commence à remonter et je mangeait encore tout et n’importe quoi à l’époque.

Manger végétalien au Myanmar (Birmanie)

Keskondit ?

« Thatalo » / « tètèlo » (écrit à la prononciation, hein) ce qui signifie un repas « sans vie », c’est à dire un repas qui a été préparé sans causer la mort d’animaux. La Birmanie est un pays majoritairement Bouddhiste (ils ont même des extrémistes bouddhistes, chacun sa plaie) mais au moins cela a pour avantage que les notions de végétarisme ne sont pas inconnues à la plupart des gens. Même si la plupart, étant pauvre, mange ce qu’il a à se mettre sous la dent, et parfois ce sont des pattes de poules dans du gras.

Keskonmange alors ?

Eh bien n’y étant resté qu’une micro-semaine pour cause de on-a-besoin-de-glander-sur-une-île-après-des-mois-de-coins-paumés-d’Inde-du-nord-est, j’y ai surtout mangé ce que les gens me servaient de « thatalo » dans des étals de rues. Ce n’était pas la meilleure bouffe du monde mais c’était correct !

Mais sinon beaucoup de soupes (au tofu, aux légumes, des bouillons, etc), des salades (au chou, aux algues, aux tomates, aux feuilles de thé fermentées, aux beans…) mais aussi des plats plus basiques tels que des nouilles ou du riz sauté aux légumes (et plein d’ail), du riz avec des légumes épicés, de la nourriture indienne… et bien sur, des fruits exotiques que l’on peut acheter sur place dans les marchés. Moi j’adore les mini bananes perso.

Manger végétalien en Thaïlande

Alors là on y est restés un mois et demi et j’en attendais beaucoup de la nourriture thaï car on entend souvent qu’il s’agit d’une des meilleures gastronomie du monde… et pour ce qui est de manger végétalien, je n’ai pas été déçue ! J’ai enfin pu renouer avec mon amour inconditionnel des champignons gluants, et m’émerveiller des gouts et textures en mangeant pour la première fois de la « mock meat » (fausse viande bluffante fabriquée à base de soja, wheat, et autres).

Keskondit ?

En thaï passé le « Savadeeee kaaaaap ! » (bonjour) c’est vite compliqué. Ils parlent bien anglais donc on peut énumérer les ingrédients indésirables (ou les mimer lorsque l’interlocuteur ne parle pas anglais). Nous, cela nous a suffi mais si vraiment vous voulez vous essayer de parler Thaï :

  • « Jey » serait la transcription (venant du chinois) de végétalien signifiant « nourriture excluant les ingrédients d’origine animale ». Cela orienterait vers les plats avec des champignons, du tofu, de la « fausse viande » et des aliments type seitan. Je n’ai aucune idée de comment cela se prononce mais selon moi ça rejoint un peu le « chay » du Vietnam. Selon des sources en ligne, en général les gens ne comprennent pas.
  • « Mang-sow-ee-rat » ça veut dire sans viande mais ça inclut les œufs et le lait. (bonne chance avec la prononciation)

(Source de ces traductions).

Selon moi une bonne idée serait d’arriver à se faire écrire en alphabet Thaï ces deux mots pour faire une petite aide pour chercher de la street-food ou commander dans un restaurant. Ou des cartes avec les animaux dessinés et barrés, comme le font TATUP!

Mais selon moi dire « vegetarian » (tout le monde connaît) et « no oyster sauce » (très répandue), no egg, no milk, cela suffit en général !

Keskonmange alors ?

Alors là, plein de choses. Des fameux curries verts, rouges, massamam, des légumes à la citronelle et noix de cajou, des salades de papaye verte (sans sauce poisson qui pue comme au Laos #YES), des stir fry de toutes sortes, des rouleaux de printemps, des pad thai, plein de fausses viandes bluffantes, des pousses de bambou, des tas de déclinaisons de noodle soup, du riz gluant à la coco avec de la mangue… il y a du choix !

A Bangkok comme à Chang Mai qui sont deux grandes villes de Thailande, on trouve pléthores de restaurants végéta*iens ou tout simplement des offres vg dans les restaurants plus tradi… et même en dehors des grandes villes, avec l’appli ou la page web de Happy Cow c’est super facile de trouver des resto végétaliens ou avec options végétaliennes.

Et pareil, plein de fruits exotiques ! Je vous conseille de gouter le durian même si ça dégage une forte odeur (eh on aimait bien le vieux camembert à une époque, non ?) franchement ça coute une blinde mais j’adore. A tester aussi, les glaces à la noix de coco, faite au lait de coco et servie dans une noix de coco avec des morceaux râpés dedans. Sur une plage paradisiaque avec un coucher de soleil ou dans une rue animée de Bangkok c’est plutôt pas mal. Le sorbet au durian aussi j’avais adoré (mais il faut aimer le durian). Les brioches fourrées au redbean (haricot rouge) aussi c’est super. On en trouve au SevenEleven (gros choc occidental après l’Inde : des supermarchés !) ainsi que des briques de lait de soja, certaines au chocolat ou au thé macha mais attention certaines marques incluent du lait de vache dans le lait de soja car nos chers industriels essayent de developper le marché du lait en Asie (qui est traditionnellement très peu consommé), donc checkez bien les ingrédients (je sais c’est fou).

Le mieux c’est de laisser parler des photos pour moi.

Mes coups de coeurs intersidéraux

thailande-vegetalien-15-sur-18

Spécialité du nord de la Thailande le Khao Soithailande-vegetalien-17-sur-18

Oui ces choses  au bord oranges sont des champignons, et les boulettes aussithailande-vegetalien-16-sur-18

Un plat aux champignons à Chiang Mai (juste le paradis pour moi) et à droite un autre exquis Khao Soi!

thailande-vegetalien-7-sur-18 thailande-vegetalien-6-sur-18

De la « mock meat » de poisson, des petits shitake et des aubergines vertes, des grosses nouilles gluantes sautées aux légumes

Processed with VSCO with a6 preset Processed with VSCO with c1 preset

Délices sur notre île

Chez mon amie Gisèle à Pai

Processed with VSCO with a6 preset

Je ne suis pas très sucré mais…

Même après minuit on trouve de quoi se sustenter à Chiang Mai auprès des vendeurs ambulants dans la rue (et c’est délicieux, bien sur!)

thailande-vegetalien-9-sur-18

 

Manger végétalien au Laos

Pour moi, le Laos rime avec noodle soup. Bon phonétiquement ça ne fonctionne pas vraiment mais gustativement c’est ça. Matin, midi et soir, peu importe, au moins une par jour sinon ça n’allait pas. Le choix dans les cantines des petits bleds n’étant pas exhaustif (et les Laotiens en mangent tout le temps), souvent c’est noodle soup ou nouilles/riz frit avec des légumes. Mais il y a aussi quelques surprises…

Keskondit ?

« Bo Saï Sin » ça veut dire « sans viande ». Après pour les œufs débrouillez vous ! Le Barbu mime très bien la poule qui pond des œufs et le « non » après, je vous laisse imaginer. En général les laotien(ne)s vous trainent dans la cuisine pour vous montrer les ingrédients et vous dites oui ou non, et c’est super. Vous pouvez aussi apprendre le laotien c’est plutôt facile apparement. Il suffirait d’apprendre les mots et de les coller les uns aux autres : notre copain Romano s’y est mis et en quelques semaines et il discutait avec toutes les mamies du coin du coup.

Keskonmange alors ?

Ben des noodles soup. Du « sticky rice » dans leurs petits paniers en bambou ou directement cuit dans un bambou. Et si vous trouvez du vegetable laap jetez vous dessus c’est incroyablement bon. Et des Banh Mi, ces sandwiches baguettes, on peut en demander juste aux légumes des fois ça bon mais rien à voir avec la masteurisation du Banh Mi des vietnamiens.

On a fait une leçon de noodle soup dans notre vidéo « VLOG » au Laos, c’est à 04:40 mn pour être initié à cet art par nos soins…

Manger végétalien au Vietnam

Mon coup de cœur culinaire le plus inattendu : si j’en attendais beaucoup de la Thaïlande en matière culinaire, au Vietnam je pensais qu’ils n’avaient que des plats à base de viande et peut être des Banh Mi. GROSSIERE ERREUR. On n’est pas restés deux mois là-bas juste pour regarder le riz pousser.

Keskondit ?

Le mot magique à retenir ici, c’est « chay » ça veut dire végétarien/vegan en gros… et si vous n’arrivez jamais à le prononcer correctement (du nord au sud les intonations/prononciations varient) vous pouvez toujours écrire le mot et le montrer. Car oui, les vietnamiens utilisent le même alphabet que nous et c’est bien pratique. Du coup dès que je voyais « Chay » écrit quelque part sur un panneau je stoppais le scooter pour aller me goinfrer.

Keskonmange alors ?

Les vietnamiens ont des restaurants végétariens un peu dans toutes les villes (même petites) qui font des plats incroyablement savoureux souvent à base de fausse viande, de pâté végan, de champignons, de bouillons, des nouilles, de brochettes, d’herbes fraiches odorantes… D’ailleurs mon Barbu à qui cela arrivait de manger encore un peu de viande/poisson à l’occasion (en général quand il mange avec d’autres personnes que moi) a reconnu qu’effectivement c’était même meilleur que les plats à base de viande.

Ici aussi, foncez sur Happy Cow pour trouver les meilleures adresses de Chay, souvent les bouy bouy sont bien meilleurs et moins chers que les « vrais » restaurants. Et sinon si vous n’avez pas trop le choix vous pouvez toujours vous rendre dans un restau lambda et en demandant du Chay ils vous serviront toujours des trucs bons (évitez les resto de barbecue quand même).

Une dame fabrique du tofuvietnam-vegetalien-7-sur-30

Une autre le transporteProcessed with VSCO with k2 preset

Quelques uns de mes coups de coeur en restaurants « chay »vietnam-vegetalien-16-sur-30 vietnam-vegetalien-18-sur-30

Processed with VSCO with a6 preset

Et ici coup de coeur des plus simples dans un restaurant trouvé au hasard dans un bled : la découverte du tofu-tomate, un délice du nord!vietnam-vegetalien-12-sur-30

Il n’y a pas à dire, on se régale! (avec notre pote Nico, expat à HCMC)

vietnam-vegetalien-27-sur-30

Ceci m’a inspiré quelques essais « maison » lorsqu’on habitait à Ho Chi Minh pendant un mois

Manger végétalien au Cambodge

Le Cambodge niveau Oh-my-god-c’est-délicieux… ça nous a tout les deux déçus : plus cher que les voisins pour une qualité moindre (ils sont du genre à vous servir des nouilles déshydratées en sachets avec 3 bouts de carotte et un truc vert) MAIS il y a eu quelques bonnes surprises.

Keskondit ?

Comme en Thaïlande, dans les coins touristiques « vegetarian, no fish sauce, no egg etc » cela suffit. Pour les coins paumés nous avons appliqué notre technique du mime en cuisine et cela a très bien fonctionné.

Keskonmange alors ?

Sur la route surtout du riz avec des légumes… mais une fois en ville il y avait pas mal d’offres, et au Cambodge beaucoup de nourriture « internationale » aussi.

A Siem Reap on est restés à suer pas mal de temps (saison sèche oblige) et ma cantine c’était le « Little cafe » qui a pleins de plats végétaliens ainsi que le resto du milieu en face. Mention spéciale au mushroom amok avec du riz ainsi qu’aux smoothies. Le amok c’est un plat traditionel Khmer qui est délicieux et que l’on peut parfois trouver en version végétalienne. Perso mon highight bouffe au Cambodge c’était une pizza dans un resto italien à Sianoukhville avec des CAPRES et de L’HUILE D’OLIVE. J’avoue.

Et VeganFoodQuest a aussi listé plein de délices en termes de streetfood végane.

Pour les photos je n’ai que cette image « post vegan burger » à Kampot haha

Processed with VSCO with a6 preset

Bon voyage, et bon appétit n’hésitez pas à baver/me poser des questions/apporter des compléments d’informations en commentaire !

You Might Also Like

Autostop et paysages splendides hors des sentiers battus en nord-Laos

By 5 novembre 2016 Carnets de Voyage, Laos
oudomxay city

Après notre périple glacial en bateau sur le Mékong depuis la frontière thaïlandaise et notre première session d’auto-stop laotienne, nous venons donc d’arriver à Oudomxay (ou Muang Xay), la ville « chinoisée » au « centre-nord » du Laos (dans un pays tout vertical les notions de nord et sud ont beaucoup de nuances !).

Oudomxay, Disneyland chinois.

Avant de vous conter nos péripéties, je vous introduit quelques éléments de contexte.

Le nord du Laos souffre d’une main mise des chinois sur les terres locales. Les entrepreneurs chinois se voient offrir une somme conséquente d’argent (100 000$) pour aller coloniser économiquement le Laos et n’ont le droit de retourner en Chine qu’après un nombre minimum d’années, et bien sur « successful ». Le gouvernement Laotien, très corrompu, offre ses marchés publics sur un plateau aux entreprises chinoises, lorsque ce n’est pas les chinois qui construisent des immenses complexes hôteliers 5 étoiles dans ce pays si pauvre. Je suis peut-être mauvaise langue mais j’ai étudié l’intelligence économique et le lobbying et ce qui se passe dans ce pays échappe totalement aux habitants (un peu comme partout me direz vous, XXIe siècle, les entreprises dominent le monde).

Là où cela pose des problèmes éthiques et juridiques, c’est d’abord la concurrence économique déloyale aux laotiens, mais aussi l’empoisonnement des habitants avec l’utilisation massive des pesticides non contrôlés (dans les plantations de bananes et d’hévéas par exemple) ou encore la zone aux droits spécifiques aménagée pour les chinois au nord-ouest du Laos. C’est là que passe l’autoroute de la Thaïlande vers la Chine. A cet endroit (Boten Golden City), trafic illégal d’animaux sauvages ainsi que d’arbres exotiques abattus illégalement est monnaie courante. Ne parlons pas des personnes disparues suites à des dettes de casino dans cet étrange ville. Evidemment, toutes ces activités se font au déni total de l’environnement, et les entreprises chinoises rasent sans merci forêts (et la faune qui y vit) pour planter des hévéas par exemple… les beaux paysages sauvages du Laos ont peut-être leurs jours comptés et finiront peut-être par ressembler au triste nord du Cambodge, totalement déforesté et planté d’hévéas…

Pour aller plus loin vous pouvez lire cet article datant de 2009 mais décrivant bien la situation : Laos. Renforcement spectaculaire de la présence chinoise et le grand format de Libération sur le sujet : «Le gouvernement a vendu le nord du Laos à la Chine».

 

Bon mon moment informatif est terminé, passons aux choses non sérieuses.

Nous voici donc, deux frais voyageurs fraîchement débarqués à Oudomxay, après une journée de stop où l’on s’est vus offrir pitance et alcool local. Oudom-quoi ? C’est une petite ville réputée pour y abriter de nombreux commerces et constructions chinoises.

On saute de l’arrière du pick-up, on remercie la famille qui nous a déposé en stop, et… on a faim. Seulement voilà, on ne sait pas trop quoi manger. Ca sera noodle soup!

menu laos oudomxay noodle soup

Laos Party

Le lendemain est consacré à se reposer et faire un tour dans la ville, on n’est pas déçus !

oudomxay city oudomxay city oudomxay city oudomxay city

oudomxay city oudomxay city

Le « palace » chinois

oudomxay city

En fin de journée, alors que j’ermite dans la chambre et ne suis pas très encline à quitter ce lit confortable, mon Barbu part à la quête de nourriture. Les heures passent et il ne revient pas. Je commence à me demander ce qu’il fabrique, et avoir faim également.

Finalement le voici qui revient, gai comme un pinson : il s’est fait inviter à la fin d’une fête de laotiens à deux pâtés de maison. « Il y a plein de nourriture qui reste, j’ai joué à la pétanque avec les vieux ils m’ont démonté et il y a un groupe de jeunes filles qui n’arrête pas de me remplir mon verre de Beer Lao. Viens, on va manger ! ». N’étant pas une pique assiette dans l’âme (enfin si l’on oublie le temps où je squattais les vernissages pour me nourrir) j’y vais mi-en trainant les pieds « mais ça ne se fait pas, non ? », mi-intriguée par le tableau que vient de me dresser mon Barbu.

Nous y voilà donc, une sorte de préau en bois ouvert au vent, avec un plancher en bois brut jonché (mais VRAIMENT jonché) de bouteilles vides, et d’assiettes avec quelques chiens qui se régalent des restes. Sur les tables : des restes, des bouteilles… et à une table, le fameux groupe de nanas qui me sautent dessus et m’assoient à la table, apportent des plats du frigo, me servent un verre : c’est un kidnapping dinatoire… et alcoolisé !

Personnellement j’adore la bière, mais les laotiens la consomment cul-sec avec des glaçons… ce qui n’est pas mauvais mais le problème étant la quantité : il est très courant que dans les bistros de village, les gens ont une caisse de bières (bouteilles de 75cl) au pied de leur table, et un seau à glaçon au milieu. Kampai!

Donc avec mes nouvelles copines, je ripaille ma soupe de légumes, mange le riz gluant avec les doigts en le trempant dans les sauces des ‘stir fry’ de plein de plats, picore des haricots et… bois un paquet de bières cul sec.

Evidemment, on ne parle pas laotien, et elles ne gobent pas un mot d’anglais, donc on apprend des mots, on mime, on se marre, on trinque et finalement les heures défilent. Un groupe de mec nous rejoint, l’un parle 3 mots d’anglais, on trinque, on est tous supercopains venez on prend des photos et on va danser !

Nous voilà donc avec notre bande de jeunes laotiens entrainés à la discothèque locale (de la petite ville d’Oudomxay au nord du Laos, je rappelle) et la fête continue. On se quitte plus tard après s’être vraiment beaucoup trop marrés, à grands signes « au revoir » déchirants sous les éclairages publics d’Oudomxay. Quelques chiens agars nous passant dans les jambes, et nous allons nous coucher.

On va où maintenant ?

Grande question existentielle à laquelle j’ai en général toujours une réponse (vu que je suis la carte vivante de ce voyage)… mais là, j’avoue que je ne sais pas trop. Je ne vois pas trop ce que l’on irait faire à Luang Namtha par exemple, village connu pour accueillir des touristes avides de trek dans les montagnes au nord-est. Nous avions un plan volontariat là-bas mais il est tombé à l’eau, et l’idée de faire un trek organisé avec une bande de Quechua* ne nous réjouit pas franchement. Sinon il y a le nord-est, apparemment assez sauvage mais bon en stop vu la fréquentation des routes c’est un coup à mourir déshydraté/d’ennui au bord de la route.

Et on n’a plus envie de prendre des bus, on a pris trop de bus, marre des bus. Moi j’ai mon envie de road-trip en moto qui commence à me travailler sérieusement, le début des négociations avec le Barbu récalcitrant commence et c’est là dessus que nous partons –en stop- pour Muang La, un village un peu plus au nord où d’après Travel Wiki il y aurait deux auberges et pas grand chose à faire. Let’s go !

Le tranquille village de Muang La

Et bien effectivement, c’est super joli, et effectivement, il n’y a pas grand chose à faire. C’est un peu comme si vous alliez en stop dans un de mes bleds d’enfance (big up Belleherbe) et que vous vous retrouviez au monument aux morts un dimanche. Il n’y a pas un chien, même pas une mamie en train de jardiner. Mais c’est joli, donc on se ballade dans les environs. On regarde les gosses jouer à des drôles de jeux à l’école. Sur le chemin du retour une pause beer Lao au bistro s’impose. Celui-ci est une simple terrasse en planches posée au dessus d’un champs de riz qui n’a pas été travaillé depuis un bout de temps et où broute nonchalamment un buffle. La vie est tranquille ici.
(Il y a aussi un lodge de luxe implanté ici par un français, ça a l’air cool mais bon ça coute 200$ la nuit).

Retour à la case Oudomxay et changement de cap

C’est bien joli tout ça mais après deux jours (j’avais la flemme**) on se décide à aller au Village de Muang Ngoy. C’est un village au bord de la rivière Ou, et ça l’air mag-nifique. Branle bas de combat, autostop, 3 pick-up pour couvrir 20 bornes dont un avec un chargement de bois (avec nous dans la remorque) en cours de route, une incompréhension, la fin de la route à pied avec nos sac, qui, malgré un allègement en Inde sont toujours aussi louuuurds. 4km à pieds (chargés comme des baudets) ça use les souliers. Une âme charitable nous épargne la fin du trajet et nous dépose en centre ville, et hop, re-bonjour Oudomxay ! Noodle soup ? Et autobus. L’équation : cagnard, difficultés d’autostop, route ultralongue avec aucun bled sur la carte aura eu raison de nous : nous prenons le BUS.

Et on a bien fait : 4 heures de route sur les crêtes avec quelques maisons par-ci par là, quasiment pas de voiture croisée. Heureusement que l’on n’a pas tenté le stop (on n’avait plus de tente à ce moment là). On se fait déposer à l’intersection au village de Pak Mong et… on fait du stop ! Et oui on n’est pas arrivés, on veut aller à Nong Khiaw où nous pourrons prendre un bateau pour nous rendre au village de Muang Ngoy.laos-nong-khiaw-1

On achète quelques gâteaux et on se galère pour le stop pendant un moment (toujours avec le sourire, cela va de soi)… mais peu de circulation. Et lorsqu’un pick up s’arrête, il a déjà deux auto-stoppeurs dans la remorque. C’est bien notre veine, de la concurrence ! Mais ce gentil couple de polonais nous fait une place dans la microscopique remorque et le pick up repart avec quatre blancs juchés sur leur tas de backpacks. On discute un peu avec les polonais qui sont en voyage de noces avec leur tente et leur petit budget, c’est marrant. Ce sont les premiers touristes que l’on rencontre depuis que l’on a quitté l’autoroute du ferry.

On se fait déposer en ville et voilà notre équipée de quatre part à la recherche de lits pour la nuit, et tout est complet ou trop cher ! C’est qu’il y a foule ici, comparé aux bleds paumés où l’on s’est retrouvés. Malgré tout on trouve une petite auberge en marge du centre ville où une mamie récalcitrante accepte de nous loger. Elle nous donne des chambres glaciales dans la vieille maison en travaux au fond de la cour pour un prix cassé. Il est plus facile de négocier des prix bas lorsque l’on est polonais, grec, slovène… ou que l’on vient d’un de ces pays d’Europe où les niveau de salaires sont moins élevés qu’en France et un peu connus dans le monde pour cela. (Un smic polonais c’est 400€/ mois pour info)(donc c’est bien normal)(arrêtez de vous plaindre).

laos-nong-khiaw-4 Le charme de Nong Khiawlaos-nong-khiaw-3

Le lendemain on retrouve par hasard notre pote français Romano rencontré sur le ferry, les polonais partent escalader le point de vue local et nous on discute avec des voyageurs en moto (négociation avec le barbu qui va bon train). La nature environnante est splendide, cela fait plaisir.

On se renseigne pour les tickets de ferry, et le lendemain nous prendrons l’un de ces petits bateaux de bois pour un trajet sur la rivière Nam Ou que l’on n’est pas près d’oublier…

laos-nong-khiaw-5

*référence à Décathlon (que j’adore aussi au passage), pas aux indiens d’Amérique du sud
** c’est ça qui est beau dans un voyage sans autres contraintes de dates que celles imposées par les visas : on a le droit d’avoir la flemme.

You Might Also Like

Le Rory’s guide pour un road-trip en scooter en Asie du sud-est   

By 25 octobre 2016 Bécane et Pétrolette, Budget, Cambodge, Laos, Vietnam
road-trip en scooter

Oui j’avoue j’ai rien trouvé de délirant comme titre pour traiter de ce sujet, à savoir, combien que ça coute un road-trip en scooter (ou moto) en Asie du sud-est, ici Vietnam, Laos et Cambodge. On s’est lancés dans l’aventure au mois de mars 2015 et ça a duré jusqu’au mois de juin environ car on a fait quelques pauses de ci de là.

Ce billet sert à donner une idée et n’est qu’un exemple parmi d’autres, mais j’avais moi-même besoin de quelques éléments d’informations avant de convaincre mon Barbu à se lancer dans l’aventure. J’en avais trouvé à l’époque sur le blog de GTLA (son article ne concerne que le Vietnam et date de 2013), la voyageuse Cyn et son road-trip féminin et solo en moto au Vietnam… et sur des forums.

Pour commencer, on a décidé d’acheter une tente, pour encore plus de liberté, aller dans des coins paumés et aussi faire des économies de guesthouse. On a acheté la tente 27€ dans le magasin d’outdoor de Hanoi, Umove. On y trouve un peu de tout, des tentes, des duvets, des fringues de rando… ce n’est pas Décathlon non plus mais ça dépanne bien et ce n’est pas cher du tout !

Nous n’avons plus de tapis de sol, l’un ayant été oublié dans un camion lors d’un auto-stop au Kirghizstan, l’autre, renvoyé par colis en France depuis l’Inde… On a donc acheté deux couvertures : une pour servir de tapis de sol et l’autre pour se protéger du froid (Nous en avons acheté une troisième au Laos car on se caillait les miquettes). Il suffit de s’installer sur des sols mous et on dormait comme des bébés, même avec nos sacs à l’intérieur de la tente. On ne s’est jamais sentis en insécurité et on ne s’est rien fait voler (pour calmer les paranoïaques).

Venons en aux machines…

 

L’achat des scooters (à Hanoi)

Je voulais donc me lancer sur les routes au guidon de mon propre véhicule car le stop était galère, nos sacs à dos pesaient vraiment lourd, j’avais envie de liberté et de ne pas être contrainte par les bus, m’ouvrir à plus de rencontres et comme le vélo pour mon cher Barbu c’était nyet, la solution était pour moi toute trouvée !

De plus, il est possible en tant qu’étranger d’acheter des cyclomoteurs aux locaux et de passer les frontières sans trop de soucis, et le tout pour un prix tout à fait abordable et qui équivaut très bien au prix des transports en communs voire moins, la liberté en plus!

Si mon cher Barbu était très réticent et trainait des quatre fers quand à mon idée de road-trip asiatique à deux roues, il est très vite tombé amoureux de sa petite Honda semi-automatique. C’est un modèle extrêmement populaire au Vietnam, un peu comme les 205 chez nous… enfin, à l’époque.

Nous avons donc acheté nos bolides dans un magasin de cycles à Hanoi qui a l’habitude de vendre à des touristes (ils parlent anglais) qui nous avait été conseillé par notre pote Romano, un français ayant déjà fait un road-trip en moto dans le coin. Il est connu que les motos/scooter sont moins chers à l’achat à Hanoi qu’à Ho Chi Minh City au sud (Saigon). Nous, on a commencé par là car nous arrivions du Laos du nord.

 

Le scooter Yamaha automatique

Si je n’ai pas été séduite au premier abord par les semi-automatiques (j’avais essayé sur la plage au Myanmar et trouvé cela très étrange) c’est une japonaise automatique qui m’a séduite par son confort de conduite. C’est donc Bécane, une Yamaha Nouvo de 2003 qui allait être ma compagne de route. Très stable mais lourde, je conseille ce modèle à… tout le monde vraiment, elle était super à conduire, de grandes et larges roues qui passent partout (même en « motocross » sur les pistes laotiennes où je me suis éclatée).

 

Prix d’achat : 230$US

 

Qualités Défauts
–       sa fiabilité : 5000 km, huile changée régulièrement et aucune panne à signaler !

–       son coté « passe partout », très à l’aise sur piste (sèche)

–       plus véloce que les vielles motos Honda Win et la Dream du Barbu, un coup de poignet, une route lisse et elle décolle. Bon ce n’est pas une Ducati de course, mais de bonnes sensations lorsque les conditions s’y prêtent 😉

–       pas de problèmes en montagne pour grimper les côtes, plus pour les descendre (cf colonne de droite)

–       j’ai juste eu des pneus à plat mais partout où j’ai été on me les a changé sans problème et pour pas cher.

–       son poids, plus de 100kg (elle m’a transformée en tortue trois fois – à l’arrêt hein- à cause du poids de mon sac + la fatigue)

–       pas de frein moteur : en montagne c’est parfois un peu difficile dans les descentes à 12% chargée comme un baudet avec tout de même de bons freins à disque… ça se fait !!!

–       faire le plein : contrairement aux motos type Honda Win, le trou pour l’essence se situe sous le siège il faut donc décharger tous les sacs à chaque fois que l’on veut faire le plein.

–       dans la boue (cela ne m’est arrivé qu’une fois) vraiment casse gueule.

–       Au Cambodge à part dans les capitales, pas de garages ni de pièces Yamaha (mais bon vu qu’il ne tombe jamais en panne haha)

 

Le scooter Honda semi automatique

Pour mon Barbu, donc, c’est ce petit Honda Dream qui l’a adopté, aka Pétrolette (lui il voulait l’appeler Mobylette mais étant donné que je l’ai toujours appelée Pétrolette c’est le nom qui est resté).

C’est vrai qu’elle n’est pas chère (moins chère que les motos Honda Win par exemple), que tous les Vietnamiens en ont une, qu’elle a un charme fou… MAIS, notre Pétrolette, un peu vieillotte, avait des petites fuites urinaires d’huile dès le début.

NOTA : Pétrolette avait un moteur de fabrication chinoise et non vietnamienne, ni de la marque Honda (Japon) ce qui lui a valu des remarques de mépris de la part des locaux (possibles problèmes pour la revente).

Prix d’achat : 200$ US (je pense que c’est possible d’en acheter moins cher avec un pote vietnamien pour négocier, essayez avec Couchsurfing pourquoi pas 😉 )

 

Qualités Défauts
–       Son charme pas discret

–       Elle a tenu jusqu’au bout grâce aux raccommodages (et serait actuellement à l’aventure sur les routes thaïlandaises!)

–       Elle grimpe les côtes en 2-3ème vitesse

–       Les réparations ne coutent pas cher partout et les mécanos trouvent toujours une astuce

–       Elle peut rouler à vitesse raisonnable (60-70km max je dirai après ça fait un peu flipper)(de toutes façon vu les routes)

–       C’est agréable à conduire : le changement de vitesse et le frein au pied

–       Il y a le frein moteur qui aide en descente et dans les courbes

–       faible consommation d’essence

–       Elle est légère comme un biclou !

–       Un peu faiblarde en tout-terrain mais avec de la dextérité et des boulons bien vissés ça se fait (sinon vous perdez des morceaux en route)

–       Pas rapide : ce n’est surement pas une bécane de course mais pour un road-trip c’est parfait.

–       faire le plein : contrairement aux motos type Honda Win, le trou pour l’essence se situe sous le siège il faut donc décharger tous les sacs à chaque fois que l’on veut faire le plein.

–       Elle a pas vraiment de défauts on l’adore la Honda Dream.

 

A l’achat, les scooters avaient déjà les « racks » d’installés, ces supports en fer pour y ficeler nos sacs, ainsi que des tendeurs. On avait bien sur la « blue card », la carte grise locale des véhicules, qui n’a pas besoin d’être à notre nom : vous payez votre engin et le garagiste vous donne la blue card avec numéros du véhicule (année de fabrication, plaque d’immatriculation, n° de série/usine, nom du fabricant, etc.). En 5 000 km on n’a jamais été arrêtés par la police, les seules autorités auxquelles nous avons été confrontés ont été les agents des douanes.

Et bien sur au Vietnam, obligatoire : le casque ! Fourni lui aussi avec le scooter. Et c’est tant mieux. On les as porté tout le temps, même au Laos et au Cambodge où ce n’est pas obligatoire mais il faut bien être sérieux 5 mn : quand on a un casque, on le porte.

Les motos Honda Win

Photo Hugo Derr

Photo Hugo Derr

C’est aussi une option… que nous n’avons pas choisie, pour plusieurs raisons :

  1. Lorsque l’on est dans les bouchons en ville, c’est galère… (tapez « traffic Hanoi » ou « traffic Ho Chi Minh City » dans youtube, juste pour voir :P)
  2. Beaucoup de retours de backpackers sur la non fiabilité et le risque élevé de panne de ces jolis engins
  3. Plus chères à l’achat en général
  4. Et puis, on a vu que des backpackers au final sur ces motos, les locaux, eux, c’est le scooter, que ça soit à 5 dessus ou avec des chargements mirobolants, donc on s’est fondus dans la masse 😉
  5. Si vous avez envie de vous faire plaisir avec une moto manuelle, autant mettre le paquet et prendre un bon modèle (et essayer de  la revendre au même prix). Peu de motards locaux roulent en Honda Win!

Les dépenses durant le road-trip en scooter

Liées au scooters

Cela comprend l’essence bien évidemment, on ne fait pas encore de scooter solaire (si ?), l’entretien (bidons d’huile principalement, ainsi que changement de chambre à air dans chaque pays pour moi) et bien sur les réparations (poste uniquement occupé par Pétrolette hinhin). Pour ce qui est des réparations, cela reste très peu cher compte tenu du fait  que Pétrolette a eu de nouvelles pièces et une grosse rénovation lors de son second séjour Vietnamien (les fameux 24€).

J’ai comptabilisé tout cela de Hanoi au Laos, du Laos au Vietnam, puis du Vietnam au Cambodge et j’ai arrêter de compter une fois arrivés à Siem Reap. On s’est arrêtés là bas un moment et nos potes nous ont rejoints, même si le road trip a ensuite continué jusqu’à Sinaoukville puis Ho Chi Minh ville. Soit 3 800 km sur les 5 000 totaux. Les prix sont comptés pour 2 scooters.

VIETNAM (13j) LAOS (31j) VIETNAM (8j) CAMBODGE (8j) Total
Essence 27€ 73€ 9,5€ 20,5€ 130€
Réparations 0,80€ 11€ 24€ 4,5€ 40,3€
Entretien 7€ 4€ 5€ 4€ 20€
Total

 

34,8€ 88€ 38,5€ 29€ 190 €
Moyenne par j/pers 1,33€/j/p 1,41€/j/p 2,40€/j/p 1,81€/j/p 1,5€/j/p

 

Liées à l’hébergement

Attention, les prix sont pour deux (chambre double), si vous voyagez seul cela ne signifie pas que vous divisez le prix d’une chambre par deux, au contraire il revient souvent moins cher de partager une chambre et son prix.

  • VIETNAM: 7 nuits à Hanoi pour 56€, 4 nuits en tentes après Hanoi (achat tente 27€)
  • LAOS: 11 nuits en tente, 4 nuits en guesthouse sur la route (31€) puis 15 nuits sur l’île de Don Det (80€)
  • VIETNAM: 7 nuits en tente, deux nuits en hôtel (17€)
  • CAMBODGE: une nuit en tente, 4 nuits en hôtel (21€) (fin de saison sèche, températures extrêmement hautes même la nuit !!)

Les nuits en tente nous ont donc couté 1,17€ par nuit pour deux personnes

J12 Laos-20

Soit au total en moyenne et grâce à la tente :

VIETNAM (13j) LAOS (31j) VIETNAM (8j) CAMBODGE (8j) Total
LOGEMENT 60,68€ 124,87€ 25,19€ 22,17€ 233 €
Moyenne/j/pers 2,25€/j/pers 2€/j/pers 1,5€/j/pers 1,25€/j/pers 1,9€/j/pers

 

 

Liées à la nourriture

On mange principalement dans les petits boui boui, de la street food ou parfois lorsque nous campions, un tour au marché de légumes et hop on cuisinait sur un feu de bois à l’aide d’une grille de barbecue que l’on trimballait depuis la Thaïlande et notre tambouille en ferraille. On faisait des feu de camp partout où on a campé, aucun soucis. Quand nous campions à proximité des villages/habitations les habitants venaient nous saluer.

Le fait de ne pas manger de viande réduit également pas mal les dépenses au restaurant (même si c’est déjà très peu onéreux).

VIETNAM (13j) LAOS (31j) VIETNAM (8j) CAMBODGE (8j) Total
NOURRITURE 73€ 142€ 43,5€ 36,8€ 295 €
Moyenne/j/pers 2,8€/j/pers 2,3€/j/pers 2,7€/j/pers 2,3€/j/pers 2,45€/j/pers

 

 

Liées aux activités

Bah en fait je n’ai pas grand chose à mettre ici… effectivement on a bien payé quelques accès à des grottes, des « piscines naturelles », des chutes d’eau, on a fait du kayak dans une grotte au Laos mais ça a du couter genre 4€. Au final on na pas fait les grosses attractions touristiques payantes et chères. Profiter de la nature et de beaux paysages nous suffit en général ! Donc pour moi c’est un poste de dépenses anecdotique et qui dépend de chacun donc je ne préfère pas m’étendre là-dessus.

Visas et passages de frontières

j5-laos-1.jpg.jpeg

Pour le Vietnam, sur la période du road-trip en scooter ici renseignée, nous n’avons pas pris de visa mais profité des 15 jours gratuits sur le territoire pour les citoyens français. Nous l’avons fait à deux reprises, il suffit qu’il y ait un mois d’écart entre les deux. Nous avons passé un mois au Laos et sommes repassés au Vietnam.

Le prix du visa Laotien est de 35$US pour un mois, faisable aux frontières. Pour les véhicules du Laos au Vietnam on a du remplir des documents et payer des tout petits frais pour les véhicules afin de les importer temporairement dans le pays. Le passage de frontière et la marche à suivre est très bien expliquée dans cet article de blog (en anglais).

La frontière Laos-Cambodge n’est pas possible à franchir en moto/scooter pour les étrangers. Il faudrait un papier spécial que l’on peut obtenir à la capitale cambodgienne. Il vaut donc mieux utiliser les 15 jours gratuits pour passer par le Vietnam et découvrir de nouveaux coins au passage (pour nous ça a été l’occasion de découvrir la splendide côte vietnamienne, un de nos coup de cœur de ce voyage en scooter !)

Les passages de frontières Vietnam-Cambodge et vice-versa se sont fait sans aucun problèmes à des petits postes frontières (Ban Lung au nord à l’aller et celui le plus au sud au retour). Pas besoin de papiers pour les motos, il suffit de les garer et de venir au bureau des visas vous faire tamponner.

Le prix du visa Cambodgien par les terres a été de 35$ pour un mois pour nous, il est peut-être possible de payer moins selon le douanier mais bon cela reste tout à fait raisonnable ! (Le prix varie selon les anecdotes de voyageurs, il faut savoir accepter de se faire plumer de quelques dollars).

 

Récapitulons…

Pour ce qui est des scooters, nous les avons revendus au même prix à Ho Chi Minh City (annonces sur des groupes Facebook et Craiglist) donc nous n’avons finalement que les dépenses « en plus » liées à l’essence, l’entretien et les réparations, ce qui fait un total de 190€ de frais de transports pour une durée de 60 jours (3 mois) soit 95€ chacun pour 3 mois… ou environ 30€ le mois !

Voici un camembert revenant sur les frais pour notre road-trip en scooter pour une personne sur 3 mois (au sein d’un groupe de 2 personnes). Sans activités et frais « annexes », juste rouler, manger, dormir, kiffer (mais ça c’est gratuit).

capture-decran-2016-10-25-a-14-57-16

Ce qui est tout a fait raisonnable !

 

Bien sur, il ne faut pas oublier que

  1. Nous dormions beaucoup sous la tente en camping sauvage ! Très facile au Laos, praticable au Vietnam (bien que nous ayons pas mal campé dans des plantations, souvent en demandant à des gens) et au Cambodge on en a fait qu’une fois car la chaleur était étouffante.
    Mais c’est tout à fait faisable, il suffit de chercher et acquérir de bons reflex, je suis devenue une pro pour trouver des supers coins de camping sauvage (et le Barbu est devenu un pro pour boire des canons d’alcool local au coin du feu avec les locaux qui passaient nous voir).
  2. Je ne mange pas de viande, donc dans certains cas cela réduit les additions (parfois non, les noodle soup au Laos avaient le même prix avec ou sans viande). Nous mangions tout le temps dans des « boui boui » et pas des restaurants climatisés, et fuyons les restos qui servent de la bouffe « occidentale ».
  3. Nous ne buvions des canons (bières fraiches et/ou alcool local à deux francs six sous) que de temps en temps, donc cela réduit également les dépenses.
  4. Pas d’activité touristiques « chères »
  5. Nous choisissions des guesthouses à des prix vraiment raisonnables, souvent grâce à TravelWiki. Et bien sur, des ventilateurs au lieu de la clim, cela réduit considérablement le prix. De toutes façons si vous venez dans des pays chauds, c’est pour avoir chaud non ? 😀
  6. Et puis au final ce qui n’a pas de prix, c’est de rencontrer des gens, se marrer avec eux malgré notre peu de vocabulaire en commun, et ça ça nous est arrivé tout le temps ! (Voir les carnets de voyages Bécane & Pétrolette qui en témoignent)

J’espère que cet article a pu vous donner une idée du budget pour un road-trip en scooter en Asie du sud-est… assez restreint pour notre part, mais cela n’a pas rendu l’aventure moins belle, au contraire on se débrouille très bien avec des bouts de ficelle, une tente qui prend l’eau et un scooter qui perd de l’huile !

N’hésitez pas à me poser des questions en commentaire ou partager votre budget de road-trip en deux roues dans le même secteur 😉

 

You Might Also Like

Première rencontre avec le Laos et le Mekong à Chiang Khong

By 1 août 2016 Carnets de Voyage, Laos

Nous venons de passer 10 jours au festival hippie de Shambalah in your heart au nord de la Thaïlande, et après avoir rejoint la frontière en stop, nous voici du côté Laotien. J’étais plutôt impatiente de découvrir le Laos, réputé pour avoir une nature plus sauvage que ses voisins. D’un côté avec une population de 5M d’habitants pour un pays aussi grand que le Vietnam (qui lui compte ??M d’habitants), il y a de la place !

 

En route pour Chiang Khong et la frontière Thaïlande/Laos

Processed with VSCO with c1 preset

En route pour l’auto-stop, toujours aussi chargés.

Processed with VSCO

Le sens de la déco thai… parfois ça ils vont un peu trop loin… je crois.

 

Après notre journée de stop du festival à la frontière thaïlandaise, nous passons une nuit à la ville frontalière de Chiang Rai, en profitons pour se munir de dollars américains à la banque afin de payer le visa laotien et nous faisons tirer le portrait pour les photos d’identités. Le lendemain on fait du stop jusqu’au poste frontière (qui a dit que le stop en Thailande ne fonctionnait pas ?) et embarquons dans le bus. Au moment où nous nous apprétons à monter dans le bus on voit nos copains français Tibeaut et ??? que l’on a rencontré avec la Rita mexicaine à Chiang Rai. Ils reviennent du Laos alors qu’ils sont sensés y êtres arrivés la veille. Long story nous confient ils avant que l’on se fasse pousser dans le bus. Mais nous les recroiserons plus tard !

Nous traversons donc le pont frontière en bus, faisons nos visas laotiens et négocions un camion avec des bancs à l’arrière avec d’autres touristes afin de nous rendre en ville.

La ville de Chiang Khai avec sa longue rue principale le long du Mékong a des airs de ville en carton de faux western. Nous trouvons l’hôtel le moins cher mais néanmoins très sympa grâce à WikiTravel, y déposons nos sacs et partons à l’exploration à pied jusqu’au guichet du ferry pour y acheter nos tickets pour le lendemain : nous comptons descendre le Mékong en bateau non pas jusqu’à Luang Prabang, la capitale, mais jusqu’à l’étape intermédiaire après une journée de navigation, et de là s’aventurer vers le nord en stop.

Sur la route nous achetons notre première Beer Lao, enfin une bière digne de ce nom après des mois de voyage !

Arrivés au guichet, il se trouve que celui-ci est fermé, et qu’il faudra acheter les tickets le lendemain matin un peu avant le départ du bateau. Fort bien, au moins cela nous aura fait une ballade. Sur la route du retour, nous bifurquons dans une rue non pavée pour se rapprocher de la rivière, et nous finissons dans un cul de sac qui est en fait la cour d’une grande maison. Et dans cette cour il y a une cabane en bois, avec 5 gais lurons qui boivent l’apéro à 15h et nous alpaguent joyeusement.

Ravis de cette première rencontre avec les autochtones, nous voici installés sur un banc, un verre d’alcool local à la main, des grillades pour le Barbu et des graines de tournesol pour moi, la radio qui grésille ces si typiques musiques laotiennes modernes qui nous suivrons tout au long de notre périple… et nous voici piégés pour l’après-midi !

Comme au Kirghizistan, on est sommé de descendre nos shooters d’éthanol à la vitesse de la lumière pour pouvoir au plus vite les remplir, un autre gars arrive avec une caisse de bière… ils rigolent beaucoup, nous apprennent à compter en laotien, demandent à prendre des photos avec nous…

(et voici notre belle brochette bien imbibée)

Processed with VSCO with c1 preset

Processed with VSCO with a6 preset

On ne parviendra à s’échapper qu’à la nuit tombée, avec un sourire jusqu’aux oreilles. Et heureusement que la route pour rentrer à notre guesthouse était toute droite ! Le soir on s’est retrouvé à discuter avec un bande de compagnons du devoir allemands attifés en sorte de costume traditionnel avec pour bagage leurs seuls balluchons, puis attablés pour le diner avec quelques personnes dont un jeune homme français de 19 ans qui venait de remonter le Cambodge et le Laos avec un vélo de ville qu’il avait acheté dans le premier pays. Chapeau. Ne jamais sous-estimer la jeunesse ! (Parole de Mamie Rory)

 

A l’abordage matelots

Le lendemain le Barbu a un peu mal au crâne et c’est sous la pluie que nous allons acheter nos tickets de ferry avant de patienter à l’abri chez une vendeuse de Ban Mi, les fameux sandwiches baguettes que l’on trouve partout au Laos, Vietnam et Cambodge. Héritage de l’Indochine, ils n’ont pourtant rien à voir avec le jambon-beurre-cornichon. Ici les sandwiches sont garnis de légumes : carottes, salade, coriandre, parfois de la mangue verte râpée, puis ils ajoutent de la viande type « pâté » local et de la sauce piquante. Moi je demandais sans viande bien sur mais cela n’en restait pas frais et délicieux !)

Nous faisons la pub pour notre vendeuse de sandwiches en alpaguant les backpackers mouillés à la recherche d’un refuge. Puis c’est l’heure de monter dans le bateau… enfin l’heure, c’est relatif, car nous poireauterons quand même une heure à quai avant que les grandes barques soient détachées et lancent leur bruyant moteur pour nous propulser sur les eaux tumultueuses du célèbre fleuve Mékong.

Les paysages défilent, à couper le souffle, malgré le mauvais temps.

laos ferry-1

laos ferry-2

laos ferry-3

laos ferry-4

laos ferry-5

laos ferry-6

laos ferry-7

laos ferry-8

laos ferry-9

Mais le problème au final ce ne sont pas les nuages sur les photos, mais un ennemi bien plus pernicieux : le froid ! On enfile nos couches et les Kway, certains malins se réfugient dans leurs sacs de couchage mais rien à faire : ça vente, c’est humide, bref, on se les gèle sévère sur notre bateau.

Nous accostons au coucher du soleil dans le village réputé peu attirant de Pakbeng. En débarquant nous retrouvons Romano et son père, qui étaient dans le second bateau et avec qu’ le Barbu avait fait connaissance avant le départ. On trouve une guesthouse pas chère mais nous faisons plaisir dans un bon restaurant en leur compagnie, avant de se quitter le lendemain : nous partons faire du stop et eux reprennent le bateau pour Luang Prabang.

Auto-stopons au Laos

Pak beng laos

Nous voici donc à remonter la route du village chargé de nos gros sacs pour sortir de l’agglomération. De bonnes âmes acceptent de nous avancer un peu jusqu’à la station service à la sortie de la ville. Nous demandons à un vendeur de brochettes de nous filer un coup de main pour se faire un carton avec le nom de notre destination, « Oudom Xai » inscrit en caractères Laos. Après avoir un peu galèré au bord de la route mais sous le regard bienveillant et curieux de nos sympathiques vendeurs de brochettes, un jeune homme qui a un camion pick up la remorque chargée de travailleur s’arrête. Miracle, il parle anglais ! Il me fait monter devant à coté de sa femme et le Barbu rejoint le groupe de travailleurs dans la remorque.

 

laos stop-1

laos stop-2

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Notre conducteur parle anglais car il a étudié à l’université monastique en Thaïlande, à Chiang Mai. C’est chouette ça me permet de lui poser plein de questions, et lui de m’interroger sur notre voyage. Il me parle du projet de barrage des chinois alors que l’on passe à côté dans cette magnifique gorge que nous remontons, puis des plantations de bananes tentaculaires des chinois, que l’on voit bientôt s’étaler sur des pans de vallées entiers. Je n’avais jamais vu autant de bananiers de ma vie.

Puis il nous invite à manger un bout chez lui avant de reprendre la route, trop sympa !

Son père ne semble pas satisfait de notre carton de stop donc il arrache un bout de carton de son mini magasin et nous en fait un nouveau. Pas étonnant, au Laos les bleds ont souvent plein de noms différents, on aura parfois du mal à s’y retrouver entre les noms traduits différemment et les noms originaux en laotien.

On aura eu du mal à redécoller de chez lui, le trafic n’est pas fou, mais ceux qui ont des voitures ayant quasiment tous des pick-up Toyota l’un d’entre eux finira donc par nous installer dans sa remorque. Avec les gros sacs et pour profiter de la vue, c’est l’idéal !

Après niveau rencontre, pas vraiment de contact avec le conducteur ou les passagers, à moins de partager la remorque (ce qui nous était déjà arrivé en Thaïlande)… mais on ne savait pas encore à quel conducteur on avait l’affaire.

Celui-ci se prenant manifestement pour un conducteur de rallye et la Toyota ayant des poneys sous’l’capot, nous voilà survolant les bosses, les yeux écarquillés devant la beauté des paysages que nous traversons.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Puis notre Mickael Schumarer laotien fait une pause, tout le monde va pisser derrière un pied de maïs, puis il vient à notre remorque et nous offre une sorte de pomelo délicieux et des shots de Lao-Lao, leur schnaps local à base d’alcool de riz… et s’en colle un derrière l’oreille et de reprendre le volant, youpi la d’la joie !

On aura le droit à une seconde pause schnaps et maïs au barbecue (le mec nous prend en stop, nous nourrit et nous saoule/abreuve !) mais heureusement on arrivera tous à bon port à Oudomxai, la ville des chinois au Laos, comme en témoigne l’architecture Disneyland des maisons.

1

Nous y passerons deux nuits à nous reposer et décider où irons nous par la suite… en stop bien sûr !

You Might Also Like

Bécane et Pétrolette #7 : De retour sur la route… direction Vietnam !

By 13 mai 2016 Bécane et Pétrolette, Carnets de Voyage, Laos, Vietnam

Deux semaines à se la couler douce dans la délicieuse île de Don Det sur le Mekong… mais pendant ce temps, le visa file ! Il faut bien reprendre la route, et pour la première fois nous aller rebrousser chemin et plutôt que d’aller au Cambodge comme prévu, nous partons faire un tour au « sud du centre » du Vietnam. Pourquoi ce revirement ? Tout simplement car il n’y a qu’une seule frontière entre le Laos et le Cambodge, et qu’il n’est pas possible de la traverser avec les motos, pour cela il faut un papier qui s’obtient à la capitale cambodgienne… ou alors les faire passer en douce. Ca nous a donc donné une excellente raison pour retourner au Vietnam et découvrir une autre région.

J18 – Dimanche 17 avril : C’est reparti ! De Don Det à Paksé (145 km)

Bon il faut bien quitter Don Det un jour… notre visa expire dans trois jours, il est tant ! Nous profitons de la présence de notre ami Romano, venu nous rejoindre sur l’île la veille de notre dernier jour pour une ultime baignade dans notre petit spot, puis noodle soup, ferry, ligne droite. C’est bel et bien reparti !

P_20160417_153103

Le soleil cogne d’une puissance inouïe, à tel point que je prends un coup de soleil à travers la chemise, et sur les mains malgré les couches de crème. Bon d’un côté on est partis à midi, c’était à prévoir. Je m’improvise donc des protections dignes de ce nom à une station essence : des gants à partir de chaussettes trouées, je remet la veste militaire malgré les plus de 40°C environnants, et m’enrubanne dans le foulard tel un taliban. Rien ne doit dépasser !

Une vidéo publiée par RORYYYY (@roryofroom) le

Ainsi parée, nous déroulons la ligne droite. En fin de journée, il ne nous reste plus qu’une vingtaine de kilomètres à parcourir lorsqu’un immense troupeau de vaches traverse la route. Cela arrive souvent, mais là le troupeau était vraiment gros, impossible de zigzaguer entre les vaches. Freinage d’urgence, Bécane fait un peu la gueule (les freins ce ne sont pas son fort) et quelques mètres après je vois le Barbu et Pétrolette arrêtés au bord de la route.

« c’est mon cale pied qui a perdu le plastique là ? ». Il me montre une tige métallique qui dépasse du milieu de sa mobylette. Heu ben non, il est là ton cale pied. Donc il y a une tige qui sort du milieu de son scoot. Il me dit qu’il a l’impression qu’elle va se casser en deux. Visiblement elle non plus n’a pas apprécié le freinage. Et il a des soucis d’embrayage.

Je pars en éclaireuse trouver un garage, il va devoir pousser un moment le coco, il y a du chemin. On arrive donc au garage, le garagiste rentre la tige : apparemment le boulon qui la retient de l’autre côté s’est fait la malle. Il teste tous les boulons de sa caisse à outils, se fait embêter par deux poivrots encore perchés de la semaine de festivités de nouvel an, un troupeau de vache apparaît au loin, comme pour nous narguer de la situation. Comme il n’a pas de boulon adéquat, il bricole un truc avec deux boulons de tailles différentes, ça tiendra jusqu’à Paksé, mais ça veut dire qu’il va falloir qu’on dorme en ville. Demain matin, garagiste !
P_20160417_165624

Nous trouvons une petite guesthouse au bord de la rivière, et alors que je cherche la patronne, qui vois-je attablés sur la terrasse ? Notre petite bande de joyeux punks à motos avec qui nous avons fêté nouvel an à Don Det ! On remet donc ça, une dernière fois.

 

J19 – Lundi 18 avril : de Paksé à Attapeu et une surprise très humide (157 km)

De bon matin, garagiste et gueule de bois (ne font pas bon ménage). Le mec change la tige de Pétrolette, mais pour l’embrayage il ne semble pas motivé, il dit que ça tiendra. Donc on se calle une noodle soup derrière l’oreille et reprenons la route qui traverse le plateau des Bolavens jusqu’à Attapeu : 167 km en tout, une sacré étape (qui grimpe) nous attend.

