Anywhere

Passer la frontière entre le Népal et l’Inde à Banbasa (à pieds !)

By 21 octobre 2015 Inde du nord, Népal, Voyage

Aujourd’hui, on parle frontière Népalaise, mais avant, petit rappel sur le contexte. La semaine dernière, après une semaine à Delhi, deux semaines de volontariat et une semaine de visite de l’état indien de l’Uttarakhand, on a trouvé que le temps passait vite… et que notre idée de grand tour jusqu’à Goa (sud-ouest) pour remonter ensuite dans le West Bengale (nord-est) était un peu ambitieuse et stupide : on risquait plus de courir de train en train et se crever qu’autre chose.

On s’est alors demandés : comment rejoindre le West-Bengale et Calcutta en petites étapes, en visitant.

L’option 1 était de traverser l’Uttar Pradesh, l’un des états les plus pauvres de l’Inde mais où l’on mange très bien (et qui accessoirement  abrite le Taj Mahal à Agra ainsi que la ville sacrée de Varanasi où les hindous vont bruler leurs morts dans le Gange)… mais nous qui sommes plus dans un trip « nature » l’idée de nous retrouver dans des grandes et touristiques villes indienne sous le cagnard ne nous séduisait pas plus que ça.

Et l’option 2 : traverser le Népal par la terre, et en profiter pour le visiter et pourquoi pas y trouver un volontariat ! Du jour au lendemain on décide donc de se rendre au Népal. Mais pour cela, il nous fallait passer une frontière terrestre, et si les guides Rough Guide & Lonely Planet documentent bien les principales frontières, il n’y a quasiment aucune information sur celle tout à l’ouest du Népal de Banbasa-Mahendranagar. Voici donc la marche à suivre pour passer cette frontière :

Prendre le bus

Nous sommes partis en bus d’Haridwar (d’autres viennent de de Delhi). Déjà là, tout une aventure avec un festival hindou qui commençait c’était un peu le chaos dans les gares routières… Après nous êtres levés à 5h30 pour attraper notre bus qui devait normalement partir à 6h15 pour Banbasa, dernière ville indienne avant le poste frontière, ce dernier nous a fait poireauter 2h30 sous la pluie ! Dur dur. Après deux heures de routes, le bus tombe en panne. Nous patientons dans le sauna bus le temps qu’ils aillent chercher la pièce et effectuent la réparation. Finalement le trajet qui aurait dû durer 10 h s’est ralongé en 15h de voyage sur des routes pleines de bosses, les travaux pour la nouvelle route sont en cours, mais en attendant le macadam on avait la piste en cailloux à côté. On fini par arriver de nuit à Banbasa. Là nous avons pris le premier hôtel qui nous est tombé dessus et on a eu le malheur de manger au resto en dessous (dégueulasse, pour la deuxième fois seulement en un mois en Inde).

DSCF7707L’étrange fresque de l’école devant laquelle le bus est tombé en panne

Rejoindre la frontière Indienne

frontière népal barrage

Le lendemain nous allons faire des photocopies de nos passeport et visas (pour l’hôtel qui les demandait) et prenons un vélociraptor triporteur à vélo qui nous emmène sur 4 km environ jusqu’au barrage hydraulique qui marque la frontière. Arrivés au barrage, grosse engueulage/pêtage de nerfs et lorsque c’est calmé, on repart, à pied cette fois. Nous marchons sur le long barrage sous le soleil qui tape fort, en croisant les charrettes tirées par les chevaux Marwaris. Deux chevaux sur trois sont boiteux et saucissonnés n’importe comment à leurs chargement, souvent si lourd qu’ils doivent êtres aidés par un humain pour pouvoir tirer tout cela… je vous conseille de prendre un vélo tracté par un humain, ça va aussi vite et ne maltraite qu’un être consentant à savoir le pédaleur qui cherche à gagner sa vie ! Si les citoyens indiens peuvent aller et venir librement entre les deux pays, nous devons nous arrêter au poste frontière indien, où l’on tamponne nonchalamment nos passeports.