La bonne nouvelle c’est que l’écrasant soleil se calme un peu à mesure que nous prenons de l’altitude, l’air est plus frais, c’est super agréable. Mais alors que nous arrivons à Paksong, après avoir du doubler des jeeps, camionnettes et un bus dans un faux plat (DUR), on ne sais pas ce qui nous arrive mais on se prend une drache ultra violente sur le bec. Aux abris ! Nous nous réfugions de ce déluge dans une banque en construction. On attend… mais ça ne se calme pas vraiment. Une bonne demi-heure plus tard, nous sautons sur nos véhicule alors qu’une éclaircie pointe le bout de ses rayons, et fonçons sur la route d’Attapeu.

ça mouille !P_20160418_113001

Il pleut toujours un peu, et nous traversons des nuages de vapeur causés par la pluie froide sur le bitume brulant, plutôt amusant. La pluie finit par cesser et nous faisons une pause repas dans un bled. Alors que nous engloutissons nos dernières cuillères de bouillon le vent se lève très, très fort et fait claquer les bâches, s’envoler la poussière et courir les poules.

Il est temps de décamper, l’orage nous rattrape !

On roule quelques kilomètres et vlof, un rideau d’eau commence à s’abattre sur nous, on se met à l’abri sous une devanture de boutique, le patron met nos scooters dans son garage et on regarde ébahis la nature se déchainer. Le vent arrache une pancarte et une mamie un peu zinzin avance en vélo contre le vent, complètement rincée, avant qu’une bourrasque ne la renverse. J’envoie le Barbu à sa rescousse, il la relève et met son vélo à l’abri mais elle préfère danser sous la pluie. Il a du sortir une minute trente et tous ses vêtements sont imbibés d’eau. Puis le soleil revient, le vent continue sa route et les habitants sortent de chez eux l’ai un peu étonnés. On ne demande pas notre reste et reprenons la route… jusqu’à ce qu’on rattrape la tempête et devons à nouveau nous abriter. Après plusieurs de ces épisodes et une route absolument magnifique, nous arrivons en fin d’après-midi à Attapeu.

J 18 vers attapeu-1

P_20160418_124326

J 18 vers attapeu-2

J 18 vers attapeu-3

J 18 vers attapeu-4

J 18 vers attapeu-5

P_20160418_134947

J 18 vers attapeu-7

J 18 vers attapeu-6

J 18 vers attapeu-8

J 18 vers attapeu-9

On est KO donc on ne sortira pas la tente ce soir non plus, on se prend un hôtel. Après tout c’était deux grosses étapes d’affilée, plus le cagnard de la veille et les tempêtes du jour, ainsi que le fait de conduire non stop après deux semaines d’activité toute relative.

Demain, la frontière, demain, on quitte le Laos où nous avons passé au total un mois et demi, un pays et ses habitants qui nous auront totalement laissés sous le charme.

 

J20 – Mardi 19 avril : d’Attrapeu à Dak To au Vietnam : border crossing ! (153 km)

Il faut bien partir, et je ne suis pas réveillée mais alors pas du tout. Heureusement la charmante route, ses paysages et jolis virages qui offrent une conduite rigolote sauront me remettre les yeux en face des trous.

J 19 vers la frontière-1

Je vous laisse le « cadrage scooter », vous voici en immersion ! (mon compteur de vitesse est cassé, hein)J 19 vers la frontière-9

Les petites bornes qu’on aime !J 19 vers la frontière-8

J 19 vers la frontière-7 Les freins à la rescousse !J 19 vers la frontière-6

J 19 vers la frontière-5

J 19 vers la frontière-4

J 19 vers la frontière-3

J 19 vers la frontière-2

Après une bonne centaine de kilomètres et un ultime col à grimper, nous arrivons dans le monde étrange des frontières. Les communistes ont le chic pour faire des bâtiments et infrastructures démesurés, et on peut le constater effectivement aussi ici où des routes extra-larges aux abords plantés symétriquement et trottoirs peints de rouge et blanc mènent aux immenses bâtiments des douaniers… évidemment, il n’y a pas foule.

Cette fois, nous arrivons hors pause déjeuner donc pas d’attente, mais au moment de faire tamponner notre passeport pour sortir du Laos, le douanier nous dit qu’on est en retard d’un jour… Oups ! Pourtant j’étais persuadée que c’était bien le 19, j’ai compté les 30 jours plein de fois sur mon calendrier. Mais pas vérifié mon passeport ! Et lorsque on connaît mes impressionnantes capacités de calcul, pourtant… 😀

Mais on se la joue « on ne savait pas monsieur le douanier ! Quoi 10$ par jour l’overstay ? S’il vous plait… on est idiots ! ». On a eu le droit au ça passe pour cette fois, vous ferez attention à l’avenir et hop, un tampon. On a eu de la chance.

Quand aux motos, rien à faire à la douane, car elles sortent le territoire donc basically, il s’en tamponnent le coquillart.

Re-équipement communiste surdimensionné entre les deux frontières, au milieu de la montagne / nul par puis la douane viet, tout va comme sur des roulettes, on a le droit à nos 15 jours gratuits, pour les motos on leur donne le papier de la douane que l’on nous avait donné à notre sortie du territoire vietnamien, l’agent des douane jette vaguement un œil au loin sur les véhicules et nous dit que c’est bon.

Et voilà, il fait beau, tout va bien, on est au Vietnam !

En plus, nous pouvons constater que cette région des « hauts plateau du sud du centre » (oui oui) est très jolie et vallonnée. Evidemment, tout est cultivé, beaucoup de café et d’arbres mais le paysage n’est pas défiguré, au contraire. Une sorte de vignoble caféiné.

J 19 vietnam-1

J 19 vietnam-6

J 19 vietnam-3

J 19 vietnam-4

J 19 vietnam-2

Nous faisons une pause à la première ville que nous rencontrons afin de manger un bout, des mamies vietnamiennes nous accueillent comme le messie et nous servent tout un tas de plats. Moi j’ai toujours mon « chay » (végétarien) écrit sur le téléphone à leur montrer puisqu’ils ne comprennent jamais quand je le prononce (pourtant j’ai essayé tout un tas de prononciations). Et c’est facile, dès que je leur montre le mot leur visage s’éclaire et ils me préparent toujours quelque chose de sympa.

J 19 vietnam-7

J 19 vietnam-8

Une fois repu, nous faisons une nouvelle fois part de nos talents en langue vietnamienne pour leur demander un « gara » (garage) pour la Pétrolette qui depuis sa rencontre bovine n’est pas au top de sa forme : l’embrayage a bien du mal dans les montées.

Donc pause garage, la bête se fait déshabiller en règle, elle saigne de l’huile souillée et le verdict tombe : les crans de l’embrayage sont foutus donc nouveaux crans. Le garagiste s’active, remonte le tout… un petit test et il y a toujours un soucis, mais qui vient de l’autre côté. Le côté que le Barbu avait flingué, qui s’était vu pourvoir d’un alternateur tout neuf. Mais si la garagiste avait mis des bobines neuves, il n’avait pas jeté un œil au contenant : un morceau est tour rippé, ce qui doit provoquer tous ces bruits ingrats.

Stip tease du côté droit, nouvelle pièce et la belle ronronne comme un matou satisfait ! Le garagiste aura passé deux bonnes heures sur Pétrolette plus deux nouvelles pièces, forcément la note est salée : 24€ y seront passés, mais elle est comme neuve.

J 19 vietnam-9

J 19 vietnam-10

Sur ce la nuit tombe sur les collines, nous devons trouver un coin tranquille pour camper. On prend la route, faisons quelques emplettes et nous trouvons une sorte de carrière abandonnée avec vue saisissante. Ca fera l’affaire !

J 19 vietnam-11

à la semaine prochaine pour la suite des aventures vietnamiennes !

You Might Also Like

Bécane et Pétrolette #6 : langueur laotienne à Don Det

By 6 mai 2016 Bécane et Pétrolette, Carnets de Voyage, Laos

Dans l’épisode #5 nous tracions vers le sud du Laos, et nous voici arrivés à Don Det, une île fluviale du Mékong au lieu dit des 4 000 îles, là où le Mékong se sépare en multiple bras.

les iles carte

C’était notre maison pendant deux semaines, rompant le rythme de notre road-trip Bécane & Pétrolette. Elles auront bien roulé sur l’île (enfin surtout la mienne)… mais sans les sacs, et avec passager s’il vous plait !

Nous avons profité des températures accablantes pour… ne rien faire, ou presque. De mon côté j’ai édité des articles, photos et vidéos pour le blog depuis le hamac, le Barbu allait pêcher quasiment toutes les fin d’après-midi et mangeait les fruits de sa pêche quand il attrapait quelque chose. On a visité les îles, avons trouvé le meilleur spot de baignade, fait quelques bonnes soirées avec un australien et sa copine hollandaise vivant sur l’île, un couple montréalaise-cubain parlant avec l’accent québécois (unique !), des copains rencontrés en Thaïlande à Chiang Rai… retrouvés ici. Et bien sur, fêté le nouvel an Lao « pi maï lao ! » à grands coups de pistolets à eau, musique poussée au maximum (mi mi mi sexy mimi), Lao beer et alcool local le Lao Lao, danses des mains endiablées et bracelets de chance attachés avec vœux alcoolisés de beaucoup d’amour, d’argent et d’enfants (si leurs prédictions sont justes, on va au moins en avoir une bonne douzaine –non merci !-).

On avait notre petite noodle soup chez une dame où nous allions tous les matins, entourés des poulets, canards et canetons, le petit cochon avec qui j’avais des conversations sous le bambou (oui il est tout à fait possible de converser avec un cochon, il faut juste avoir l’occasion d’essayer). J’ai essayé plein de pumpkin burger vegan pour varier un peu du combonoodle soup/fried noodle/fried vegetable et ça fait du bien.

Je suis un peu tombée amoureuse de cette île et de sa vie tranquille, la philosophie de vie Lao poussée à son paroxysme. Depuis le début du voyage, on se demandait parfois si il y avait un coin où l’on resterait bien vivre un moment, sans pour le moment pouvoir répondre à cette question, maintenant je peux dire que cela me plairait de pourquoi pas un jour vivre quelques temps à Don Det. 🙂

Bon assez causé, place aux photos.

Don Det-12

Don Det-11

Don Det-9 J’adorais ce passage « fleurs jaunes et cocotiers »Don Det-10

Le Wat (temple) à Don KhonDawei Teyzit beach-13

Quelle vie de chien… obligé de faire des trous dans le sable pour avoir moins chaud, et de se tremper les fesses dans le MekongDon Det-4 Notre piscine : meilleur spot de baignade ever. Mais EVER EVER. Fond sablonneux, on a pied, il y a du courant pour jouer et des coins sans courant, l’eau a une température parfaite, plage de sable avec un arbre pour de l’ombre, personne qui ne passe jamais donc pas besoin de mettre le haut de maillot qui serre et gratte… le pa-ra-dis. Don Det-5

Soir sur le sud ouest de l’îleDon Det-2

Don Det-1

Savane, le bébé chouette apprivoisée : elle a deux mois et les propriétaires de la guesthouse/restaurant l’on nourrit alors qu’elle était abandonnée, du coup elle répond à son nom et a l’air d’apprécier les caresses (oui, exactement COMME CA)Dawei Teyzit beach-14Deux drôles d’oiseauxDawei Teyzit beach-15

Une des cascades gratuites* en fin de journée, magnifique !
Dawei Teyzit beach-23

Dawei Teyzit beach-21

Dawei Teyzit beach-20

Dawei Teyzit beach-19

Dawei Teyzit beach-18

Dawei Teyzit beach-17

Dawei Teyzit beach-16

*oui car les autres cascades sont payante : 35 000 kips par personne pour y accéder, bon il parait que ça vaut le détour mais 8€ à deux pour voir des cascades nous on a eu du mal à digérer donc on y est pas allés au final. D’ailleurs parfois un mec se poste sur le pont entre les deux îles coté Don Khon et essaye de faire payer les gens 35 000 kips par jour/par personne juste pour ETRE sur l’île, mais bon il est facile de l’esquiver, il n’est pas là toute la journée (faut bien faire la sieste) et nous on est allés un nombre incalculable de fois sur l’île sans se faire enquiquiner. 🙂

Don det cute

La vue de notre terrasse le soir
Dawei Teyzit beach-26

Plein de poulesDon Det-13 Un cochonDon Det-14 Notre plage idyliqueDon Det-16 Le gouterDon Det-17 « Le raton laveur du Mékong prend soin de laver ses aliments avant de les consommer, lui même à demi immergé… » #LesDocumentairesAnimaliersDon Det-18

Reportage photo du Barbu sur notre établissement de noodle soup où nous nous rendions quotidiennement pendant deux semaines,.Don Det-19 La famille !Don Det-20 Mama Noodle Soup et son éclatant sourire
Don Det-21 Gamin ! Il y en a tellement plein sur l’île on ne sait jamais à qui ils sont ils sont toujours à droite à gauche 😀Don Det-22

Et le sourire éclatant de notre ami Romano avec qui nous étions allés du Laos à Hanoi et que nous retrouvons un mois plus tard sur l’île !Don Det-23

Il est tant d’embarquer les motos sur le ferry (50 000 Kips pour info, ce n’est pas donné mais ça vaut la peine pour se balader sur les îles)Don Det-24

Chapeau pointu et tatouages de badass.Don Det-25

Don Det-26

Terra !Don Det-27

Et nous revoici repartis sur les routes après cette merveilleuse parenthèse insulaire…

L’épisode 7 nous (vous) emmènera au Vietnam. Next ouik !

You Might Also Like

Bécane & Pétrolette : le road-trip en vidéos

By 1 mai 2016 Bécane et Pétrolette, Laos, Vidéos, Vietnam

Je me suis bien amusée à filmer et monter nos aventures à deux roues lors de notre road-trip (voyage routier aha) en motocyclette du Vietnam au Cambodge en passant par le Laos… et un bout de Vietnam. J’ai donc décidé de publier un article que je mettrais à jours au fur et à mesure avec toutes les vidéos afin de pouvoir suivre et regarder cela un peu comme une « web-série ». Même si cela reste mon format habituel de vidéos : juste des paysages, des instants, des lumières… parfois du son. Le tout immortalisé par mon fidèle petit fuji x20.

Vous pourrez passer le générique en cliquant à 0:24 secondes 🙂

Episode 1 au nord du Vietnam : de Hanoi à la frontière laotienne


Lire l’article

Episode 2 : on descend le nord-est du Laos


Lire l’article

Episode 3 : du nord-est au centre, on essuie une tempête et sommes témoins de la déforestation massive du pays


Lire l’article

Episode 4 : on dirait le sud… et on on descend, on descend, et le carbure monte.


Lire l’article 1 et l’article 2

Episode 5 : deux semaines sur la merveilleuse île de Don Det au milieu du fleuve Mekong


Lire l’article

Episode 6, sous forme de « Vlog » : on innove pour cette étape qui nous emmène de Don Det à la frontière Vietnamienne… étape pleine de rebondissements !


Lire l’article

Episode 7, de retour au Vietnam !


Article à venir

Episode 8, une surprise bleutée nous attend au bout de la route


Article à venir

You Might Also Like

Bécane et Pétrolette #5 : « on dirait le sud » (du Laos)

By 29 avril 2016 Bécane et Pétrolette, Carnets de Voyage, Laos

Et oui nous avons survécu à notre Paris-Dakar Laotien, vous voici donc nez-à-écran avec l’épisode 5 du fantastique road-trip en scooter Bécane et Pétrolette, qui a bien descendu le pays… jusqu’au sud Laos.

J15 – Mercredi 30 mars : des pistes à quelques part au sud de Paksé, en passant par le plateau des Bolovens (168 km)

Plateau bolaven laos-1

« roonnk riink roonnk ». Ces petits bruits me feront ouvrir les yeux : c’est une truie qui se balade autour de la tente. Bien sur j’ai bien entendu les coqs qui chantent la pimpolaise depuis quelques heures déjà mais ça y est, il est 5h30, le village se réveille, et nous aussi.

Des villageoises défilent au robinet dans le jardin pour remplir des seaux qu’elles transportent comme des balluchons et nous faisons un brin de toilette avant de remercier nos hôtes et de prendre la dernière portion de piste jusqu’à la route.

Et heureusement que l’on s’est arrêtés au village la veille : la piste à la sortie du village passe a gué de la rivière ! De nuit ça ne l’aurait pas fait 😛

Nous voici donc à nous élancer les pieds en l’air dans la rivière. Sur la deuxième partie les galets glissent et je me retrouve les pieds dans l’eau, première fois que je lave mes Nike !

La piste par la suite traverse de charmants villages et le paysage est très joli sous le soleil matinal, le chemin est plus facile alors je me fais plaisir et met le turbo.

Plateau bolaven laos-2

Plateau bolaven laos-3

Quand j’arrive à la route, j’attends mon Chti mais celui-ci râle que je ne l’ai pas attendu. Ronchonnements réciproques, avant de se réconcilier quelques kilomètres plus tard avec des bisous sur les joues qui feront pouffer de rire une Lao. Et oui les bisous ne sont pas de coutume dans le coin ! (Tout comme les maillots de bain, on se baigne tout habillé ou en sarong pour les filles).

Petit dej à Salavan où nous dégustons notre soupe de nouilles matinale chez la charmante Nun (qui signifie « 1 » en Lao). Elle est super sympa et parle un peu anglais du coup une fois qu’on a fini de manger elle s’installe à notre table, nous apprend des mots Lao, feuillette notre guide en anglais ! Elle nous fait des jus de canne à sucre avec pleins de glaçons et une paille servis dans des sacs plastiques, c’est tout bonnement délicieux.

Plateau bolaven laos-4

Après cette chouette rencontre, direction ATM et pompe à essence, puis nous attaquons la route vers le plateau des Bolavens. Ca grimpe, c’est sympa mais pas extraordinaire, on longe quelques plantations de café.

Arrivée au « km 40 » on va voir la cascade Tad Yuang, visiblement l’attraction du coin vu le panneau. Il y a de quoi, elle est splendide !

Plateau bolaven laos-5 Tad Yuang

Plateau bolaven laos-9