frontière népal

La frontière népalaise

frontière népal

Il reste deux kilomètres jusqu’au poste frontière népalais : là vous pourrez soit marcher chargés comme des mulets (comme nous et la majorités des indiens) soit vous pouvez payer un triporteur en vélo. A la fin de la ligne droite, il faut tourner à gauche au petit pont, puis après les guitounes de nourriture, prendre le pont à droite et le poste frontière sera sur la gauche un peu plus loin. Là vous pouvez acheter vos visa népalais. ATTENTION néanmoins : ils ne prennent que les devises étrangères type dollars/Euros pour acheter le visa (et rendent la monnaie en Roupies Népalaise, au taux de change officiel). Il vous faut également une PHOTO D’IDENTITE pour les formulaires. Le bureau des népalais est très décontracté, les employés sont arrangeants et on peut même dire que l’ambiance y est sympa… ce qui est loin d’être courant pour ce genre d’établissement !

Une fois les formulaires remplis, le visa payé et les quelques roupies indiennes changées en roupies népalaise (taux officiel, pas de commission), il faut se rendre à la ville népalaise de Mahendranagar. La station de bus est à 6km du poste frontière, vous pouvez prendre un grand rickshaw partagé pour 20 roupies népalaises par personne.

Frontière népal

Partir visiter le Népal !

Et depuis Mahendranagar, c’est à vous de voir, il y a des bus pour plusieurs destinations, il suffit de demander au guichet (tout est écrit en alphabet Devanāgarī), quelqu’un vous montrera le bus à prendre et vous pourrez acheter le ticket pendant le trajet.

De notre côté, nous avons pris un bus « rapide » qui se rendait à Kathmandu (c’est à dire qu’il ne s’arrête pas à chaque fois que quelqu’un lève le bras au bord de la route, mais laisse descendre des passagers au fur et mesure)… et on s’est arrêtés à 150 km de là pour passer quelques jours en bordure du Bardia National Park qui abrite éléphants, rhinos, tigres, crocodiles, léopards, singes, antilopes, plus d’espèces d’oiseaux qu’en compte l’Europe… et j’en passe. mais ceci est une autre histoire !

bardia

You Might Also Like

7 Comments

  • Reply Roro 21 octobre 2015 at 13 h 07 min

    L’affiche pour l’école ça fait un peu peur je trouve, je ne savais qu’il y avait un pays des bisounours là-bas!
    en revanche les gamins sont tous mignons, et le port de l’uniforme ça uniformise vraiment beaucoup!

    • Reply Rory 22 octobre 2015 at 8 h 04 min

      Oui ils se sont bien amusés sur photoshop pour l’affiche ça fait un peu flipper ! Après oui je reconnais que les enfants en uniforme qui vont à l’école ont ce côté « trop mignon »… on a pu le constater aussi bien au Kirghizistan où les petites filles avaient même des pompons dans les cheveux qu’en Inde (là au Népal ce sont les vacances scolaires).

  • Reply LadyMilonguera 21 octobre 2015 at 22 h 54 min

    J’ai lu des témoignages de passage de frontière plus laborieux… Ça c’est finalement bien passé…

    • Reply Rory 22 octobre 2015 at 8 h 05 min

      Oui plutôt ! Mais apparemment ce sont plus les frontières au sud qui sont galère et pas agréable… pour l’est on testera pour notre sortie du Népal, je donnerai mon retour également, ça peut toujours servir !

  • Reply Crise de l'essence au Népal : ma synthèse - AnywhereAnywhere 24 octobre 2015 at 11 h 55 min

    […] 23 octobre dans l’émission radio Allo la Planète sur Radio outre-mer et parle un peu du passage de la frontière Inde-Népal à pieds ainsi que de cette crise de l’essence. Replay (je m’exprime à partir de 11 minutes […]

  • Reply Un mois au Nepal en vidéo - AnywhereAnywhere 16 novembre 2015 at 8 h 13 min

    […] a passé la première frontière Inde-Népal à pieds à Banbasa-Mahendranagar pour ensuite rejoindre le Bardia National Park ou nous avons fait un trek […]

  • Reply helene 5 septembre 2017 at 6 h 56 min

    Bonjour, J’ai fait ce passage de frontière en 1996. Nous sommes ensuite partis pour le bardia national park. Merci pour ces photos qui peremttent de me rememorer le voyage !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :